L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Des blocages à Vahibé pour changer « l’image qui nous colle à la peau »

À lire également

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Violences à Miréréni-Combani : « Nous nous demandons si nous vivons en France ou en Afghanistan »

Depuis un an, les habitants de Miréréni et de Combani ne dorment plus sur leurs deux oreilles et se renvoient constamment la balle face...

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Depuis lundi, une cinquantaine d’habitants bloquent les allées et venues à l’intérieur de Vahibé pour éveiller les consciences de la population et des autorités compétentes. Si le maire de Mamoudzou propose des solutions à court terme, le groupe de manifestants veut aller plus loin : décaser les responsables de cette image délétère et relever le défi du vivre-ensemble.

Si M’Tsapéré connaît son lot de barrages depuis lundi, c’est aussi le cas du côté de Vahibé. Moins exposé politiquement et enclavé géographiquement, le village vit pourtant au rythme des blocages. Non pas sur la route départementale, mais à l’intérieur même de la localité. « L’objectif de nous enfermer est d’éveiller les consciences, de discuter et de trouver des solutions », confie Zalifa, la porte-parole du mouvement, dont la décision remonte à dimanche dernier. Rassemblés ce jeudi matin sous un kiosque, une grosse dizaine de manifestants patientent avant de se rendre dans l’une des trois écoles fermées depuis le début de la semaine pour échanger avec des parents d’élèves. « Les enseignants titulaires veulent demander leur mutation à cause de l’insécurité. Cela nous alerte et nous inquiète. »

Professeur, assistant socio-éducatif, conseiller en insertion professionnelle, entrepreneur dans le BTP… Tous en ont plein la casquette de ce sentiment d’impuissance chronique. « Nous sommes tous des jeunes actifs, nous ne sommes pas des voyous comme nous l’attendons par-ci par-là », poursuit la trentenaire, lassée de cette image négative qui leur colle à la peau. « Quand nous disons que nous sommes de Vahibé, le regard change immédiatement ! » Rapidement rejointe par l’une de ses acolytes, agacée quant à elle d’être cataloguée de « sauvage » et de « coupeur de route ».

Mais avant même de pouvoir retrouver un semblant de paix, notamment avec Combani et Passamaïnty, encore faut-il réussir à s’entendre avec son propre voisinnage… « Par rapport à l’histoire de notre village et à nos différents héritages politiques, nous ne devrions pas être réunis aujourd’hui. Et pourtant, nous avons fait le pari du vivre-ensemble de manière intelligente », concède la responsable de projets, en guise d’exemple et de motif d’espoir.

blocages-vahibe-changer-image
Les manifestants se désolidarisent des blocages sur la route nationale, comme ce jeudi matin.

Chasser les parents de délinquants

Depuis le début de semaine, les réunions publiques s’enchaînent avec la mairie de la ville chef-lieu. La dernière en date remonte à mercredi, en milieu d’après-midi. « Ils ont proposé l’élagage immédiat des arbres pour empêcher les jeunes de se cacher », relate Zalifa. Un nouvel échange doit se tenir ce samedi pour élaborer un vrai plan de travail et mettre en place des procédures. Une première salve d’annonces pas franchement au goût d’Issouff. « Nous voulons actions concrètes et urgentes. Aujourd’hui, nous nous faisons voler et agresser tous les jours. Ce que nous voulons est à la fois simple et compliqué : que les parents de délinquants soient chassés avec leurs enfants. Nous marquerons enfin les esprits si nous faisons comme les autres, à savoir démolir et dégager », résume l’économiste en bâtiment, pas convaincu par l’application du système judiciaire dans le 101ème département alors qu’il dénombre 13 familles à problèmes sur Vahibé. « Les issues juridiques, c’est un échec à 98%. Si j’ai accepté de perdre mon temps, ce n’est pas pour rien… Trop, c’est trop ! »

Moins vindicative que son compère, Zalifa milite davantage pour des « réponses sociales » sur le long terme, telles que « l’insertion des jeunes », même si elle dénonce « une absence des autorités compétentes » à ce sujet. « Nous voulous mettre nos métiers à profit, mais nous ne pourrons le faire sans stabilité », martèle Yasser. Avant que tout le groupe ne brandisse à l’unanimité sa carte d’électeur pour mettre en garde les responsables politiques. « Vahibé fait partie de Mamoudzou et de Mayotte, que nous le voulions ou non », lâche l’une des manifestantes. « À l’approche des élections, on vient à notre rencontre, puis plus rien. Nous avons le sentiment d’exister tous les cinq-six ans seulement », complète Zalifa. Visiblement, ce temps semble révolu ! Eux en tout cas ont bien l’intension de prendre leur destin en main, une bonne fois pour toute.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...