L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un premier degré qui se prépare aussi au « choc des savoirs »

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Devant les directeurs d’école, le rectorat de Mayotte a fait le bilan de cette année et présenté les nouveautés à venir. Parmi ces dernières, le passage aux groupes de niveaux en 6e et 5e aura une incidence sur le primaire où des tests seront effectués.

Des tests avant le collège

Mayotte, comme le reste du territoire national, connaîtra le « choc des savoirs » à la rentrée en août. Le but de la réforme est de composer des classes en fonction du niveau des élèves. A part les classes Acoi (Anglais et cultures de l’océan Indien), un équivalent local des sections européennes ou internationales, les élèves seront toujours mélangés, mais des groupes seront formés notamment pour les cours de français ou mathématiques (avec des volumes horaires différents) afin de s’adapter à leurs niveaux.

Ollivier Hunault, inspecteur général en charge de la mission enseignement primaire, a présenté le nouveau dispositif aux directeurs d’école réunis à l’Université de Mayotte, ce mercredi après-midi. « Les enseignants de collèges iront dans les écoles primaires pour faire passer des tests de fluence », annonce le recteur, Jacques Mikulovic. Les résultats permettront de déterminer les groupes à la rentrée suivante. La lecture est une priorité à Mayotte, 68% des élèves de 6e y sont considérés comme petits lecteurs voire moins (capable de lire correctement moins de 90 mots par minute), contre 15% à l’échelle nationale.

Du personnel en plus

La croissance démographique continue de remplir les écoles, même si tous les élèves qui en ont l’âge ne se retrouvent pas dans la cour. « On a 5.500 élèves en petite section de maternelle, mais il y a plus de 10.000 naissances à Mayotte. On sait donc qu’il nous en manque 4.500 », constate Thierry Denoyelle, le directeur académique du rectorat. Le service statistiques évalue à 2.846 élèves le nombre d’élèves en plus à la rentrée prochaine. Parmi les rares académies à voir sa dotation progresser, Mayotte comptera pour répondre à l’afflux 190 nouveaux équivalents temps plein (ETP). C’était 150 l’année dernière. « Bien sûr, on dira qu’on n’a pas assez. Mais la question aujourd’hui, c’est comment optimiser ces moyens ? », demande le directeur académique, qui annonce que tous les ETP ne sont pas devant des classes. Ce sera le cas pour 65 d’entre eux, mais il y a aura aussi onze nouveaux postes pour les UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones arrivants), une trentaine de plus pour la réserve de rentrée ou encore 28 remplaçants en Zil (zone d’inclusion localisée). Est-ce que les nouveaux postes seront bien comblés à la rentrée ? Le recteur en est convaincu, il rappelle que le premier degré connaît moins de mutations grâce au recrutement d’instituteurs mahorais.

Des constructions scolaires insuffisantes

Le recteur, Jacques Mikulovic, le répète aux directeurs : « les élèves n’ont pas de nationalité ».  Sans nier les conséquences de l’immigration massive sur l’île, il rappelle que cela est du ressort plutôt du préfet de Mayotte et du ministère de l’Intérieur et des Outremer. Il espère toujours convaincre les maires de continuer à construire pour diminuer le nombre de rotations. « On sait que ce sujet est sensible pour Mayotte. Je vais rencontrer certains maires pour voir si on peut expérimenter, mettre un dispositif un peu nouveau afin de les accompagner dans la prise en charge de tous les élèves inscrits », prévient-il. A l’état « embryonnaire », le projet serait de rajouter du temps scolaire. Il aimerait expérimenter, dans une circonscription, « de mettre un élève à l’école de 7h à 17h, mais sur ce temps, il y aurait un temps d’enseignement et un autre dédié au périscolaire ». Il se dit même prêt à ce qu’il y ait un temps où les élèves iront à l’école coranique pour que le rythme des enfants soit plus adapté.

Un tiers du temps scolaire amputé

Interrogé sur les barrages qui ont provoqué la fermeture des écoles plusieurs semaines, il indique que « depuis dix ans, c’est un tiers du temps scolaire qui est amputé avec des raisons exogènes ». Il cite les barrages, la crise de l’eau ou les grèves de transport. « Nos élèves ont beaucoup de mérite. Ils ont même un vrai potentiel, parce que malgré cela, on arrive quand même à les faire progresser », ajoute-il.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...