L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Barrages : à quelles aides ont droit les entreprises ?

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Sur « potentiellement 5.000 salariés » à Mayotte, indique Christian Pichevin, directeur régional des finances publiques (DRFIP) sur l’île, 300 demandes d’activité partielle auraient été formulées à la Direction de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Deets) depuis le début des contestations des Forces vives, démarrées il y a environ cinq semaines, et des barrages toujours en partie en place à Mayotte pour, dorénavant, obtenir un état d’urgence sécuritaire, nous expliquent les barragistes.

La Caisse de sécurité sociale de Mayotte (CSSM) suspend ses actions de recouvrement à l’encontre des entrepreneurs qui ne paieraient pas leurs cotisations. La commission départementale des chefs de services financiers qu’il préside, avec notamment la DRFIP et la CSSM, a aussi débouché sur la possibilité d’accorder un plan de règlement des dettes fiscales et sociales pour permettre un étalement de paiement des cotisations sociales « jusqu’à 36 mois » : « Il faut nous saisir », exhorte le directeur. « Le plan validé s’impose aux créanciers concernés : Ursaaf, DRFIP… » En outre, « on fait en sorte d’accélérer toutes les demandes de Crédits d’impôts pour la compétitivité et l’emploi (Cice), qui n’existe plus que sur Mayotte », renseigne-t-il.

« Des échanges réels et concrets sont en cours »

À l’échelle locale, il ajoute : « C’est très important que le traitement des factures ne traîne pas au niveau des collectivités locales, dont les services eux-mêmes sont ralentis. On insiste sur ce traitement pour que nous nous puissions procéder aux paiements. »

Christian Pichevin informe que, « si le détail n’est pas encore connu », « des échanges réels et concrets sont en cours » avec le gouvernement pour mettre en place un dispositif d’aides afin de soutenir les entreprises dont l’économie est mise à mal par les barrages. Une demande réclamée par l’Intersyndicale réunissant des organisations patronales dont le Medef Mayotte et les chambres consulaires de l’île, et déjà relayée par les services de la préfecture au ministère d’Outre-mer ainsi que l’administration de Bercy. Prudent, il déclare cependant que, l’absence de stabilisation de la situation à Mayotte « peut être un élément de frein », tout dispositif nécessitant une période définie d’application des aides, explique l’administrateur général des finances publiques.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...