100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les élus contestataires font condamner le maire de Chirongui

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

La décision du maire de Chirongui, le 28 septembre 2022, de ne pas convoquer son conseil municipal, malgré une demande dans les formes de seize de ses conseillers de sa majorité a été annulée par le tribunal administratif de Mayotte, ce mercredi 16 novembre. Il devra s’y exécuter dans un délai maximal de trente jours après notification de l’ordonnance du juge des référés.

Ils sont seize conseillers municipaux (sur 29) de la commune de Chirongui à avoir adressé une requête en référé-suspension auprès du tribunal administratif de Mamoudzou contre « la décision explicite de refus de réunir l’assemblée délibérante sur un ordre de jour précis », prise par leur maire le 28 septembre 2022. D’entrée de jeu, leur défense, le bâtonnier de l’ordre des avocats à Mayotte, maître Ahmed Idriss, plante le décor dans un exposé circonstancié des faits, rappelant les conditions par lesquelles le premier magistrat actuel, Bihaki Daouda, avait eu le 17 mai 2022, à succéder à Saïd Andanouni, frappé d’inéligibilité sur décision du tribunal correctionnel de Mamoudzou en date du 3 mai. Décision qui avait été assortie, l’on se rappelle, d’une exécution provisoire.

La défense explique donc au président du tribunal que « dès son élection, le nouveau maire a décidé de considérer le conseil municipal comme une simple chambre d’enregistrement appelé à voter, sans discussion, des projets de délibérations préparés et ficelés par une opposition minoritaire au sein de l’assemblée délibérante ». Pour entrer dans le fond de cette affaire, les seize élus avaient adressé un courrier le 2 septembre à Bihaki Daouda lui demandant de convoquer son conseil municipal en vue de faire annuler la délibération n° 27/22 du 17 mai 2022 portant sur la délégation des compétences générales du maire et l’annulation de la délibération portant sur la création du poste de collaborateur du maire. La défense a argué que « cette décision était motivée par des circonstances tenant au caractère exceptionnel des points sollicités pour une inscription à l’ordre du jour ». A l’étonnement des élus plaignants, le maire a tout bonnement ignoré la démarche de ses seize collègues de la majorité municipale et contre toute attente a pris deux arrêtés (n° 34/CC/2022 et 35/CC/2022), le 6 septembre 2022, ayant pour objet de retirer les délégations de signature et de fonction données à deux de ses adjoints membres du collectif des seize signataires de ladite demande de convocation de réunion. Une décision que la défense n’a pas hésité de qualifier de « sans doute inspirée par des considérations étrangères à la bonne marche de l’administration communale ». A maître Ahmed Idriss de souligner qu’en agissant de la sorte au mépris de l’article L2121610 du code général des collectivités territoriales, le maire de Chirongui avait décidé d’administrer la commune selon son bon vouloir et sans le concours de sa majorité, n’hésitant pas à qualifier cette attitude « d’autoritarisme » qui se serait manifesté à nouveau il n’y a pas si longtemps par le recrutement d’un nouveau directeur général des services (DGS). C’est cette dernière décision qui aurait mis le feu aux poudres et conduit les conseillers municipaux à recourir au à la justice via une requête en annulation, pour « excès de pouvoir, de la décision (de leur maire) susvisée ».

« Faire cesser les prises illégales d’intérêts »

De son côté, le maire, physiquement absent des débats, était représenté par son conseil, maître Elad Chakrina. Dans son exposé des faits, il a expliqué que la décision du maire de retirer les délégations de signature était motivée par le fait que Dhoiffir Mkadara, l’un des requérants faisait partie des élus condamnés dans l’affaire du premier magistrat Saïd Andanouni, pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêt (il a fait appel).  En rappelant que l’élection de Bihaki Daouda  au poste de maire de Chirongui  faisait suite à l’exécution provisoire de cette décision de justice, il se devait par conséquent de « faire cesser les prises illégales d’intérêts pratiquées par les élus municipaux qui recrutaient à la mairie des candidats ayant un lien de parenté direct avec eux ». Et de préciser que c’était le cas de Dhoiffir Mkadara et Nafouanti Dini, les deux adjoints. Toujours selon Maître Chakrina, ce serait à la suite d’un signalement de ces faits par le maire au procureur de la République, suivi d’un dépôt de plainte, que les deux élus auraient choisi de quitter l’actuelle majorité communale pour rejoindre les bancs de l’opposition, une inimitié envers le nouveau maire s’étant installée. Le président du tribunal a alors fait remarquer à l’avocat de la défense qu’il n’ignorait rien de ce qui concerne la vie de cette commune de Chirongui pour avoir eu à statuer récemment sur des affaires la concernant et qu’il devait donc se limiter à l’essentiel. Maître Chakrina a alors expliqué que son client avait  accepté de convoquer le conseil municipal le 5 octobre, mais en y inscrivant à l’ordre du jour des projets d’intérêt publics communaux et qu’il n’avait choisi de travailler avec d’autres élus municipaux « n’ayant fait l’objet de soupçons de malversations financières et prises illégales d’intérêts » que suite au refus de ses anciens collègues de participer aux travaux des commissions thématiques et à leur désintérêt manifeste pour les projets communaux. S’en est suivi une passe d’armes technico-juridique sur la recevabilité (ou non) de la procédure de référé engagée. Des échanges auxquels le président du tribunal a rapidement mis fin en indiquant qu’il disposait de suffisamment d’éléments sur cette affaire pour pouvoir rendre une décision dans les meilleurs délais. En effet, quelques heures à peine après la fin de l’audience, la décision a été rendue publique.

La décision du maire, le 28 septembre 2022, de refuser la convocation du conseil municipal de Chirongui sur un ordre du jour précis est suspendus. Il lui est enjoint de convoquer ce conseil dans un délai maximal de trente jours (à compter de la notification de l’ordonnance du tribunal). En outre, la commune versera 1.500 euros aux plaignants (en application de l’article L.76161 du code de justice administrative).

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...