Publicités

Gestes barrières et Ramadan à Mayotte : une volonté commune de prendre soin des autres

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

C’est une “chance”. Contrairement à l’année dernière, où le Ramadan se déroulait en plein confinement, les mosquées de l’île sont cette fois autorisées à rouvrir pour accueillir, sous certaines conditions, les pratiquants durant le mois saint. Car c’est un Ramadan inédit que les croyants de l’île s’apprêtent à vivre. Fin des rassemblements, prières, vaccins, le cadi de Sada rappelle pourquoi les messages de l’islam font particulièrement écho au contexte sanitaire actuel.

Mercredi, 7h30. Dans un établissement scolaire du sud de l’île, les cours ont commencé depuis déjà une demi-heure. Au détour d’un exercice , Romain*, professeur d’histoire-géographie, propose à ses élèves de se désinfecter les mains. Un petit rituel désormais bien rodé. Comme à chaque fois, les adolescents font la moue devant le flacon odorant à la texture visqueuse et collante, avant de tendre leurs mains sous la pompe de gel hydroalcoolique, les paumes tournées vers le ciel. Pourtant ce jour-là, celui qui marque le début du mois saint à Mayotte, deux jeunes filles caquettent, rechignent. “Mais Monsieur, c’est Ramadan, on n’a pas le droit !” Un brin dubitatif, l’enseignant hausse un sourcil. “C’est à cause de l’alcool. Vous savez, c’est pareil avec les parfums…” Pas tout à fait, en réalité.

Dans les faits, les fragrances contenant en grande quantité une substance capable de provoquer l’ivresse sont effectivement proscrites au yeux du Coran. Une exception subsiste : le recours aux solutions alcooliques est permis en cas de nécessité. Et dans le cadre d’une pandémie mondiale, la désinfection en est une. “Le fondement de l’islam, c’est de préserver la vie, la sienne et celle des autres”, rappelle sans détour le cadi de Sada, Abdallah Mohamed, celui-là même qui l’année dernière, avait prêté son visage et sa voix à une campagne de sensibilisation aux respects des gestes barrières lors du premier Ramadan en temps de Covid.

 

Tolérance zéro pour la prière et le foutari

 

L’année dernière, les mosquées étaient fermées pendant le Ramadan car Mayotte était encore confinée à ce moment-là”, se souvient-il. “Cette année, nous avons la chance de pouvoir pratiquer notre religion dans nos lieux de culte. Alors il est capital qu’elle ne devienne pas un facteur de transmission du virus” En ce sens, les pratiquants doivent revoir leurs habitudes au sein des sanctuaires : chacun doit apporter son propre tapis de prière, porter le masque et respecter une distance de deux mètres. En sus, chaque mosquée est soumise à accueillir un nombre limité de personnes. “Si nous avons connaissance d’une mosquée qui ne respecte pas ces mesures, nous la ferons fermer immédiatement !”, promet le dignitaire religieux. “Et ce même si cela concerne ma propre mosquée, c’est non négociable !” De quoi éviter les écueils de l’année passée, où malgré l’interdiction d’accueillir les croyants, certains lieux saints ouvraient discrètement leurs portes quand venait l’heure de la prière.

Preuve que l’exemplarité est cette fois la règle à suivre, les cadis de l’île ont récemment fait fermer la mosquée de M’tsangamouji, voyant que les préconisations sanitaires n’y étaient pas respectées. “Nous demandons à tous d’être attentif à cela et de nous signaler tout problème pour que nous puissions agir et permettre à tous les musulmans de prier sereinement jusqu’à la fin du Ramadan”, prévient Abdallah Mohamed. “Regardez à La Mecque, si quelqu’un ne respecte pas les gestes barrières, il est sanctionné tout de suite !”. Autre alternative, la prière à domicile, qui, aux yeux de Dieu, a la même valeur que celle effectuée dans les lieux de culte.

Mais dans l’intimité des foyers, lorsque résonne la voix du muezzin une fois le soleil couché, sonne aussi la rupture du jeûne. Un moment solennel qui, traditionnellement, se célèbre en famille, entre amis, entre voisins. Qui célèbre la convivialité et le partage. Loin de l’interdiction, encore en vigueur, de se rassembler au-delà de six personnes. “Avec la deuxième vague qu’à connue Mayotte, nous avons tous compris que les conséquences pouvaient être lourdes pour certains”, insiste le cadi. “Alors nous ne pouvons plus célébrer le foutari à 50, 100 ou 150 personnes comme nous avions l’habitude de le faire.” Là encore, aucune concession n’est permise : “Nous invitons tous les musulmans à rompre le jeûne uniquement avec les personnes qui vivent sous le même toit, pas plus. Il ne faut inviter personne, pas même sa propre mère si elle vit ailleurs !” Et la règle reste de mise pour la fête de l’Aïd, l’un des jours les plus importants de l’année à Mayotte. L’un des jours, aussi, où les gens se rassemblent le plus. “Un bon musulman doit prendre soin de soi et des autres, c’est la volonté de Dieu.” Et dans ce contexte si particulier, le soin de soi et des autres passe inévitablement par le respect des gestes barrières. “Un point c’est tout !”, martèle le cadi. La messe est dite.

* Le prénom a été modifié.

 

Jeûne et vaccin

Symboliquement, “le jeûne est aussi une façon de vivre et de comprendre la souffrance de ceux qui n’ont pas de quoi se nourrir tous les jours”, rappelle le cadi de Sada. Mais derrière ce mouvement de compassion et de solidarité, la privation de nourriture vise aussi à purifier le corps en lui permettant de mieux se régénérer. Sans le processus de digestion, les organes qui profitent d’une forme de repos, peuvent éliminer plus efficacement les toxines accumulées tout au long de l’année. Se pose alors la question de l’interférence du vaccin sur le processus, que certains peinent à trancher. Mais là encore, le juge musulman écarte d’un revers de la main tout soupçon d’incompatibilité : “Pendant la journée, nous n’avons pas le droit de donner au corps ce qui peut lui apporter plus de force, donc on peut se faire vacciner sans aucun problème, ça ne rompt pas le jeûne !

 

Les rencontres sportives demeurent malgré les interdits

Afin d’accompagner la purification du corps, et d’éliminer les éventuels excès occasionnés lors du foutari, des tournois sportifs sont organisés quotidiennement à la nuit tombée pendant tout le mois saint. Des rencontres autour d’un ballon chères à la tradition, interdites au vu du contexte sanitaire. Pourtant, dans certains quartiers du chef-lieu notamment, les équipes, ou les pratiquants de mourengué – les combats de boxe traditionnelle – n’hésitent pas à se rassembler en catimini, coûte que coûte. Et sur la question, le cadi de Sada a là aussi un avis bien tranché : “Si l’on tient à faire du sport, on peut le faire chez soi ou aller courir dans son quartier. Il existe bien des façons d’éviter les rassemblements, alors nous devons le faire. Notre religion et notre culture ne doivent pas servir d’excuse pour propager le virus.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...