Publicités

L’Aïd, une période propice pour les commerçants mahorais

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Les commerçants attendent les 15 derniers jours du ramadan toute l’année. Période durant laquelle les clients prennent d’assaut les magasins à la recherche de nouveaux habits et de linge de maison pour l’Aïd. Bondées de monde, les foires ramadan se multiplient un peu partout sur le territoire, pour le plus grand bonheur des vendeurs.

« Namou karibou ! » (Soyez les bienvenus) Une phrase devenue automatique dans la bouche de chaque commerçant ces derniers jours. La rue du commerce de Mamoudzou prend tout son sens depuis une semaine. La foire ramadan est officiellement ouverte et la chaussée est en effervescence. Ma Souraya, gérante d’une boutique, ne peut cacher sa joie durant cette période. Assise sur son banc, elle supervise de son œil avisé ses petites-filles qui sont chargées de renseigner les badauds. Les vacances scolaires tombent à pic, les petites peuvent contribuer à animer le commerce familial. Des instants que la famille de commerçants n’avait pas pu vivre l’année dernière. « Le Covid-19 était tout récent, on ne pouvait pas faire tout cela », rappelle Ma Souraya. S’en sont suivis ensuite des épisodes de confinement et déconfinement, et les clients n’étaient clairement pas au rendez-vous. « Nous n’avions presque rien vendu pendant des mois, et ce que nous avions commandé n’est jamais arrivé. Personne n’a pu voyager pour acheter de la marchandise et beaucoup d’entre nous n’ont pas reçu leurs conteneurs », raconte la gérante.

aid-periode-propice-commercants-mahorais

Cette année, elle n’a pas eu d’autre choix que de se rabattre sur les anciennes collections. « Ce que je vends sont des articles de l’an dernier, mais je suis tout de même contente de pouvoir liquider les stocks. » Les consommateurs ne semblent pas lui en tenir rigueur puisque qu’ils défilent devant le stand de Ma Souraya qui vend un peu de tout. Du prêt-à-porter, des tenues traditionnelles, des draps, des rideaux, de la décoration pour la maison… En somme, tout ce qui est recherché pour l’Aïd. Et les clients sont d’autant plus ravis. « On a le choix, tout est concentré sur la même rue, c’est une bonne chose », se réjouit Raïcha, venue faire ses dernières emplettes. Ses mains sont chargées de courses en grande partie destinées à sa fille. « Les achats de l’Aïd sont surtout pour les enfants. On doit leur acheter des nouveaux habits. Moi, j’ai passé l’âge, je mettrai un salouva et ça m’ira », dit la mère de famille en prenant une paire de chaussures. Les articles pour les plus petits sont effectivement très prisés par les centaines de clients qui entrent dans les boutiques.

 

Tout est permis pour attirer les clients

 

Nombreux sont ceux qui profitent du dernier week-end du ramadan pour tout acheter. Manque de temps ou simple stratégie, le résultat est le même : les rues et les magasins sont bondés de monde. « Je m’y prends un peu tard, mais avec le boulot je n’ai pas le temps de faire mes achats dans la semaine. C’est donc une aubaine pour moi que les magasins ouvrent le dimanche », se réjouit Nadia, une mère de famille qui fait les magasins avec ses deux enfants. Et c’est justement pour faciliter la vie des personnes qui travaillent que Hadja M’lanao, propriétaire d’un magasin de prêt-à-porter, a décidé d’ouvrir sa boutique en continuité jusqu’à 22h. « La fatigue est là, mais on n’a pas le droit d’être fatigués. C’est maintenant qu’il faut tout donner, donc on ouvre le soir pour que les clients puissent venir. » Et ils sont au rendez-vous selon elle. Beaucoup font leurs courses de l’Aïd après avoir mangé à 18h.

aid-periode-propice-commercants-mahorais

Cependant, la commerçante regrette d’être l’une des rares à ouvrir le soir dans sa rue, même si cela l’avantage. D’autres ferment à 17h, mais font tout pour amasser le maximum de clients durant la journée. « Je baisse les prix dès la deuxième quinzaine du mois de ramadan pour pouvoir tout liquider et aussi permettre à chacun de pouvoir s’offrir quelque chose pour l’Aïd », explique une vendeuse. Une stratégie qui porte ses fruits puisque les clients l’ont bien assimilée au fil des années. « Je viens les derniers jours parce que je sais que c’est à ce moment-là que les commerçants sortent tous leurs produits et font beaucoup de promotions », affirme Haouzoiti, une cliente. Le dernier week-end du mois de ramadan a été très intense pour les commerçants, et les quelques jours qui restent avant l’Aïd s’annoncent encore plus épuisants. Les vendeurs se préparent psychologiquement à affronter la foule et tous les automobilistes devront indéniablement passer encore plus d’heures, dans des bouchons plus longs.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...