100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Siti Boina, étudiante à Vatel : « Je me sens plus comme étant une employée qu’une stagiaire »

À lire également

L’Hôtel Hamaha : une histoire familiale, un environnement luxuriant et un potentiel infini

Débuté en 2000, le projet hôtelier construit à deux pas de la plage de Hamaha à Kawéni vient enfin d’ouvrir ses portes. Un établissement...

Hôtel Ibis à l’aéroport de Mayotte : six ans plus tard, et d’une pierre de posée !

La société Eden Island vient de poser la première pierre de l’hôtel de l’aéroport qui vient gonfler de 80 chambres les capacités d’hébergement de...

Récif Hélicoptères paré au décollage à Mayotte

Le premier opérateur d’hélicoptères de Mayotte a lancé hier, mardi 1er juin, son activité sur l’île aux parfums. Après trois années de travail, la...

(Agri)culture : Mayotte, une île où le jardin d’Eden à un goût de vanille

Pour mettre à l'honneur ses richesses et les faire découvrir au plus grand nombre, l'Office de tourisme du Centre Ouest organisait un éco-tour le...

Première école de management de l’hôtellerie et du tourisme sur l’île aux parfums, Vatel donne la chance à ses élèves d’acquérir de nouvelles compétences en leur accordant la possibilité de voyager. Trois jeunes étudiantes mahoraises – Yasmine Daoud, Léa Youssouf et Siti Boina – sont parties à la rencontre du monde hôtelier pour une durée de cinq mois dans l’hexagone. Cinq mois de découverte, d’apprentissage et d’enrichissement professionnel. Retour sur leurs expériences respectives dans cette série.

Après avoir obtenu son BTS tourisme en métropole, Siti Boina décide de revenir sur son île natale, où elle rejoint la première promotion de l’école Vatel à la rentrée 2021. Quelques mois plus tard, elle intègre l’hôtel restaurant de La Bastide de Pierres à Gordes dans le Vaucluse comme stagiaire polyvalente. Touche à tout, la jeune femme se fond parfaitement dans ce nouveau corps hôtelier, ce qu’elle ne manque pas de faire savoir : « Je me sens plus comme étant une employé qu’une stagiaire. Je suis au poste de runner boisson, mais cela varie régulièrement. En début de semaine, je peux par exemple être au runner nourriture. »

Ce qui montre bien que son statut n’est en aucun cas un frein aux missions à responsabilités qu’on peut lui accorder. Confiante et sûre d’elle, l’apprentie n’a pas eu d’appréhension lors de son arrivée au restaurant puisqu’elle estime tout simple que « cela ne sert à rien d’en avoir« .

« À Mayotte, il manque quelque chose »

Avant La Bastide de Pierres, Siti Boina a pris le pouls dans quelques établissements sur Mayotte. Ce qui lui permet aujourd’hui de soulever des aspects significatifs de ses différentes expériences. « Le restaurant est très pointilleux sur la motivation de ses employés au travail.  Ici, ils ne prennent que des gens qui ont envie de travailler. Si tu n’as pas envie, on te vire. Nous faisons partie intégrante du restaurant et nous ne sommes pas là pour nous amuser » souligne la stagiaire. De quoi montrer que le sérieux et la rigueur sont deux piliers importants de sa formation et de son futur environnement professionnel !

Soucieuse de voir le 101ème département évoluer dans le bon sens, Siti Boina compte bien profiter de son immersion dans l’Hexagone pour changer la donne et apporter son expertise. Une prise de conscience qui ne remet en aucun cas en question le chemin parcouru sur l’île aux parfums. Bien au contraire ! « À Mayotte, nous avons des restaurants qui fonctionnent plutôt bien, mais pour moi il manque quelque chose« , conclut Siti Boina, qui ne cache pas son envie de devenir sa propre patronne et d’ouvrir à terme son propre établissement culinaire. Une aubaine pour le territoire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1007

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Des réfugiés campent sur la place publique à Mamoudzou pour montrer leur souffrance

Depuis le samedi 13 août, des réfugiés d’origine africaine campent sur la place Zakia Madi à Mamoudzou. Des hommes et des femmes accompagnés de...

Réouverture partielle de la pharmacie des Badamiers : le combat continue

Suite à la suppression de son officine de l’annuaire de l’ordre des pharmaciens le 6 juillet dernier, Mirasse Gataa, la pharmacienne titulaire de la...

Moins de touristes étrangers, mais plus de fréquentation par rapport à juin 2021

Une enquête menée auprès de professionnels du tourisme par l’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte dresse la conjoncture de ce secteur d’activité...

Chez Mangrove Environnement, « je me sens vraiment bien ici, je m’amuse tout en travaillant »

En service civique depuis moins d’un an chez Mangrove Environnement, une association qui a pour objectif d’aménager et de protéger la mangrove du front...

La culture pour lutter contre la violence des jeunes à Mayotte

Forces de propositions dans le domaine culturel, socioculturel et socioéducatif, les centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa) de Mayotte veulent reconquérir l’espace laissé...