100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Estelle Youssouffa taxe un député communiste de suppôt de Moscou

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Lors de son intervention en commission des affaires étrangères réunie ce mercredi 19 octobre, le député Jean-Paul Lecoq a évoqué « la colonisation illégale de Mayotte ». Ce qui n’a pas manqué de faire réagir Estelle Youssouffa, qui n’a pas hésité à monter au créneau pour dénoncer « ce discours porté par la diplomatie russe ». Une prise de bec rare dont se souviendra la parlementaire.

« La crédibilité de la France sur la scène pourrait être renforcée par des contributions supplémentaires dans les grandes instances multilatérales au premier rang desquelles les Nations unies. […] L’influence doit aussi passer par un respect absolu du droit international [à commercer par] le problème français de la colonisation illégale de Mayotte et de son appartenance en droit à l’archipel des Comores. » L’intervention de Jean-Paul Lecoq pour la gauche démocrate et républicaine en commission des affaires étrangères, ce mercredi 19 octobre, reste en travers de la gorge de la députée Estelle Youssouffa.

Un doux euphémisme au vu de l’émotion de la parlementaire lors de sa prise de parole ! « Je dois à nouveau subir les sorties d’un suppôt de Moscou qui vient propager le discours de colonisation, la propagande… » Une riposte qui engendre un brouhaha peu commun : « Ah oui ! Oui, oui ! Ah, mais j’assume absolument », donne de la voix la parlementaire, totalement agacée. « Écoutez Monsieur, dire ici qu’un département français… Dire ici que mon territoire, un territoire français depuis 1841, est colonisé, c’est une insulte ! »

« Des termes connotés et inacceptables »

Ce qui fait bondir à son tour le président de la dite commission, Jean-Louis Bourlanges, qui s’en prend dans un premier temps au député du Havre, avant de remettre à sa place l’élue mahoraise pour cette « grave erreur », à savoir d’avoir employé « des termes qui sont dans l’histoire de la polémique politique tout à fait connotés et inacceptables ». Priée de s’excuser, Estelle Youssouffa campe sur ses positions et insiste au contraire sur l’injure proférée à l’égard « de tous les Mahorais qui se sont battus pour rester Français et qui le sont de droit ».

De quoi de nouveau faire réagir avec véhémence Jean-Louis Bourlanges : « On ne peut pas taxer un parlementaire qui n’a en aucune façon marqué son allégeance à qui que ce soit d’être dans cette affaire manipulé par une puissance étrangère. C’est ça le problème, pas le statut de Mayotte. » Convaincue de ne pas devoir laisser passer sous silence les propos de son collègue havrais de l’Assemblée nationale, la députée de la 1ère circonscription préfère repartir à l’attaque et dénoncer « ce discours [qui] a été prononcé à des nombreuses reprises par le ministre [Sergueï] Lavrov (le chef de la diplomatie russe, ndlr) ». « Ce ne sont pas des accusations gratuites, c’est un constat ! », indique-t-elle, tout en précisant qu’il ne s’agit pas de son premier coup d’essai.

« Je ne baisserai jamais la tête face à de pareilles insultes »

« Et ce ne sera pas la dernière », lui rétorque le président de la commission des affaires étrangères pour tenter de désamorcer la bombe. « Il a ses convictions… C’est comme si vous lui disiez de se répéter sur l’affaire des Sahraouis. » Une réplique sous forme de boutade qui n’apaise pas l’atmosphère, bien au contraire ! « Ce qui est sous-entendu, c’est que ma présence ici est illégitime, que je n’ai pas ma place en tant que députée parce que Mayotte n’est pas française. C’est d’une grande gravité ! »

Avant de conclure sur le même ton : « Cette mise en scène, ce faux esclandre, pour laisser passer une plus grosse énormité, je dis non ! Je n’ai pas d’excuse à présenter. S’il y en a un qui fait injure, c’est Monsieur Lecoq. Donc non, on ne va pas renverser la charge et je ne baisserai jamais la tête face à de pareilles insultes ! » Puis de quitter la salle, vexée et complètement déboussolée.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...