Des policiers de Mayotte manifestent aujourd'hui

Des policiers de Mayotte manifestent aujourd'hui image d'archive

Des agents de la police nationale vont se rassembler cet après-midi à 13h à l'appel du syndicat Alliance devant le palais de justice à Kawéni en soutien au mouvement débuté lundi 17 octobre dernier en métropole. Une grogne née après les événements de Viry-Châtillon durant lesquels deux policiers ont été blessés par un jet de cocktail Molotov.

 

Le sujet fait polémique depuis maintenant une semaine dans l'hexagone. Des membres des forces de l'ordre manifestent régulièrement dans différentes villes de France sans autorisation afin de protester contre leurs conditions de travail et la politique pénale actuelle. Pourtant, la police ayant un devoir de réserve et de loyauté inscrit dans leur code de déontologie n'a pas le droit de faire grève. Certains ont bravé cet interdit sans l'aval des syndicats policiers pour mettre un coup de projecteur à leur situation face des actes de violence non négligeables notamment ceux de Viry-Châtillon (Essone) qui se sont produits le 8 octobre dernier.

 

Pour rappel, deux agents ont été gravement brûlés lors d'une opération après que leur véhicule a été la cible d'un cocktail Molotov. Sains et saufs, les deux policiers vont malheureusement garder des séquelles physiques de leur agression. Les gardiens de la paix mahorais ont donc décidé de se mobiliser eux aussi sur leur temps libre. “Les agents qui ne sont pas en service ont le droit de manifester tant qu'ils ne sont pas en tenue de police et qu'ils n'utilisent pas les véhicules professionnels”, explique l'un d'entre eux. C'est donc devant le tribunal à Kawéni qu'ils vont se rassembler afin de demander à l'instar de leurs collègues métropolitains plus de moyens, une politique pénale plus ferme, une réforme des règles de légitime défense et une redéfinition de certaines missions.

 

La réaction du gouvernement ne se fait pas attendre puisque le président de la République François Hollande doit rencontrer demain les organisations représentatives de la police nationale, puis le conseil de la fonction militaire de la gendarmerie, a annoncé dimanche dernier l’Élysée. Le but est d'apaiser la tension au sein de la police. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a normalement assisté hier à Rouen à une réunion entre le patron de la police Jean- Marc Falcone et les syndicats, et rencontré des policiers, selon Le Monde. Enfin, dans un entretien au Journal du dimanche du 23 octobre dernier, M. F alcone, a promis un “plan de sécurité publique”, afin d’apaiser les forces de l’ordre. Il prévoit notamment de moderniser leurs armes et leurs radios, mais aussi de revoir les missions des policiers, envisageant “d’accélérer le calendrier de suppression des gardes statiques de préfectures”. 

Abonnement Mayotte Hebdo