100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Exposition Made in Mayotte 2020 : Marlène Fraytag, du bois et des lettres

À lire également

Exposition Made in Mayotte 2020 : Asmane Houdjati, l’entrepreneure aux mille parfums

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Exposition Made in Mayotte 2020 : Juliette B., céramiste en herbe

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Exposition Made in Mayotte 2020 : Véronique, encadreuse reconvertie

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

L.O.A Cosmétique : des produits bien-être made in Mayotte, pour “revenir aux sources”

Après des années de préparation, Lidie Ousseni-Ali a enfin pu se lancer dans son projet de transformation agricole spécialisée bien-être. De quoi rappeler les...

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de Mayotte. À cette occasion, Flash Infos vous propose cette semaine des portraits de ces acteurs qui font vivre l’artisanat local. Aujourd’hui, Marlène Fraytag, le visage derrière Touch’du bois.

Elle dévisse délicatement un stylo à plumes, comme s’il s’agissait d’un pétale de rose. “D’abord, il faut découper le bois avec une scie à rebond. Puis, il faut le percer pour insérer un tube en laiton à l’intérieur. Enfin, ça passe sur la tour à bois et avec un couteau je travaille la forme que je veux”, décrit Marlène Fraytag en montrant du doigt chacune des pièces ainsi désassemblées. La touche finale ? Un hippocampe. Sa “signature”.

Sur cet étal à l’exposition Made in Mayotte, des dizaines de stylos attendent à leur tour de tracer la leur. En bois de litchi, de bambou, d’ylang, de jacquier, de cocotier, de palmier, de takamaka ou de cannelle, ils sont le fruit de ce travail d’orfèvre. En tout, il lui faut deux heures pour fabriquer chaque pièce.

Mais encore faut-il trouver la matière première. Que de la récup’ !, assure Marlène Fraytag, obtenue grâce au bouche-à-oreilles… et un bon sens du relationnel et de la débrouille. “Je me suis rapprochée des entreprises d’élagages ou bien je cherche en bord de route”, décrit la gérante de Touch’du bois. “Parfois, il faut deux années pour parvenir à un séchage complet.”

Maître tourneur

C’est en 2013, que cette ancienne fleuriste opère sa reconversion pour vivre sa passion. “J’adore la calligraphie, c’est pour cela que j’ai choisi de fabriquer des stylos”, déroule-t-elle. Formée par “une personne qui était du métier”, cette artisane qui tourne ses ramures inlassablement au fond de son jardin à Tsingoni, a de la reconnaissance à revendre. “C’est Mayotte qui m’a appris le métier de tourneur de bois. Et je suis contente d’avoir eu un maître avant de me lancer”, sourit-elle.

Aujourd’hui, Marlène n’hésite pas à transmettre ses connaissances à des petites mains, dès que les affaires tournent. “Cette année a été plus calme à cause du Covid, mais d’habitude, en cette période, nous sommes au moins deux à l’atelier !” Il faut dire qu’il y a du pain sur la planche. Outre ses gammes de stylos, la créatrice a aussi diversifié son offre avec des bijoux, des ouvre-bouteilles et autres vaporisateurs de parfums. Le tout personnalisable grâce à la gravure laser. Encore un clin d’œil aux belles lettres !

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Piste longue : la solution en remblai-digue privilégiée

La direction générale de l’aviation civile vient de publier une plaquette intitulée « Remblais ou pilotis » qui compare les solutions envisagées pour la construction de...

Un petit pas pour Mayotte, un grand pas pour le droit du travail

Mardi 18 janvier, les premiers conseillers prud'homaux de Mayotte ont prêté serment devant le président du tribunal, Laurent Ben Kemoun, et le procureur de...

Gendarme renversé : un individu en garde à vue, deux autres à l’hôpital

Lundi soir, vers 21h, lors d’un contrôle lié au couvre-feu à Chirongui, un véhicule a foncé sur un gendarme de 25 ans. Plaqué sur...

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...