« Je suis assez confiant » : le ministre optimiste pour l’avenir du système scolaire

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Deuxième et dernier jour de visite à Mayotte, mardi, pour le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Avant de décoller vers Paris en fin de matinée, l’homme politique s’est déclaré confiant quant à l’avenir du système scolaire mahorais. 

Après les visites d’établissements scolaires, celle au vice-rectorat, et l’inauguration de l’internat d’excellence, lundi, la journée d’hier était un peu le point d’orgue de la venue du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Point d’orgue, car c’est notamment la rencontre avec les représentants syndicaux qui était au programme. Enjeu de celle-ci : s’enquérir des revendications désormais bien connues : attractivité du territoire, formation des professeurs, rythmes scolaires, construction de nouveaux établissements, etc. Pas d’annonces puisque ce n’était pas là l’objet de cette visite  officielle, mais une satisfaction pour le ministre, qui a souligné des « échanges chaleureux, francs, authentiques et dirigés vers des solutions » avec les acteurs de l’éducation à Mayotte. De quoi faire avancer le grand chantier de l’éducation mahoraise ? Oui, selon le ministre, qui s’est déclaré « assez confiant » quant à l’avenir.

Et de s’appuyer sur le plan de développement pour Mayotte annoncé en mai dernier, les 500 millions d’euros qu’il réserve pour l’amélioration du système scolaire local, et la mise en place d’un rectorat de plein exercice dès cette année : « C’est pour cela que Stephan Martens a été nommé (…) L’objectif n’est pas de changer la pancarte du rectorat, mais de réellement hausser le niveau. Cela signifiera (…) des recrutements pour renforcer l’institution, des fonctionnalités qui vont se développer en matière de formation professionnelle et d’apprentissage, de formation initiale et continue des professeurs, pour le suivi des constructions, etc. », a-t-il commenté. Une transition qualifiée « d’emblématique du passage d’un cran à un autre. »

350 postes créés pour cette rentrée

Pour cette rentrée scolaire, « 350 postes ont été créés », a rappelé Jean-Michel Blanquer, en promettant une série de mesures à venir « pour améliorer l’attractivité et la gestion des ressources humaines ». Dans le détail, il s’agit d’amener la future académie « à avoir plus de profs titulaires » et « toujours mieux formés », notamment en privilégiant le pré-recrutement  pour « avoir le plus possible de professeurs titulaires mahorais. » 

Pour autant, malgré l’optimisme affiché, le ministre n’a pas nié les évidences du territoire : « Il y a des difficultés à Mayotte », a-t-il ainsi reconnu avant de poursuivre : « [Elles] sont importantes. Personne ne le nie. Nous avons aujourd’hui un diagnostic partagé sur les insuffisances des infrastructures, mais aussi face à l’énormité des défis que nous avons, dont le défi démographique. »

Autre défi soulevé : celui du niveau scolaire, désormais admis comme plus faible qu’ailleurs, avec un taux d’illettrisme encore élevé. « Le mot-clé est « pragmatisme », a-t-il assuré, en soulignant l’application de la mesure limitant les classes de CP et CE1 à 12, voire 15 élèves, mais aussi la mise en place dès 2019 de la scolarisation obligatoire dès trois ans partout en France, Mayotte comprise. Les classes de niveau, parfois suggérées, n’ont pas été exclues.  Leur pertinence devrait  être étudiée lors de l’élaboration du projet académique du futur rectorat, prévue pour cette fin d’année.

 

Du cas par cas pour les enseignants et les étudiants étrangers

 » Les situations de blocage dans un sens ou dans l’autre ne sont pas durables », a réagi hier le préfet Dominique Sorain à propos du blocage du service des étrangers de la préfecture, qui affecte notamment les professeurs et les étudiants étrangers. « Un travail au cas par cas sera fait dans les prochains jours. Sur la situation des enseignants étrangers, nous allons regarder leur situation (…) pour qu’ils puissent avoir les documents nécessaires à leur activité ici, à Mayotte. Pour les étudiants, cela sera en fonction de leur situation. L’examen sera fait avec le vice- rectorat pour déterminer la suite à donner à leurs demandes. »

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Covid, crise de l’eau, piste longue… Face au Sénat, un Sébastien Lecornu bien scolaire sur Mayotte

Dans le cadre de la crise sanitaire, le ministre a répondu aux questions des sénateurs à l’occasion d’une audition par la Délégation sénatoriale aux...

Rugby : Saison 2020/2021, le CTRM déjà bien lancé

Le Comité Territorial de Rugby de Mayotte a lancé la saison 2020/2021 au début du mois de novembre dernier. L’expérimentation du jeu à dix...

Département de Mayotte : Un dernier vœu et puis s’en va pour le président Soibahadine

Ce jeudi 14 janvier, le président du Département, Soibahadine Ibrahim Ramadani, a adressé ses vœux à la population, et plus particulièrement aux officiels du...

La feuille de route du Cesem pour désenclaver Mayotte

Ce mercredi, le conseil économique, social et environnemental de Mayotte a adopté à l'unanimité un rapport de 120 pages réalisé en auto-saisine sur le...