L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : L’école française Henri-Matisse secouée par une affaire de viol

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Le prévenu, un jeune franco-comorien, est poursuivi pour viol, harcèlement et chantage sur deux jeunes mineures de la même école. Les faits remonteraient au mois de mars 2024, selon le chef du parquet de Moroni, qui a confirmé le placement en mandat de dépôt du garçon qui serait aujourd’hui âgé de 16 ans et cinq mois.

Pour le moment, l’affaire est entre les mains d’un juge d’instruction. Et on peut dire que ceux qui avaient eu connaissance du dossier ont su le garder secret, évitant tout ébruitement jusqu’à ce jeudi. L’histoire est celle de trois jeunes mineurs scolarisés au lycée français international Henri-Matisse de Moroni. Un jeune garçon, né le 31 octobre 2007, selon nos informations, est en effet accusé d’avoir « violé » deux camarades, elles aussi mineures. Les victimes sont âgées respectivement de 12 et 13 ans. Les faits se seraient produits courant mars 2024 a-t-on appris.

Selon le procureur de la République de Moroni, Ali Mohamed Djounaid, contacté par Flash Infos, le présumé auteur est un franco-comorien dont nous tairons le nom, du fait qu’il bénéficie jusqu’à preuve du contraire de la présomption d’innocence. Pour le moment, les infractions retenues sont : viol, harcèlement et chantage. Le présumé auteur a été placé en mandat de dépôt à la prison de Moroni. Il y est incarcéré depuis avant-hier, mercredi, 3 avril. « Après l’enquête préliminaire, le dossier du jeune garçon est déféré ce 3 avril au parquet et une information est ouverte. C’est le juge d’instruction à qui nous avons confié l’affaire qui a décidé de le placer en détention provisoire après son inculpation. Il se trouve actuellement au quartier général des mineurs à la maison d’arrêt », a complété le chef du parquet.

Le magistrat Ali Mohamed Djounaid, précédemment président du tribunal, a reconnu que certes le droit attribue la qualité de mineur à toute personne âgée de moins de 18 ans. Toutefois, a ajouté le parquetier, il convient d’apporter ces précisons. « Il existe trois catégories de mineurs. D’abord ceux âgés entre 10 et 13 ans, ensuite 13 à 16 et enfin 16 à 18 ans. Les législations actuelles tiennent compte du fait que malgré leur âge, des mineurs peuvent se rendre coupables de faits particulièrement graves qui peuvent revêtir un caractère criminel », a rapporté le parquetier. À l’en croire, le régime juridique à l’exemple de la garde à vue des mineurs « délinquants » âgés de 16 à 18 ans peut être assimilable à celui des délinquants majeurs lorsqu’ils ont commis des actes criminels comme des viols, des homicides ou assassinats.

Il a nié les faits

Le prévenu est soupçonné d’avoir commis plusieurs viols. « Des crimes prévus et réprimés par les articles 301 et 302 du code pénal comorien », a-t-il relevé. Un juriste de la place a aussi souligné que seul le mineur de moins de 15 ans ne peut même pas faire l’objet d’une garde à vue. « Pour les mineurs dont l’âge se situe entre 15 et 18, la loi permet leur placement, mais dans un quartier spécial pour mineurs », a indiqué notre source. Pour le cas actuel, un garçon de 16 ans, son avocat dénonce le déroulement de la procédure. « Mon client, un jeune mineur, a comparu seul devant le juge d’instruction qui a décidé de le placer en détention provisoire, et ce malgré le fait qu’il nie les faits et qu’il reste présumé innocent. Cette mesure est difficile à vivre pour notre client mineur mais encore difficile serait sa réinsertion une fois que les éléments que nous détenons vont lui permettre de recouvrer sa liberté », croit savoir, l’un des avocats de la défense, Maître Youssouf Atick qui, visiblement, s’inquiète des conditions de détenue de son client, dans une prison surpeuplée où l’hygiène a toujours fait défaut. D’autant plus qu’il est de notoriété publique que souvent, aux Comores en raison de la lenteur des procédures judiciaires, il arrive que des inculpés soient oubliés pendant des longs mois sans être jugés.

Nous avons tenté d’avoir une réaction de la proviseure de l’école française Henri-Matisse, sans succès. On sait seulement que l’une des victimes serait la fille d’un directeur d’une grande multinationale étrangère implantée aux Comores. Le présumé auteur, serait, lui, un enfant d’un haut responsable de l’armée comorienne. Le lycée international français Henri-Matisse est le seul établissement agrée par le ministère français de l’Éducation nationale implanté à Moroni. La plupart des enfants détenant la nationalité étrangère y sont scolarisés.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...