asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Attaque de la gendarmerie : La peine de « Madou » et « Alger » réduite en chambre d’appel

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Les deux membres des Forces vives, Maddoudine Abdou et Mohamadi « Alger » Attoumani, avaient été condamnés à quatre ans de prison ferme, le 16 février, par le tribunal correctionnel de Mamoudzou. Pour la justice, ils étaient bien les instigateurs du caillassage massif de la brigade de la gendarmerie de Sada, les 28 et 29 janvier. La chambre d’appel les a déclarés à nouveau coupables, ce jeudi matin, mais a réduit leurs peines de deux ans. 

attaque-de-la-gendarmerie-la-peine-de-madou-et-alger-reduite-en-chambre-dappel
Maddoudine Abdou et Mohamadi « Alger » Attoumani sont incarcérés depuis la mi-février. Leur peine initiale de quatre ans de prison a été raccourcie de deux ans.

C’était à nouveau la stupeur et la déception pour les soutiens de Maddoudine Abdou et Mohamadi « Alger » Attoumani, deux Sadois bien connus dans leur village pour leur implication dans un groupe de surveillance du voisinage et sur les barrages de janvier et février à Chiconi. Ce jeudi 4 juillet, la chambre d’appel de Mamoudzou a confirmé le premier jugement du 16 février en requalifiant toutefois les faits. Ils ont été reconnus coupables de complicité des dégradations contre les véhicules, les locaux de la brigade de gendarmerie de Sada, ainsi que les violences volontaires contre les gendarmes eux-mêmes, les soirs des 28 et 29 janvier. Furieux d’apprendre que le préfet de Mayotte, Thierry Suquet, voulait lever les barrages des Forces vives, « Madou » avait encouragé un groupe de jeunes à passer à l’action. Résultat, deux nuits de suite, des véhicules ont été dégradés dans la commune et la gendarmerie de Sada a été attaquée à coups de pierres et de cocktails molotov. Condamnés à quatre ans de prison en première instance, Maddoudine Abdou et Mohamadi « Alger » Attoumani, ont vu leurs peines être réduites en appel à deux ans, ce jeudi matin. De nombreux jeunes ont également été interpellés et condamnés dans le cadre d’autres comparutions immédiates. 

Un pourvoi en cassation

Maître Laurent Tesoka, qui défend « Alger », ne cachait pas lui aussi sa surprise. Son client a toujours nié être sur les lieux des faits et avoir participé de quelque façon que ce soit à l’entreprise de son ami barragiste. « Il n’y a que le témoignage d’un jeune qui lui en voulait », rappelle l’avocat. Contrairement à « Madou », la téléphonie ne démontre pas qu’il était en lien avec le groupe qui a participé à l’assaut. Les déclarations du jeune qui a été condamné évoquaient un rôle de coordinateur, « Alger » indiquant au groupe où se trouvait les forces de l’ordre. Il a mentionné la cagoule que le père de famille portait lors des faits. « Il la mettait souvent. Ce n’est pas difficile de dire qu’il en avait une », répond maître Laurent Tesoka, au sujet du vêtement que la famille avait remis à la gendarmerie, parce que la perquisition avait été empêchée par les habitants du quartier. 

« Mais il n’y a jamais eu de confrontation », regrette le conseil, qui annonce qu’il va porter l’affaire en cassation. 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Un bilan Mayotte Place nette « positif » selon le préfet

Ce mardi 16 juillet, le préfet a tenu une conférence de sécurité, en présence des élus mahorais, pour leur faire le compte-rendu de l’opération...

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...