100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Quand l’angle d’une rue se transforme en un atelier de tailleur de bois à Mayotte

À lire également

Exposition Made in Mayotte 2020 : Asmane Houdjati, l’entrepreneure aux mille parfums

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Exposition Made in Mayotte 2020 : Juliette B., céramiste en herbe

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Exposition Made in Mayotte 2020 : Marlène Fraytag, du bois et des lettres

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Exposition Made in Mayotte 2020 : Véronique, encadreuse reconvertie

Du 7 au 19 décembre 2020, 13 producteurs et artisans proposent le fruit de leur travail lors d’une exposition au comité du tourisme de...

Un des arts traditionnels de l’archipel consiste à tailler le bois. Portes, coffres, sièges… Tout peut être sculpté par les mains des menuisiers comoriens. Installé à Mayotte, Marouf continue à faire perdurer cet art unique.

atelier-tailleur-bois-mayotteTac, tac, tac, outils en main, Marouf sculpte avec précision un coffre haut d’un mètre cinquante. Son stagiaire, assis en face de lui, le regarde, d’un air très concentré. Les gestes du menuisier sont secs et précis. Cela fait presque 20 ans maintenant qu’il fait ce travail. Ainsi, il maîtrise chaque technique à la perfection et se dit lui même passionné. « J’ai voulu passer le concours pour être gendarme, mais je n’ai pas eu cette chance… Du coup je me suis dis que je connaissais ce travail d’artisnat et que j’aimais ça, alors pourquoi pas en faire mon métier », retrace l’homme, toujours les yeux focalisés sur son œuvre en préparation.

Marouf touche le bois avec douceur, ses doigts suivant les lignes dessinées sur le bois, qui n’attendent qu’à être sculpté. L’homme d’une cinquantaine d’années a appris le métier de son père, à Domoni. Malheureusement, les jeunes mahorais n’ont pas la passion qui l’habite. « J’ai des stagiaires, mais ils ne sont pas tous motivés, ils disent que c’est trop dur », sourit-il, un brin taquin. Il donne toutefois des cours à trois métropolitains, qui souhaitent apprendre. Pourtant,vivre de sa passion est un luxe auquel beaucoup n’ont pas accès. « Il n’y a pas énormément de travail, mais assez pour vivre », résumet-il avec philosophie, avant de souffler sur les copeaux devant lui. Marouf se contente de vivre de ce qu’il a, et semble en être très heureux.

 

Un travail de patience

 

« Pour un coffre de cette taille, c’est trois semaines de travail, tous les jours, sauf le dimanche », explique-t-il. Après avoir travaillé toute la surface, il vernit la pièce unique pour la protéger. Avant de passer à cette étape, il lui reste un côté à sculpter. Pendant ce temps, le mouvement ne faiblit pas à l’angle de la rue. « Salam Alikoum », lui dit un passant. Il connaît tout le monde dans le quartier et vice versa. Les plus jeunes s’arrêtent un instant pour lui dire bonjour et admirer sa dextérité. Les plus anciens le saluent chaleureusement, lui souhaitant du courage pour sa journée de travail. Sa bonne humeur réchauffe les cœurs. Très humble, et plein de bienveillance, Marouf travaille soigneusement, sans oublier d’échanger avec les uns et les autres. S’il trouve que Mayotte a quelques inconvénients, il aime « le travail manuel artisanal » et se plaît à embellir chacun des morceaux de bois qui passe dans ses mains. Il sera sûrement posé au niveau du même angle de Cavani pendant encore de longues années, distribuant des sourires et partageant son savoir-faire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

Intersyndicale des taxis de Mayotte : « le Département prend le travail des chauffeurs de taxis »

Lassitude, incompréhension, colère… C’est dans cet état d’esprit que se trouvent les chauffeurs de taxis de Mayotte. Révoltés par un plan de transports interurbains...

Naissance/mortalité à Mayotte : l’année 2020, une exception à la règle

2020 se démarque par une baisse sensible des naissances. Un indicateur à prendre avec des pincettes puisque 2021 pourrait coïncider avec le franchissement de...

Journées européennes du patrimoine : 40 événements à Mayotte pour une 38ème édition encore sous la menace Covid

Pendant trois jours, la population aura l’occasion de découvrir les richesses du territoire à travers les nombreuses activités proposées par les collectivités et les...

Colocs ! : “Passer du tabou à libération de la parole en 13 minutes, c’est assez dingue”

Diffusée depuis le 6 septembre sur Mayotte La 1ère, la série Colocs ! alimente des débats parfois houleux sur les réseaux sociaux, après seulement...

1.2 million d’euros pour structurer le territoire et les clubs et relancer la pratique sportive

Le domaine du sport n’a pas été épargné par les conséquences de la crise sanitaire. En France, 30% des licenciés n’ont pas renouvelé leur...