L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un an pour régulariser l’activité des vendeurs à la sauvette de Kawéni

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

De nombreux vendeurs à la sauvette exercent leurs commerces illégalement dans les rues de Mamoudzou. Pour y remédier, la Ville entend en accompagner une partie, d’abord à Kawéni, afin qu’ils passent d’une activité informelle à une entreprise légale.

90 VENDEURS À LA SAUVETTE

Ce jeudi, à la Maison de la Jeunesse et de la Culture (MJC) de Kawéni, dans la commune de Mamoudzou, ils sont une quarantaine de vendeurs à la sauvette. Ces derniers exercent leur commerce informel dans ce quartier et font partie des 90 identifiés dans le village par la mairie, dont la troisième adjointe au maire, Nourainya Loutoufi, précise bien qu’il s’agit de marchands français ou ayant un titre de séjour. Ce n’est qu’une infime poignée de ces contrevenants à la loi qui est présente ce jour, selon elle. Ils seraient en effet plusieurs centaines exerçant leur activité illégalement dans les rues de la ville. De son côté, Jacques Launay indique que ce manque de régularisation vient souvent de lacunes de connaissances des démarches à entreprendre. Ce dernier travaillait anciennement à la direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Dieccte, désormais direction de l’économie de l’emploi du travail et des solidarités – Deets).

UN ACCOMPAGNEMENT VERS LA FORMALITÉ

« N’ayez pas peur, aujourd’hui, on n’est pas là pour vous mettre la pression. On veut vous aider », rassure Essobiyou Djafalo, directeur Attractivité et études statistiques à la Ville de Mamoudzou, face aux marchands illégaux. Pendant un an, Jacques Launay, aujourd’hui retraité, va accompagner les 90 vendeurs de Kawéni vers la formalité : « Le but est que vous soyez en règle vis-à-vis de vos obligations en tant que commerçant ». Immatriculation de l’entreprise à la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) et à la Chambre de commerce et d’industrie (CCI), mise en place de la traçabilité des produits pour qu’ils soient reconnus propres à la consommation, établissement d’une comptabilité… « Je vais mettre à votre disposition des outils pour vous accompagner en ce sens », assure l’expert en la matière au public en train de l’écouter. Ce dernier estime qu’il serait intellectuellement impossible de sanctionner des personnes qui ne connaissent pas l’ensemble de ces démarches avant de les y avoir formées. D’où cette logique d’accompagnement. Un emplacement spécifique, à proximité du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de Kawéni, va leur être réservé pour qu’ils puissent vendre leurs produits légalement.

DES AVANTAGES ÉCONOMIQUES

« On veut qu’ils vivent pleinement de leurs savoir-faire et que leur activité puisse se développer », insiste Nourainya Loutoufi. Ramener ces commerces informels dans le droit chemin va aussi permettre de générer des recettes avec les cotisations sociales et fiscales, même si Jacques Launay estime que le chiffre d’affaires de ces auto-entreprises ne sera sans doute pas colossal. Il faut donc s’attendre à des recettes en adéquation. « L’important, c’est que ces personnes puissent vivre pleinement de leur activité sans avoir de problème. Ce sont souvent des mères qui ont des enfants à nourrir », indique Essobiyou Djafalo. De son côté, l’ancien employé de la Dieccte espère que tout ce dispositif permettra un développement de leurs commerces, et il imagine déjà la possibilité de les aider à se réunir en coopérative.

MOINS DE CLÉMENCE À PARTIR DU 30 AVRIL

« On veut leur éviter d’avoir des problèmes », alerte celui qui a longtemps travaillé à l’inspection du travail. Car en effet, lorsque quelqu’un vend sans autorisation sur le bord des routes, il encourt plusieurs sanctions, notamment pour occupation illégale du domaine public et travail dissimulé. Le total des différentes amendes peut être particulièrement salé et le vendeur à la sauvette s’expose également à une confiscation de toute sa marchandise. Mais grâce à cet accompagnement, cette situation ne devrait pas arriver. C’est pour cela qu’à partir du 30 avril, estimant qu’à cette date la plupart des commerçants devraient avoir fait les démarches nécessaires pour pouvoir vendre dans l’espace dédié à côté du Sdis de Kawéni, la mairie compte faire intervenir la police municipale auprès de ceux qui continueraient à vendre sur le bord des routes.

UNE EXPÉRIENCE VOUÉE À S’ÉTENDRE

Un dispositif de suivi similaire a été expérimenté une première fois à Tsoundzou 1 sur l’année 2021-2022. « Cela a bien marché. Les seules personnes qui ne sont pas allées jusqu’au bout de l’accompagnement sont les vendeurs qui ont perdu leur titre de séjour entre-temps », relate Essobiyou Djafalo. En effet, ne pouvant travailler, ceux en situation irrégulière sur le territoire sont exclus du dispositif de régularisation. Si ce jeudi, l’opération a été lancée pour les marchands de Kawéni, la mairie de Mamoudzou compte bien en faire de même dans d’autres villages, notamment Cavani et M’tsapéré.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...