Procès Magnélé à Mayotte : la fin d’un mythe

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Depuis le 11 janvier, c’est un procès hors du commun qui se tenait à la cour d’assises de Mamoudzou. Les accusés ne sont autre que la bande de jeunes qui avaient terrorisé l’île en 2017 à travers une série de vols, de rackets et de séquestrations. Ce mardi 19 janvier sonnait la fin du procès, et leurs avocats ont joué leur dernière carte.

7 jours d’audience. 12 accusés. 1 procès hors-norme. Voici en somme ce qu’il faut retenir du procès dit Magnélé. Dans son tee-shirt bleu, la tête recroquevillée, et entouré de plusieurs gendarmes, le principal accusé semble redouter le sort que lui réservent les juges de la cour d’assises. Il le sait, sa situation peut s’aggraver en l’espace de quelques heures, lui qui a déjà passé plus de trois ans au centre pénitentiaire de Majicavo.

L’avocat général accuse le groupe de jeunes délinquants d’avoir formé une bande organisée qui a sévi sur l’île en 2017. Un terme de « bande organisée » qui fait toute la différence puisqu’il s’agit d’une circonstance aggravante qui alourdit la peine encourue. Les nombreux avocats des accusés s’attellent donc à prouver le contraire, lors de leurs longues plaidoiries. «Pour parler de bande organisée, il faut qu’il y ait de la préméditation, il faut qu’il y ait un groupe structuré ayant préexisté à l’infraction. Il faut qu’il y ait un chef et un plan», rappelle Me Jean-Baptiste Konde Mbom, avocat d’Abdoulanziz Ahamad Said Ali, dit Magnélé. Mais force est de constater que le parquet et les enquêteurs n’ont pas pu rassembler tous les éléments permettant de soutenir cette thèse. «Où sont les plans ? Où est la préméditation ? Où est la hiérarchie ?», s’étonne toujours l’avocat.

 

Magnélé, le «gentil» de la bande

 

Lors de la séquestration des gardiens de la société ETPC dans la nuit du 15 janvier 2017 (l’une des accusations de l’affaire), le fameux Magnéle aurait fait preuve de bon coeur selon son avocat qui se base sur les dires de la victime. En effet, il aurait permis au gardien de respirer en libérant sa bouche. «Il décide d’être l’ange du groupe», clame Me Jean-Baptiste Konde Mbom. Ce dernier a tendance à minimiser les faits en qualifiant le groupe de «bande de gentils qui n’avaient pas la volonté de faire mal».

L’homme en robe noir essaye d’attendrir l’audience en jouant sur les sentiments. Au moment des faits, «il s’agissait d’un mineur fragile qui avait de la colère», dit-il. Ledit Magnélé aurait sombré dans la délinquance lorsqu’il a vu le banga qu’il partageait avec sa famille se faire démolir sous ses yeux. «On ne peut pas lui faire porter ces responsabilités. Sa réputation dans l’opinion publique est fausse. On dit que c’est un être dangereux, un barbare. On en fait un mythe alors que c’est un gamin», conclut Me Jean-Baptiste Konde Mbom.

 

Un procès hors-norme

 

Les faits reprochés aux 12 accusés avaient marqué les esprits des habitants de l’île. Et les actes de délinquance perpétrés sur le territoire quotidiennement ne font qu’augmenter le sentiment d’impunité. Raison pour laquelle les avocats des présumés coupables redoutent, depuis le début de l’affaire, des peines lourdes dans l’objectif d’envoyer un message fort aux voyous qui sont encore en liberté. «On essaye de faire de ce procès un symbole. On en fait un procès criminel alors que c’est un procès d’ordre correctionnel tout simplement», souligne Me Delamour Maba Dali.

L’exceptionnalité du jugement se manifeste également à travers la multitude de policiers et de gendarmes déployés pour accompagner et surveiller les prévenus dans leurs moindres faits et gestes.
Si les avocats des prévenus demandent un verdict juste, certains estiment même que leurs clients méritent l’acquittement. Pour autant, le parquet général requiert 10 ans de réclusion criminel pour Magnélé, et 6, 15 et 20 ans pour ses présumés complices. Des peines lourdes, justifiées par les faits qui leur sont reprochés ci-dessus. La cour a finalement été plus clémente puisque Magnélé écope de 6 ans d’emprisonnement. Huit de ses complices sont condamnés quant à eux entre 6 à 10 ans, tandis que trois autres sont acquittés.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

Alison Morano, anthropologue : « Il n’y a pas de profil type du délinquant à Mayotte »

En 2016, Alison Morano se penchait sur « la catégorie sociale des mineurs isolés à Mayotte », dans le cadre de son mémoire d’anthropologie...

À Longoni, le futur lycée des métiers du bâtiment attend toujours sa viabilisation

Le rectorat organisait une visite sur le terrain du très attendu lycée de Longoni en compagnie des architectes mais aussi du président du SMEAM....

Diffamation : le président du syndicat de pompiers SNSPP-PATS de Mayotte devant le tribunal

Après une grève de plusieurs semaines qui a pris fin le 14 septembre 2020, l’ex-directeur du SDIS, le colonel Fabrice Terrien, cible de propos...

Soulaïmana Noussoura : « Il y a dix ans, les gens pensaient que j’étais un illuminé »

À l’occasion de la sortie de son livre, intitulé « Plan Marshall pour Mayotte », Soulaïmana Noussoura revient sur un projet qui lui tient...

48 étrangers en situation irrégulière interpellés à Koungou dans une opération de grande envergure

Après les violences du week-end dernier, une vaste opération menée par la gendarmerie nationale et la police aux frontières a été conduite à Koungou...