Publicités

Exposition Made in Mayotte 2020 : Asmane Houdjati, l’entrepreneure aux mille parfums

À lire également

Exposition Made in Mayotte 2020 : Juliette B., céramiste en herbe

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Exposition Made in Mayotte 2020 : Marlène Fraytag, du bois et des lettres

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Exposition Made in Mayotte 2020 : Véronique, encadreuse reconvertie

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Six artisans d’art récompensés à Mayotte pour leur savoir-faire

Ce jeudi 8 avril, la chambre des métiers et de l’artisanat organisait à l’hôtel consulaire la troisième cérémonie de remise de titres à six...

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de Mayotte. À cette occasion, Flash Infos vous propose cette semaine des portraits de ces acteurs qui font vivre l’artisanat local. Aujourd’hui, Asmane Houdjati, l’entrepreneure de la terre des roses.

“Moi, les parfums, j’ai grandi dedans”, expose Asmane Houdjati, campée face à ses bâtonnets d’ylang-ylang et ses flacons aux senteurs variées. Derrière ses airs de business woman endurcie, la jeune mère de famille n’a pas oublié la terre de ses aïeux. Et c’est d’ailleurs en honneur à ces terrains agricoles du centre de l’île que l’entrepreneure a nommé sa marque, Terre de Rose. “On dit, ‘‘Tani ma rosa’’, c’est un clin d’œil à ma grand-mère”, traduit cette native de Mayotte, qui a fait ses premières armes à La Réunion.

La fibre de l’entreprise

Son BTS commercial en poche, la jeune femme rejoint une entreprise de parfums sur l’île voisine. En 2009, elle revient s’installer sur sa terre natale, quand son employeur décide d’y ouvrir une antenne. Mais les grèves de 2011 plongent la société dans une crise dont elle ne se relève pas. Pour Asmane, c’est un premier déclic : la jeune femme travaille d’abord en individuel. Puis, à la naissance de ses deux filles, cette entrepreneure-née décide enfin de se jeter dans le grand bain : en 2017, elle crée officiellement sa société à responsabilité limitée unipersonnelle (SARL). Terre de Rose vient d’éclore.

Et à 34 ans, la gérante à la fibre créatrice n’a pas froid aux yeux. “J’aime vendre !”, lâche-t-elle sans faux semblants. “J’ai compris dès le début qu’il était important d’investir dans des grosses machines.” Pour connaître toutes les ficelles du métier, l’artisane fait aussi venir de métropole un maître cirier de plus de trente ans d’expériences. “Car ce qui prime, c’est le savoir-faire français.”

 600 bougies massages et 1.000 savons par jour

La clé du succès ! Avec ses énormes cuves dans son atelier de M’Tsapéré, Asmane peut produire jusqu’à 600 bougies massages et 1.000 savons par jour. Pour le plus grand bonheur de ses clients, particuliers comme entreprises, qui raffolent de ses produits sucrés et délicats, aux saveurs de Mayotte. Ylang, jasmin, coco, vanille, citronnelle… En lien avec le Jardin d’Imany et AROmaoré, la parfumeuse fournit plusieurs entreprises locales, des instituts de massage au CSE (comité social et économique) de Mayotte la 1ère ou Mlezi Maoré. Sur son étal, de jolis paniers en feuilles de cocotiers tressés attirent en effet le regard… et le nez ! “Ce n’est pas pour rien que Guerlain s’était lancé ici ! Tout cela, c’est grâce à ce capital mondial de l’île aux parfums”, conclut Asmane Houdjati. En vraie maître cirier.ère.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...