test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Bouéni, Dzaoudzi-Labattoir et Pamandzi confinées jusqu’à nouvel ordre

À lire également

Covid-19 à Mayotte : des indicateurs en nette baisse mais la vigilance reste de mise

Confiné depuis quatre semaines, le 101ème département reprend du poil de la bête. Les taux d'incidence et de positivité ont été divisés par deux...

Week-end sous haute tension au centre hospitalier de Mayotte

Le centre hospitalier de Mayotte vient de vivre deux jours critiques et s'est retrouvé au bord de la rupture. Si le personnel soignant a...

Au service réanimation du CHM de Mayotte, “on bouffe du Covid, matin, midi, et soir”

À l’hôpital, les effets de la seconde vague se font ressentir avec une force inédite. Et ce malgré les évacuations sanitaires vers La Réunion,...

Pour éviter le confinement total, le lycée de Sada coupe la poire en deux

Alors que Bouéni, Dzaoudzi-Labattoir et Pamandzi vivent déjà sous cloche depuis une semaine, les établissements scolaires de l’île sont amenés à prendre des mesures...

L’annonce est tombée comme un cheveu sur la soupe. À partir de ce jeudi 28 janvier, 18h, les communes de Bouéni, Dzaoudzi-Labattoir et Pamandzi sont confinées pour une période indéterminée en raison de leur taux élevé d’incidence. Les établissements scolaires sont fermés tandis que les commerces essentiels restent eux ouverts. Les déplacements entre Grande-Terre et Petite-Terre sont quant à eux limités à certaines professions.

856… 743… 577… Le taux d’incidence de Pamandzi, de Bouéni et de Dzaoudzi-Labattoir fait froid dans le dos. Il s’agit du nombre de cas pour 100.000 habitants. «Face à ce contexte qui s’est dégradé brutalement au cours des dernières 24 heures, en parfait accord avec l’agence régionale de santé, Jean-François Colombet, préfet de Mayotte, délégué du gouvernement, a décidé de confiner [ces] communes pour une période indéterminée», annonce la préfecture dans un communiqué envoyé peu avant 19h ce mercredi. Ce confinement «total», approuvé par les trois maires respectifs, prend effet dès ce jeudi 28 janvier, à partir de 18h.

Conséquences pour les habitants : tous les commerces sont fermés à l’exception des établissements qui vendent des denrées alimentaires et des phamarcies. Les sorties sont interdites sauf pour les individus qui se rendent dans ces commerces pour y faire des achats dits «essentiels» ou qui vont à un rendez-vous médical ne pouvant être reporté. «Les déplacements sur l’espace public devront être justifiés par les attestations qui seront présentes sur [notre] site à partir de demain matin.»

 

On n’est pas sorti de la barge

 

Autre information à prendre en considération, les barges ne comptent accueillir que des passagers qui doivent prendre l’avion, munis d’un billet, les fonctionnaires de police, les militaires de la gendarmerie et du détachement de légion étrangère, les personnels hospitaliers, les particiens libéraux de santé comme les médecins et les infirmiers, les personnes qui viennent se faire tester à l’aéroport pour un vol ultérieur, les agents de la douane et du syndicat des eaux ainsi que tout le personnel justifiant d’une intervention urgente.

Cette décision radicale intervient alors que Mayotte enregistre une soixantaine de cas porteurs du variant sud-africain et que l’île aux parfums vient de détecter la présence du variant britannique sur son territoire. Dans son ensemble, la situation sanitaire se dégrade très fortement dans le 101ème fortement puisque le taux d’incidence augmente dans l’ensemble des classes d’âges, y compris chez les moins de 14 ans et les personnes ne présentant pas de comorbidité. «Cette dégradation se traduit par une hausse de plus de 30% du nombre d’appels au 15.»

 

Fin du présentiel dans les écoles

 

Plus contagieux à 50% que la souche initiale, les variants touchent donc plus fortement les jeunes, jusqu’alors plutôt épargnés par le virus. D’où la fermeture de tous les établissements scolaires, premier et second degré, de ces trois localités. Il n’est d’ailleurs pas à exclure que d’autres connaissent la même sentence, à l’instar du lycée Younoussa Bamana à Mamoudzou où trois clusters seraient formellement identifiés.

Que retenir alors de cette déclaration ? Et surtout quelle suite pouvons-nous attendre ? Selon nos informations, les habitants de Bouéni, Dzaoudzi-Labattoir et Pamandzi devront rester chez eux jusqu’à nouvel ordre tant que la situation ne sera pas favorable à un desserement des contraintes. Quant aux autres communes, un tel sort ne serait pas encore envisagé dans le seul but d’éviter un effondrement de l’économie locale. Toutefois, voyant la vitesse de propagation de l’épidémie depuis le début de l’année 2021, aucune alternative n’est à exclure sachant que le couvre-feu n’aurait pas l’effet escompté selon les mots du gouvernement… Réponse dans les prochains jours.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Désormais 210 cas de choléra à Mayotte

L’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte a publié un nouveau bulletin relatif au choléra sur le territoire. Il fait état de 210 cas...

Incendie au collège de Dzoumogné : les épreuves du brevet seront déplacées au lycée professionnel

Après l’incendie qui a ravagé le collège de Dzoumogné, ce dimanche 23 juin, la piste criminelle est privilégiée (voir encadré). L’établissement étant fermé jusqu’à...

Le personnel du dispensaire de Kahani en droit de retrait ce lundi

Depuis ce lundi matin, le personnel du dispensaire de Kahani, dans la commune de Ouangani, est en droit de retrait. Ils sont actuellement environ...

L’usine sucrière d’Hajangoua vers des travaux en 2025

En 2022, l’ancienne usine sucrière d’Hanjagoua, dans la commune de Dembéni, a été sélectionnée par la mission Bern. La subvention pourtant obtenue depuis, les...

« Le clandestin à Mayotte ne doit avoir qu’une seule certitude, celle d’être renvoyé »

Circonscription sud. Manon Moreno (Reconquête) fait ses premiers en politique à l’occasion des élections législatives qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet...