Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ? 18 mois de prison ferme avec un maintien en détention ainsi que 14.000 euros de dommages et intérêts pour l’un des auteurs des faits et 18 mois d’emprisonnement avec mandat d’arrêt ainsi que 3.500 euros de dommages et intérêts pour le second.

Souvenez-vous, c’était en février. Ibrahim I. et Nail A. sont interpellés dans le cadre d’un braconnage de tortue verte sur la plage de Titi Moya. Jugés en comparution immédiate le 26 février 2021, ils sont condamnés à 6 mois de réclusion criminelle pour braconnage d’une espèce protégée. Pris en flagrant délit au moment des faits, Ibrahim I. avait reçu un mandat de dépôt, contrairement à son complice toujours en liberté à ce jour. Une situation qui a poussé le parquet à faire appel de la décision. L’affaire a donc atterri sur le bureau de la chambre d’appel de Mamoudzou, ce jeudi.

 

Un court rappel des faits

 

Pour rappel, Ibrahim I. et Nail A. avaient été repérés par des membres de l’association Oulanga Na Nyamba lors d’une mission bénévole de surveillance des plages. Les forces de l’ordre étaient intervenues, et Ibrahim I. avait été pris en flagrant délit au-dessus du corps sans vie de l’animal. Nail A. quant à lui, avait été retrouvé plus tard dans la nuit par la brigade de gendarmerie, transportant un sac rempli de viande de tortue. Il niait les faits.

 

“22 kg de viande ça fait beaucoup pour manger”

 

De retour devant les magistrats, Ibrahim I. présent ce jeudi à la chambre d’appel, a soutenu que la chaire de tortue était destinée à sa consommation personnelle. Un motif également évoqué par son complice, absent de la séance, mais qui aurait déclaré vouloir réaliser un voulé avec la viande qu’il transportait. Pourtant, peu de doutes subsistent quant au mode opératoire des deux individus. Les témoins ont rapporté des gestes précis et des intentions claires. “La tortue a été mise sur le dos avant d’être découpée.” Équipé de couteaux, Ibrahim I. a été surpris en train de morceler l’animal, avant de dissimuler la carapace dans le sable. “22 kg de viande ça fait beaucoup pour manger, c’était la première fois que vous faisiez cela ?”, lance le juge au prévenu. “C’était la première fois que je faisais ça, mais j’ai déjà consommé de la viande de tortue”. Pas franchement pertinent pour les magistrats, qui opteront pour une peine plus sévère qu’en première instance : 18 mois de prison ferme avec un maintien en détention ainsi que 14.000 euros de dommages et intérêts pour le premier et 18 mois d’emprisonnement avec mandat d’arrêt ainsi que 3.500 euros de dommages et intérêts pour le second.

 

La sauvegarde d’un animal en danger

 

Une petite victoire, alors que le trafic de tortue verte ou chelonia mydas demeure encore aujourd’hui très lucratif malgré leurs statuts d’espèces protégées. Les décisions de justice telles que celle-ci semble toutefois se multiplier, redonnant un peu d’espoir aux associations protectrices de l’environnement comme Oulanga Na Nyamba, les Naturalistes de Mayotte, l’Association Pour la Protection des Animaux Sauvages ou encore Sea Shepherd constituées partie civile. “Mayotte a des moyens, des institutions pour protéger les espèces menacées. Nous nous devons d’agir pour la biodiversité. Nous avons la chance d’avoir sur l’île plus de 100 plages reconnues comme lieux de ponte pour les tortues. De plus, sur notre territoire nous retrouvons cinq des sept espèces connues de tortues marines et deux d’entre elles viennent s’y reproduire” rappelle ainsi Maître Trouvé, avocate représentant les associations Oulanga Na Nyamba, Les Naturalistes de Mayotte et l’ASPAS. La lutte continue !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...