Deux personnes déférées après les échauffourées de Musicale Plage

Deux personnes déférées après les échauffourées de Musicale Plage

Quatre personnes avaient été interpellées lundi après les échauffourées et l'agression d'un gendarme survenues à proximité de Musicale Plage, à Bandrélé, dans la nuit de samedi à dimanche.

Deux d'entre elles ont été déférées devant un juge d'instruction hier pour l'ouverture d'une information judiciaire, a-t-on appris auprès du procureur de la République Camille Miansoni. L'un des individus présentés à la justice est poursuivi pour des faits de tentative de meurtre sur un agent de la force publique, l'autre pour vol aggravé, également à l'encontre d'un agent de la force publique. Leur placement en détention provisoire a été requis. La nuit du 25 août, deux gendarmes avaient été appelés en renfort par des agents d'une société de sécurité privée chargés d'encadrer la soirée "Black Out Beach Party" organisée à Musicale Plage.

Sous couvert d'anonymat, un agent de sécurité, avait indiqué à Flash Infos qu'n groupe de jeunes avait, ce soir-là, enfoncé une clôture, pour "semer le chaos" à l'intérieur du périmètre dédié à l'événement. Des gaz lacrymogènes ont notamment été tirés, nécessitant la prise en charge d'au moins une jeune femme par les services de secours. Puis, selon un communiqué de la gendarmerie, "vers deux heures du matin, une bagarre y a éclaté, entre une bande de jeunes individus et le service de sécurité". La brigade de gendarmerie de M'zouazia dépêchée sur les lieux aurait alors été" immédiatement" prise à partie, "alors que les gendarmes tentaient de faire cesser les dégradations commises sur un véhicule par les mêmes fauteurs de trouble", indique la gendarmerie, qui ajoute qu'un individu, "profitant de l'obscurité", a asséné deux coups dans le dos d'un des militaires "à l'aide d'un tournevis au niveau de sa clavicule droite, alors qu'un autre parvenait à repousser ses agresseurs, qui tentaient de lui arracher un pistolet à impulsion électrique (taser ndlr)". Le gendarme blessé est toujours sous observation au CHM. Ses jours ne sont pas en danger. 

 

Abonnement Mayotte Hebdo