L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Des agents municipaux de Koungou accusent leur supérieur de harcèlement

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Le 8 novembre, des policiers municipaux de la commune de Koungou se sont mis en grève pour dénoncer les comportements qu’ils jugent abusif du chef de la police municipale. Plusieurs agents de la mairie leur ont emboité le pas pour dénoncer des comportements « harcelants » de la part du directeur général des services, Alain Manteau. Ce dernier récuse les accusations et déplore « des actes de vandalisme et de dégradations ».

C’est au tour des agents municipaux de Koungou de taper du poing sur la table. Mercredi, une dizaine de policiers se sont mis en grève pour protester contre le traitement que leur infligerait le chef de la police municipale, à savoir des comportements harcelants et des sanctions injustes, entre autres. Les agents de la mairie de Koungou ont voulu rejoindre le mouvement afin de dénoncer le comportement qu’ils jugent harcelant de la part du directeur général des services (DGS) de la Ville.

Mutations sans raison et retrait de salaires

Dans une lettre adressée au maire de la ville, Assani Saindou Bamcolo, ils évoquent vingt-sept démissions d’agents, qui n’auraient plus « supporter le harcèlement dont ils étaient victimes ». Cette missive dénonce également le mépris dont ferait preuve le DGS, des mutations sans raison, des retraits de salaires sans respect des procédures, et même une tentative de suicide sur leur lieu de travail qui aurait été causée par du harcèlement quotidien.

« Ce qui se produit à la mairie de Koungou est affligeant et génère un état de désarroi qui conduit les agents municipaux à produire un tel document et à se mettre en grève », écrivent-ils, ce mercredi 8 novembre. Les agents ont terminé en demandant au maire de trouver une solution de toute urgence, spécifiant qu’ils ne voulaient plus de ce DGS à la mairie de Koungou.

« Je suis contre le harcèlement »

Alain Manteau, le DGS en question, nous a affirmé n’avoir harcelé personne : « Je défie qui que ce soit de me prouver que je harcèle les agents. Je n’ai aucune plainte pour harcèlement alors qu’un registre (main courante) a été ouvert en 2022 au service des Ressources Humaines. Je suis contre le harcèlement. »

Ce dernier a souhaité dénoncer « des actes de vandalismes et de dégradations dans l’objectif de bloquer l’accès aux agents non-grévistes à leurs bureaux administratifs » dans la nuit du 7 au 8 novembre. Les élus et la direction générale de la commune de Koungou déplorent un « exercice abusif et illégal du droit de grève » alors que plusieurs réunions auraient eu lieu avec l’intersyndicale, ouvrant les discussions. Ils assurent également avoir répondu à la plupart des revendications concernant l’évolution des carrières, les formations et la titularisation des agents.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...