100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

Religion : le « pape » des Dawoodi Bohras en visite à Mayotte

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Le chef spirituel de la communauté musulmane des Dawoodi Bohras est actuellement en visite sur l’île aux parfums. Venu spécialement de la ville indienne de Bombay pour honorer les fidèles de sa présence, le Dr Syedna Ali Qadar Mufaddal Saifuddin, 53ème de sa lignée, a participé ce mardi soir à la prière de 18h à la « mosquée des Indiens », située à Kawéni en face du centre Kinga.

La venue du Dr Syedna Ali Qadar Mufaddal Saifuddin est un véritable évènement pour la communauté musulmane des Dawoodi Bohras. « C’est l’équivalent du pape pour nous », glisse l’un des nombreux fidèles présents ce mardi soir à la « mosquée des Indiens » de Kawéni. Tout comme les catholiques pour le pape, les fidèles le nomment d’ailleurs « your holiness », soit « sa sainteté » en français. Dès 16h30, une foule de personnes se pressait sur le parvis et à l’intérieur du bâtiment. Les femmes, revêtues de leur vêtement caractéristique aux allures de « chaperon » étaient tout aussi présentes que les hommes en djellabah blanche et kofia. Si la communauté ne compte que 250 personnes à Mayotte, les fidèles de tout l’océan Indien se sont rendus à Mayotte pour l’occasion. « Lorsque sa sainteté se déplace dans l’océan Indien, nous allons automatiquement à sa rencontre », explique Moustapha, l’un des croyants rencontrés sur le parvis de la mosquée.

Une communauté originaire d’Inde

Les Dawoodi Bohras forment une branche de l’islam chiite ismaélien. Sur environ 1,5 millions, 85% membres de cette communauté sont basés en Inde. Les 15% restants sont disséminés un peu partout dans le monde et notamment une bonne partie dans l’océan Indien. A Mayotte, de nombreux chefs d’entreprise d’origine indienne en font partie. C’est d’ailleurs Moïse Issoufali, patron de l’agence de voyage bien connue du même nom, qui a organisé la visite du chef spirituel sur l’île aux parfums. A la mosquée, ce mardi, il y avait également des membres du magasin de scooter Akxion Cycles ou le patron de l’imprimerie Kaprim.

Arrivé ce lundi sur le territoire, Dr Syedna Ali Qadar Mufaddal Saifuddin poursuivra sa visite avant de retourner en Inde. C’est la deuxième fois qu’il rend visite aux fidèles mahorais dont l’émotion ce mardi à la mosquée de Kaweni était palpable. A l’entrée du bâtiment, il a été accueilli par une foule venue demander sa bénédiction. Il a ensuite dirigé la prière de 18h, avant de participer à une fête en son honneur. Jusqu’à son départ ce jeudi, il partagera son temps entre Grande-Terre et Petite-Terre où réside une grande partie de la communauté Dawoodi Bohras.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...