Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Hazi, un premier agrégateur d’offres d’emploi à Mayotte

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

A tout juste 23 et 24 ans, Saïda Boitcha et Moulaïli Saïdi ont lancé Hazi, une application mobile gratuite qui rassemble l’ensemble des offres d’emploi proposées à Mayotte. Alors qu’après ses études, Saïda galère à trouver un job à Mayotte, les deux amis se lancent – forts de leurs parcours académiques dans le domaine de l’informatique et du digital – dans le développement de cet outil destiné à aider les chercheurs d’emploi mahorais dans leurs démarches. Entretien.

hazi-un-premier-agregateur-doffres-demploi-a-mayotte
L’application est disponible sur Android (Google Play Store). Une version iOS (Apple) est en cours de développement.

Flash Infos : Comment fonctionne l’application ?

Moulaïli Saïdi : L’application marche un peu comme le site de Pôle Emploi. Toutes les offres apparaissent par défaut, et l’on peut les faire défiler en « scrollant ». Une barre de recherche permet de filtrer les offres par mots-clés : métier, localisation, etc. Nous avons fait le choix de simplifier au maximum l’interface. Un système de favoris permet à l’utilisateur de mettre de côté les offres jugées intéressantes. Lorsque l’on clique sur l’offre, les détails apparaissent, et on peut la repartager à un proche via n’importe quel réseau social. Le bouton « Postuler » nous redirige vers le site partenaire où se trouve l’offre. On peut également répondre à certaines offres directement sur Hazi, avec son nom, prénom et CV.

F.I. : A partir de quand est née l’outil ?

M.S. : L’idée est venue en août dernier. Ma collègue – Saïda Boitcha – et moi-même cherchions un emploi. Elle, qui venait de finir ses études et cherchait un job à Mayotte, s’est lancée dans un véritable parcours du combattant. Nous avons pris conscience du peu d’offres d’emploi à Mayotte qui apparaissent sur internet – même sur Pôle Emploi ou Indeed. En parallèle, on s’est rendu compte que pas mal de sites d’associations partagent des offres, mais avec assez peu de visibilité. On s’est dit que le plus simple serait de créer une plateforme qui les rassemblerait toutes ! C’est presque parti d’une blague… on a créé ça pour ma collègue qui galérait ! Ça devait lui servir à elle, et finalement on s’est dit que ce serait intéressant de l’ouvrir à tous… Que si elle avait été confrontée à cette difficulté dans sa recherche d’emploi à Mayotte, tout le monde devait l’être ! Elle a donc pris en charge le côté design graphique.

F.I. : Quels ont été les principaux défis que vous avez rencontrés lors de la création et du développement de Hazi ?

M.S. : De base, moi, je fais du développement web : je crée des sites, mais pas des applications ! J’ai dû apprendre sur le tas. Une fois le développement fini, le gros défi était de convaincre les associations et entreprises de nous donner un accès à leur base de données. En effet, avec le RGPD (N.D.L.R. règlement général sur la protection des données) de l’Europe, nous n’avons pas le droit de prendre les données des gens comme ça ! Il nous fallait automatiquement l’aval de l’association ou de l’entreprise concernée. Elles n’étaient pas particulièrement réticentes, mais ne comprenaient pas forcément la chose. Nous avons dû faire un gros travail pour expliquer notre démarche, et la façon dont nous allions exploiter les données.

F.I. : Comment avez-vous financé son développement ?

M.S. : Nous sommes partis la fleur au fusil ! Pas de financement, rien du tout. On fait ça sur notre temps libre, le week-end. La partie développement n’était pas un problème, de par mes études. Le gros souci, c’est le volet marketing – réussir à faire connaître notre appli. La publicité sur les réseaux coûte très cher, et nous voyons que nous arrivons aux limites de ce que nous pouvons faire sans financement. Par ailleurs, et c’était très important pour nous, l’application est totalement gratuite.

F.I. : En quoi votre parcours académique vous a aidé ?

M.S. : Le fait d’être en master d’informatique m’a aidé dans le sens où ce sont des études où l’on apprend beaucoup, et où – surtout – on apprend à apprendre ! Dans ce domaine, les connaissances deviennent très vite obsolètes, donc on se doit de rester à la page. Par exemple, on ne se focalise pas sur un seul langage informatique : on va parfois nous demander de créer trois fois la même appli avec des langages différents ! Tout cela pour nous faire prendre conscience que ce qui compte, c’est notre manière de penser et notre capacité à résoudre des problèmes.

F.I. : Combien comptez-vous d’utilisateurs à ce jour ?

M.S. : Nous avons quotidiennement 150 utilisateurs environ. On observe quelque chose d’intéressant : pas mal de personnes installent Hazi, trouvent du travail et désinstallent l’application. Nous avons de bons retours de la part d’utilisateurs qui ont trouvé un job grâce à elle.

F.I. : De quelle manière comptez-vous améliorer l’expérience utilisateur à l’avenir ? Quels sont les projets ou fonctionnalités que vous prévoyez d’intégrer à l’application ?

M.S. : On travaille sur une fonctionnalité permettant à l’utilisateur de créer son CV directement dans l’application, à partir de « templates » prédéfinis, avec ensuite la possibilité de l’exporter. Deuxièmement, aujourd’hui, nous ne sommes qu’un agrégateur. Nous voulons travailler là-dessus et, d’ici la fin d’année, donner la possibilité aux employeurs de poster des offres directement sur Hazi.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Un couple agressé à Ongojou : l’homme a été placé en coma artificiel

Mayotte a été le théâtre de plusieurs agressions ce lundi. Un couple a été pris pour cible à Ongojou au niveau d’un barrage en...

Cinq ans de prison pour les jumeaux à la hache

 Jeudi dernier, le procès de frères jumeaux pour tentative de meurtre et complicité s’est ouvert devant la cour d’assises de Mayotte. En février 2021,...

Loi Mayotte : « Notre objectif réel n’est pas de nous contenter du minimum »

Co-rapporteuse des propositions du territoire, Maymounati Moussa Ahamadi a participé à la réunion du 17 mai, à l’Élysée. La conseillère départementale du canton de...

Foncier : Un nouveau délai qui peut intéresser les propriétaires en devenir

La loi du 9 avril entérine un changement capital pour la problématique foncière à Mayotte. Le délai de prescription, qui ouvre le droit aux...

Les élèves de Chiconi expliquent Mayotte sur les ondes nationales

Une vingtaine d’élèves du collège Ali-Halidi, à Chiconi, ont été invités par la radio Franceinfo afin d’enregistrer des interviews et des citations pour animer...