100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Catherine Vannier sera la nouvelle présidente du tribunal judiciaire

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Laurent Ben Kemoun étant en partance, il fallait lui trouver un(e) remplaçant(e) au poste de président du tribunal judiciaire de Mamoudzou. C’est chose faite officiellement depuis la nomination, par décret du président de la République en date du 1er août (publié au Journal officiel de ce mardi) et sur proposition du Conseil supérieur de la magistrature, de Catherine Vannier comme conseillère à la cour d’appel de Saint-Denis de La Réunion. Elle y assurera la fonction de présidente de tribunal judiciaire de Mamoudzou.

Originaire de Bourgogne, Catherine Vannier a rejoint l’école nationale de la magistrature (ENM) en 1990, après avoir été sous-directrice d’établissements pénitentiaires. Auditrice de justice, elle devint en août 1994 substitut du procureur de la République auprès du tribunal de grande instance (TGI) de Laon, dans l’Aisne, avant d’être nommée, en août 1996, substitut du procureur de la République au TGI de Créteil puis, en 1999, juge de l’application des peines du TGI de Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie. Elle siégea à cette époque au conseil d’administration de l’école nationale de la magistrature en qualité de représentante syndicale, au titre du Syndicat de la magistrature (un syndicat classé à gauche).

Une longue carrière en Polynésie française

Elle a une solide expérience de l’outre-mer, notamment en Polynésie française. Ainsi fut-elle juge à Papeete de novembre 1991 à juillet 2009, avant de devenir juge de la section de Nuku-Hiva, dans l’archipel des Marquises. Lors de ce séjour, elle se passionna pour la réhabilitation de Pouvana’a a Oopa Tetuaapua, surnommé “te Metua”, le “père de la nation tahitienne”, figure du mouvement autonomiste polynésien dont la condamnation pénale de 1959 fut annulée par la Cour de cassation, saisie d’une requête en révision, en octobre 2018. Elle soutint en 2004 un mémoire de DEA intitulé « Le procès de pouvanaa a Oopa (1958-1960) » à l’Université de la Polynésie française, sous la direction de l’historien Jean-Marc Regnault, avec lequel elle signa un ouvrage, « Le Metua et le Général : un combat inégal. Un complot colonial en Polynésie française », publié aux Éditions de Tahiti en 2009.

Outre ses fonctions de juge itinérante aux Marquises, elle eut à connaître de questions foncières avec les spécificités polynésiennes puisqu’elle fut aussi juge chargée des terres puis juge chargée de l’expropriation pour tout ce territoire ultramarin. La principale difficulté à laquelle elle fut confrontée, a-t-elle expliqué en 2015 à nos confrères de Tahiti Infos, résultait du statut indivis de nombreuses terres de la Polynésie. Elle fut d’ailleurs auditionnée en 2016 par la délégation sénatoriale à l’outre-mer lors des travaux de celle-ci sur la sécurisation des droits fonciers, travaux dont le sénateur de Mayotte, Thani Mohamed Soilihi, était l’un des rapporteurs.

Elle était présidente du TGI de Saint-Gaudens

Elle devint ensuite, en avril 2016, vice-présidente du tribunal d’instance de Cannes (Alpes-Maritimes) avant de retourner en outre-mer, cette fois à La Réunion, ou elle fut nommée en mai 2018 vice-présidente de la cour d’appel de Saint-Denis de La Réunion. Avant sa nomination à Mayotte, elle était depuis août 2020 conseillère à la cour d’appel de Toulouse, exerçant les fonctions de présidente du tribunal judiciaire de Saint-Gaudens, en Haute-Garonne.

Passionnée de plongée sous-marine, de randonnée et d’archéologie, selon nos confrères de La Dépêche du Midi, Catherine Vannier succède à Laurent Ben Kemoun qui avait été nommé par un décret du 16 août 2019 président du tribunal de grande instance, devenu tribunal judiciaire de Mamoudzou et dont on savait le départ imminent après trois années passées à la tête de la juridiction mahoraise. La nouvelle affectation de ce dernier n’est pas encore connue.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...

Réouverture partielle de la pharmacie des Badamiers : le combat continue

Suite à la suppression de son officine de l’annuaire de l’ordre des pharmaciens le 6 juillet dernier, Mirasse Gataa, la pharmacienne titulaire de la...

Moins de touristes étrangers, mais plus de fréquentation par rapport à juin 2021

Une enquête menée auprès de professionnels du tourisme par l’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte dresse la conjoncture de ce secteur d’activité...

Chez Mangrove Environnement, « je me sens vraiment bien ici, je m’amuse tout en travaillant »

En service civique depuis moins d’un an chez Mangrove Environnement, une association qui a pour objectif d’aménager et de protéger la mangrove du front...

La culture pour lutter contre la violence des jeunes à Mayotte

Forces de propositions dans le domaine culturel, socioculturel et socioéducatif, les centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa) de Mayotte veulent reconquérir l’espace laissé...