100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

250 repas confectionnés par le lycée hôtelier pour les nécessiteux de Mamoudzou

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Dans le cadre de l’édition 2022 de la Tablée des Chefs, une vingtaine d’élèves du lycée des métiers du goût et des saveurs de Kawéni a réalisé 250 repas pour le centre communal d’actions sociales de Mamoudzou qui les a distribués dans la foulée aux plus nécessiteux de la ville chef-lieu. 

Lundi. 7h. Dans la cuisine du lycée des métiers du goût et des saveurs de Kawéni, une vingtaine d’élèves en terminale CAP cuisine ou en mention complémentaire « cuisinier de desserts en restaurant » s’activent derrière les fourneaux. En réponse aux directives prononcés par leurs deux enseignants, les « oui chef » fusent dans tous les sens. Ce jour-là, il s’agit de produire 250 repas dans le cadre de l’édition 2022 de la Tablée des Chefs. Un événement national qui a pour mission de nourrir les familles dans le besoin et d’éduquer les générations futures en développant leur autonomie alimentaire. « Il était impératif de tout mettre en barquettes avant 11h », relate Fabien Gimenez, en poste au sein de l’établissement scolaire depuis 17 ans.

Heure à laquelle le camion du centre communal d’actions sociales de la ville de Mamoudzou vient récupérer les mets afin de les distribuer « aux publics précaires identifiés dans sept villages de la commune », précise Zoulfati Madi, la 4ème adjointe en charge de la politique sociale. Un service hors norme, réalisable grâce aux fins de stock offerts par les partenaires de l’opération tels que Distrimax, qui demande une certaine logistique… « Ce n’est pas le même rythme quand nous collaborons avec une collectivité, c’est un peu l’usine », confie le chef au recteur, Gilles Halbout, venu apporter son soutien au moment du chargement des caisses dans le véhicule. Heureusement, « nous avons anticipé dès vendredi pour éviter les retards inopinés le jour J », ajoute son collègue Fred Lebras.

De la cuisine d’assemblage

Et il faut dire que les quantités sont impressionnantes avec pas moins de 37 kilogrammes de blanc de volailles, 40 kilogrammes de riz, 20 kilogrammes d’oignons, 16 litres de lait de coco et une farandole de légumes ! « Cela reste de la cuisine, mais c’est une autre méthode de travail dans le sens où nous faisons de l’assemblage dans ce cas de figure », dévoile Fabien Gimenez, qui se réjouit de l’engouement affiché par ses apprenants alors que la période d’examens, synonyme de stress, commence tout juste…

Tant mieux car le même objectif chiffré les attend ce mardi. À destination cette fois-ci du CCAS de Koungou. « Parmi toutes les écoles hôtelières de France qui ont participé, nous sommes l’établissement qui a produit le plus de repas », se félicite Fabien Vannucci, le directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques au lycée de Kawéni. Et à n’en pas douter, le jeu en vaut la chandelle. Il suffit d’imaginer la réaction des bénéficiaires face à leur assiette « gastronomique ».

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1027

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

« Un cran dans la violence a été franchi »

Près de 70 personnes étaient réunies, ce jeudi midi, dans la cour des urgences du centre hospitalier de Mayotte (CHM). Le rassemblement, à l’initiative...

« On serait cinq ou six bailleurs sociaux à Mayotte, ce ne serait pas assez »

L’ambition n’était pas voilée lors de la cérémonie des vœux du comité territorial d’Action logement, ce mercredi matin, à la Maison pour tous de...

Une vingtaine de véhicules mis en fourrière au cours d’un contrôle à Dzaoudzi

Ce mercredi 25 janvier, une opération de contrôle des deux-roues a été organisée de 16h à 18h30 à la sortie de la barge, quai...

Centre de gestion : « honorer les prédécesseurs pour mieux avancer ! »

Depuis 37 ans, le centre de gestion de la fonction publique de Mayotte (CDG976) – autrefois connu sous les acronymes SIGP, puis SMGP –...

« CUFR aujourd’hui, université de Mayotte demain »

En début d’année, il est coutume d’organiser la traditionnelle cérémonie des vœux. Ce mercredi matin, c’était au tour du centre universitaire de formation et...