test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Nous sommes toujours en train de débattre sur l’égalité filles/garçons, ce n’est pas normal ! »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Venus des quatre coins de Mayotte, ils ont présenté leurs propositions pour atteindre l’égalité des sexes. 70 élèves ont clôturé un travail de longue haleine lors de la finale des États généraux des droits de l’enfant qui s’est déroulée, ce samedi 27 mai, au collège Ouvoimoja de Passamainty.

Réfléchir à l’égalité femmes-hommes, c’était le défi de 70 élèves de Mtsamboro, Doujani, Passamainty, Dembéni, Petite-Terre et Chirongui. Samedi 27 mai, au collège Ouvoimoja de Passamainty, ils ont adressé leurs propositions au jury. Pour sa première participation, l’île de Mayotte a été accompagnée et soutenue par Haki Za Wanatsa et CIDE, collectif de trente associations. La thématique de cette année, l’égalité femmes-hommes et filles-garçons. “Nous sommes au XXIe siècle et nous sommes toujours en train de débattre sur l’égalité filles/garçons, ce n’est pas normal !”, défend le binôme de Pamandzi.

L’éducation, thématique principale

Plusieurs thématiques ont surgi : les stéréotypes de genre dans la sphère publique et privée, les violences physiques et mentales, mais une a pris le dessus. Les six binômes l’ont abordé : l’éducation, qu’elle soit familiale ou scolaire. « Certains parents se rendent compte de l’éducation qu’ils ont reçue et trouvent qu’elle n’est pas forcément adaptée à l’éducation de leurs enfants. Par contre, ils n’ont pas forcément les outils pour améliorer cette éducation. Du coup, l’enfant risque d’avoir peur de se confier ou d’avouer son problème à ses parents », déclare le binôme de Chirongui. Les jeunes ont dénoncé cette inégalité femmes-hommes, notamment comment eux la subissent. L’Éducation nationale a pourtant mis en place des directives, mais les élèves avancent un manque d’application et de parole autour de ces dernières. « Elles semblent toutefois peu connues des enseignants et leur application dépend de leur curiosité, de leur bon vouloir ou de leur militantisme », soutient les jeunes de Pamandzi.

Une éducation sexuelle à améliorer

Nasma Ali et Douhlfkir Chamsidine, représentants de Chirongui, ont convaincu le jury. Ils partiront en novembre à Paris, afin de représenter leurs camarades devant l’Assemblée nationale. Leur proposition était centrée sur l’éducation sexuelle. Ils veulent comptabiliser les heures effectives d’éducation à la vie affective et sexuelle dispensée auprès de chaque élève au cours de sa scolarité. Le quota fixé par la loi de 2001 est de 21h. Pourquoi cette thématique ? Ces heures seraient essentielles à la protection de l’enfance.

Des sujets assez tabous à Mayotte, l’éducation sexuelle n’étant pas souvent dispensée aux enfants par leurs parents. « Le respect de cette loi contribuerait à la prévention et la réduction des risques tels que les grossesses précoces non désirées, les mariages forcés, le harcèlement, les violences sexuelles », affirme le binôme gagnant. Ils soutiennent que l’éducation sexuelle scolaire n’est pas complète et ne traite que le côté biologique. « L’éducation à la sexualité devrait commencer par un enseignement de ce qu’est le consentement. On ne peut pas se contenter d’une éducation à la contraception ou un enseignement qui concerne la physiologie du corps humain donc l’appareil reproducteur. Il faut s’interroger aussi sur la construction sociale de l’amour », continuent-ils.

Une autre proposition a conquis la salle, celle de nommer dans chaque établissement des “référent.es égalité », qui se chargeraient de mettre en place plus de directives et projets pour réduire les inégalités, mais aussi faire de la prévention. Les duos de Pamandzi et Chirongui ont été durs à départager. Sur plus de cent points, quatre les séparaient. Après une longue délibération, la directrice régionale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes (DRDFE) à Mayotte, Taslima Soulaimana, a décidé de tout faire pour que les deux binômes aillent à Paris, jugeant que les deux étaient méritants. Le dossier est cependant en cours de validation et sous réserve de crédits.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...

Sania Toumani, la petite fée du Magic de Passamaïnty

A 22 ans, la jeune sportive Sania Toumani est immanquablement l’une des meilleures joueuses de basket-ball de Mayotte. Son club, le Magic basket de...

Le double projet de loi Mayotte au point mort

Propositions, discussions, tractations, et au final abandon ?  Le double projet de loi Mayotte est de nouveau mis au placard par les ministres du gouvernement...