L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Autodidacte, Assimo peint et dépeint Mayotte

À lire également

Quand l’angle d’une rue se transforme en un atelier de tailleur de bois à Mayotte

Un des arts traditionnels de l’archipel consiste à tailler le bois. Portes, coffres, sièges... Tout peut être sculpté par les mains des menuisiers comoriens....

L.O.A Cosmétique : des produits bien-être made in Mayotte, pour “revenir aux sources”

Après des années de préparation, Lidie Ousseni-Ali a enfin pu se lancer dans son projet de transformation agricole spécialisée bien-être. De quoi rappeler les...

Exposition Made in Mayotte 2020 : Marlène Fraytag, du bois et des lettres

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Douze années de travail pour convaincre de l’importance de la filière de brique de terre compressée

L'association ART.Terre vient d'éditer un livre intitulé « Construire en terre mahoraise ». Un ouvrage né de la nécessité de rendre compte du caractère...

Du 6 au 12 septembre 2021 se tient la huitième édition du forum international des métiers et de l’artisanat de l’océan Indien. Sur la place de la République à Mamoudzou, quarante artisans se réunissent tout au long de la semaine afin de mettre à l’honneur la culture et les savoir-faire mahorais. Retour sur le parcours d’Assimo.

Un pinceau à la main et le sourire aux lèvres, Assimo raconte au travers de ses peintures la société mahoraise. L’artiste puise l’inspiration dans son quotidien, qui lui dicte les sujets de ses toiles. « Je regarde, j’observe, j’enregistre et je retranscris ce que j’ai vu sur le papier », résume le quinquagénaire. Un don qui le suit depuis toujours ou presque. « Je faisais des peintures et je les offrais à mes amis. Un jour, mon père m’a dit que plutôt que de donner mes œuvres, je devrais les vendre ! Il a apporté l’une de mes toiles à l’aéroport de Nosy Bé où il travaillait. J’ai tout de suite été exposé et j’ai reçu de nombreuses commandes. Cet événement a lancé ma carrière d’artiste », raconte-il avec un brin de nostalgie. Après divers emplois dans des sociétés malgaches, le peintre décide de venir vivre à Mayotte. En 2019, il obtient l’immatriculation de son entreprise – Assimo Décor – et ouvre son atelier à Chiconi.

Technique et sens du détail

Aujourd’hui, Assimo se présente comme un artiste polyvalent. « Je peins sur toutes les surfaces et sur tous les sujets. J’ai réalisé des peintures de décoration, des panneaux publicitaires, de l’écriture sur bateaux, des fresques, de la peinture sur toile, sur bois ou encore sur du tissu », détaille-t-il. Depuis 1984, l’artisan peint en fonction de ses diverses commandes. Pour ses toiles, il met au point plusieurs techniques : il trace d’abord ses croquis sur des feuilles de papier, puis il décalque le motif sur la surface à travailler avant de commencer à peindre. Il utilise également des pochoirs et crée lui-même ses couleurs à l’aide des trois couleurs primaires, de noir et de blanc. Un travail de patience et de précision qu’il réalise à la vue des visiteurs lors de cette huitième édition du forum international des métiers de l’artisanat de l’océan Indien.

« Vivre de ma passion »

Son métier, Assimo le découvre sur le tard. Plus jeune, il cherche sa voie en étudiant dans différents domaines… « Je suis allé à l’école technique pendant trois ans pour acquérir les qualités d’un soudeur et d’un menuisier. J’ai aussi une formation en cuisine et une autre de conducteur de bateau. Aujourd’hui, j’ai la chance de vivre de ma passion », retrace l’artiste, très heureux de s’exposer du 6 au 12 septembre sur la place de la République de Mamoudzou.

Papa d’une jeune fille inscrite en seconde au lycée de Sada, il est important pour Assimo de transmettre son art. « [Elle] ne m’a jamais demandé de lui apprendre à dessiner, mais j’en serais ravi si elle le désire un jour. » Soucieux de partager ses talents à la nouvelle génération, l’artiste commence alors à dispenser des cours de dessin. Comme à Mazena : « Je lui apprends la technique, l’échelle, le choix du dessin, la peinture… Il y a peu de temps, elle a fini première d’un concours de dessin à Mayotte ! Je suis très content pour elle. » Un bon moyen pour lui de faire perdurer son art sur l’île aux parfums.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...