test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La police municipale bloquée par les agents grévistes de Koungou

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Depuis le mois de novembre, des agents de la commune de Koungou ainsi que des policiers municipaux sont en grève pour dénoncer du harcèlement et des méthodes de gestion défaillantes de la part de leurs directeurs respectifs, le directeur général des services de la Ville et le directeur de la police municipale. Ce mardi, ils ont décidé de bloquer l’entrée du commissariat pour accélérer le mouvement.

En grève depuis le 8 novembre, des agents de la municipalité et des policiers municipaux de Koungou ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Ce mardi matin, ils étaient une quinzaine devant les locaux de la police municipale pour en bloquer le portail, empêchant ses véhicules de sortir. Cela fait plusieurs mois maintenant que ces agents et policiers sont en grève, les uns pour dénoncer des comportements harcelants et une gestion opaque du directeur général des services de la Ville (DGS), les autres pour pointer du doigt du harcèlement et des sanctions injustes de la part du chef de la police municipale. « Le dialogue est rompu, on ne nous entend pas », dit Nourya Madi, une des grévistes travaillant à la mairie pour justifier l’action de cette journée.

Au lancement de leur grève et pendant plusieurs mois, en attestent plusieurs courriers, les agents de la commune mobilisés avaient demandé le départ du DGS, Alain Manteau. Aujourd’hui, le ton est moins radical. « On ne veut pas forcément son départ, on veut du respect et des bonnes conditions de travail, la reconnaissance de nos compétences », nous indique une des femmes présentes devant le commissariat ce mardi, qui dénonce des mutations incompréhensibles et des démissions trop fréquentes selon elle.

« Une fois le protocole signé, on partira »

Un protocole de sortie de grève a été négocié la semaine dernière. Parmi les neuf points qu’il comporte, on retrouve par exemple la demande de lever les sanctions disciplinaires jugées sans fondement pour la police municipale ou encore la titularisation de tous les agents stagiaires de cette dernière. Le départ du directeur de la police municipale est toujours demandé. Côté agents municipaux, le protocole en rédaction évoque une demande pour davantage de transparence dans la gestion communale, avec notamment une volonté que le registre de main courante soit anonyme pour permettre aux agents de s’exprimer librement.

N’ayant pas encore reçu le protocole signé par la mairie, les grévistes ont voulu bloquer le commissariat pour accélérer les choses et que tout cela soit fini avant le début du ramadan. « On en a marre. Une fois que le protocole sera signé, on partira », affirme Toibibou Soidiki, policier municipal depuis vingt ans.

« Tout va bien, c’est en cours »

De son côté, Alain Manteau affirme que tout est en cours et parle d’ « impatience » de la part de la quinzaine de grévistes. « Un protocole d’accord avait déjà été proposé début novembre, ils n’en ont pas voulu et commencé à bloquer la mairie. Ces derniers jours, on a ressorti le protocole d’accord qui a été renvoyé aux grévistes. Ils ont fait leurs observations, on en a tenu compte. J’ai finalisé la rédaction et mes observations il n’y a même pas 48 heures », détaille-t-il, avant d’ajouter que le DRH de la commune est en train de mettre au propre le document et que la signature du protocole est prévue, si ce n’est pas cette semaine, au plus tard lundi.

« Donc au lieu de faire des actions pour bloquer, qu’ils communiquent. Mais tout va bien, c’est en cours, on ne peut pas mieux faire », réaffirme le DGS, qui rappelle que les points du protocole concernant la transparence de la gestion, les promotions ou encore le harcèlement sont déjà actés depuis un moment. « Il est hors de question de sanctionner un agent qui use de son droit de grève. Par contre, un agent qui se permet de bloquer les administrés, les agents qui veulent aller dans leurs services, coller les serrures, c’est inadmissible », tient-il à ajouter, à propos des actions menées depuis novembre par les grévistes.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...