L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

État, élus et gendarmerie désemparés à Combani

À lire également

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Violences à Miréréni-Combani : « Nous nous demandons si nous vivons en France ou en Afghanistan »

Depuis un an, les habitants de Miréréni et de Combani ne dorment plus sur leurs deux oreilles et se renvoient constamment la balle face...

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Voitures brûlées, affrontements entre jeunes et automobiliste violemment agressé, c’est le triste bilan du dernier week-end vécu à Combani. Ahmed Adam, élu en charge de la sécurité de la mairie de Tsingoni, admet que “tout le monde est débordé”.

La violence est toujours aussi présente à Combani. Dans la nuit de vendredi à samedi, treize véhicules ont été incendiés. Samedi, un jeune homme a été violemment frappé. Admis à l’hôpital de Mamoudzou, il n’est plus dans le coma, mais reste en soins intensifs. Lundi matin, de nouveaux barrages ont été érigés, a confirmé la gendarmerie. Des faits de plus qui entachent l’image de Combani et Miréréni, les deux villages de la commune de Tsingoni. “On n’arrive pas à régler les problèmes”, se désole Ahmed Adam. L’adjoint au maire de Tsingoni chargé de la sécurité enchaîne réunion sur réunion, ces derniers jours… Pour peu de résultats, il l’avoue. “On a eu des échanges avec le préfet*. On a tout fait. Ça ne bouge pas”, déplore-t-il. Le conflit opposant les populations des deux villages ne faiblit pas, alors même qu’un jeune homme de 24 ans a été tué de manière violente, le mercredi 9 février (voir encadré).

“Ils poussent les jeunes à faire des bêtises”

Et contrairement à M’Tsapéré (voir Flash Infos de mardi), il ne faut pas compter sur les plus âgés pour s’occuper du problème. “Ils poussent les jeunes à faire des bêtises. Ils leur donnent de l’argent ou de l’alcool”, fait remarquer Ahmed Adam. Assurant “mettre en place des actions”, l’élu prône la médiation et assure prévenir la gendarmerie dès qu’un événement survient. “Tout le monde est débordé”, constate-il, avant de regretter qu’il n’y ait pas davantage de sanctions “au niveau pénal”.

Ces jours-ci, Ahmed Adam espère l’organisation d’une réunion entre habitants de Combani et de Miréréni pour arranger la situation. Encore faut-il que tout le monde accepte de se parler…

* La préfecture de Mayotte n’a pas donné suite à nos sollicitations.

 

Meurtre à Combani : six personnes placées en détention

Le parquet de Mamoudzou a annoncé que six interpellations ont été effectuées, mardi. Elles sont en lien avec le meurtre d’un homme de 24 ans datant de la nuit du 9 au 10 février. Un acte particulièrement grave, et relayé sur les réseaux sociaux, qui s’est déroulé dans le cadre des affrontements entre villageois de Combani et Miréréni. “Il s’agit de trois majeurs et de trois mineurs. Il ressort des gardes à vue qu’ils sont tous les six impliqués dans les coups mortels donnés à la victime”, indique Yann Le Bris, procureur de la République. Il confirme qu’il s’agit de personnes habitant “le secteur Combani-Miréréni”. Déférées ce mercredi, elles sont maintenues en détention à la prison de Majicavo.

Toujours selon le procureur, les témoignages des habitants ont été cruciaux dans l’avancée de l’enquête. Confiée à la section de recherches de Mamoudzou et diligentée avec le concours de la brigade territoriale autonome de Sada, elle a permis au travers d’investigations techniques et de témoignages d’identifier et de localiser les six mis en cause. Ils ont successivement été interpellés à l’occasion d’une opération de filature ayant mobilisé une trentaine de gendarmes durant 24 heures.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1076

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : à quelles aides ont droit les entreprises ?

Sur « potentiellement 5.000 salariés » à Mayotte, indique Christian Pichevin, directeur régional des finances publiques (DRFIP) sur l’île, 300 demandes d’activité partielle auraient été formulées...

VIDEO. Les leaders des Forces vives demandent la levée des barrages

Safina Soula et d'autres représentants des Forces vives ont appelé le reste du mouvement à la levée des barrages ce jeudi matin, lors d’une...

Miréréni-Combani : le conflit intervillages s’enflamme

Le face-à-face entre bandes de délinquants basées à Miréréni et Combani s’était quelque peu tassé avec le mouvement social. Cela n’a pas duré. Les...

Barrages : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base »

Ce mercredi, plusieurs barrages sont encore en cours sur l’île, malgré une volonté de levée de la part de la majorité des leaders des...

Barrages : Maintien ou non ? Le flou demeure chez les Forces vives

Représentants des Forces vives et principaux groupes de barragistes peinent à s’entendre et beaucoup de gens sur l’île s’interrogent sur la direction que prend...