test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : Le Fokker de R’komor interdit de vol avant un contrôle

À lire également

Mayotte : « Clouée au sol depuis le 19 mars », Ewa Air tente de passer la crise

La compagnie mahoraise détenue à 51% par Air Austral et qui compte aussi la Chambre de Commerce et d’Industrie de Mayotte parmi ses actionnaires, espère voir bientôt le bout du tunnel. Pour maintenir la flotte pendant le confinement, Ayub Ingar, son directeur général délégué, a tenté d’organiser quelques vols. Ce mardi, c’est ainsi un avion-cargo qu’il devait réceptionner à l’aéroport de Pamandzi. Il revient pour le Flash Infos sur cette opération, et sur l’activité d’Ewa Air depuis le début du confinement.

Pourquoi 180 passagers ont vu leur vol Mayotte-Réunion annulé ce vendredi ?

La reprise des vols commerciaux par Air Austral est encore timide. Et ce vendredi 3 juillet, 180 passagers ont vu leur réservation annulée à la dernière minute à cause d’une restriction de la capacité de voyageurs à l’arrivée, à l’aéroport de Saint Denis.

Circulation alternée : A partir du 19 juin, ce sera moitié-moitié dans Mamoudzou

L’arrêté de circulation alternée pendant un mois a été rendu public, ce jeudi 1er juin. Dès le 19 juin, les véhicules venant de l’extérieur...

Mayotte : les bus scolaires sont parés pour la reprise mais roulent à vide

Tous les bus scolaires sont à nouveau de service, mais les élèves se font rares. La société qui est en charge, Carla Mayotte Transport Baltus, fait respecter les mesures barrières avec les moyens du bord. Cependant, la gérante s’inquiète particulièrement pour la prochaine rentrée qui arrive à grands pas alors que rien n’est prêt.

Depuis septembre 2023, ce plus grand appareil qu’exploite la compagnie comorienne pour assurer ses liaisons entre les îles a enregistré pas moins de trois crevaisons de pneus, durant l’atterrissage. Ces incidents ont poussé l’aviation civile à exiger un contrôle avant toute reprise.

Le 14 mars, les images du LTE410 obligé d’atterrir en urgence à l’aéroport de Moroni, avaient fait le tour des réseaux sociaux en quelques minutes. Cet énième incident d’un appareil de la compagnie R’komor était tout sauf un cas isolé. Pas plus tard que le 19 février, un Fokker de cette seule compagnie qui dessert les îles, a crevé ses pneus, après son atterrissage à l’aérodrome de Ouani, sur l’île d’Anjouan. Le choc était fort à tel point que l’aéronef est sorti de la piste et s’est retrouvé dans la brousse. Heureusement qu’aucun blessé n’a été enregistré, ni chez les passagers encore moins les pilotes. Toutefois, observer deux incidents aériens en l’espace d’un mois, suscite des interrogations. Certes ce n’est pas le même vol, mais l’intervalle séparant les incidents a de quoi intriguer. Pointée du doigt pour son silence, la direction nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACM) aurait pris une décision il y a deux semaines, en signe de prévention. Selon une source bien renseignée, le gendarme de l’aviation comorienne a interdit à la compagnie de reprendre ses activités avec son Fokker qui se trouvait bloqué à Anjouan depuis la crevaison de pneus dont il a fait l’objet. C’est à la suite d’une mission d’inspection dépêchée sur l’île après l’incident que l’autorité de l’air a exigé un contrôle dans un centre de maintenance à Nairobi. « Les responsables aimeraient voir comment les pilotes de R-Komor procèdent à l’atterrissage. Car ils ne comprennent pas pourquoi ces incidents à répétition plus particulièrement quand ils atterrissent alors que d’autres vols ne subissent presque jamais des crevaisons de pneus », a confié une source travaillant au sein de l’ANACM, interrogé par Flash Infos, ce samedi.

Hausse des craintes

Ce connaisseur du secteur a ajouté que pour qu’il y ait crevaison de pneus, plusieurs facteurs doivent rentrer en ligne de mire. « L’état de la piste peut en être la cause. Sur ce point, tout le monde est d’accord sur le fait qu’à Mohéli et Anjouan, la piste n’est pas irréprochable. Mais est-ce suffisant ? », nuance notre interlocuteur qui souligne que le freinage brusque ou l’atterrissage au milieu de la piste peuvent également causer l’endommagement des pneus. Les craintes se sont accentuées dans la mesure où depuis fin 2023 jusqu’à nos jours le même vol de R’Komor, c’est-à-dire le Fokker d’une capacité de 52 places enchaîne les crevaisons. Après le premier incident survenu à Anjouan, au mois de septembre 2023, la compagnie avait été contrainte de faire contrôler son aéronef. A noter que juste après son décollage de l’aéroport de Moroni, l’appareil avait perdu certains accessoires en plein vol. Voilà pourquoi après les évènements du 19 février, le gendarme de l’aviation a insisté sur la nécessité d’un nouveau contrôle approfondi et le remplacement de certaines pièces comme l’hélice endommagé, lorsque l’aéronef s’est retrouvé coincé dans la brousse. Pour le petit vol (Let 410) qui a fait demi-tour en urgence à Moroni, ce 14 mars, il s’agirait d’une défaillance de la sonde qui mesure le taux de la température. Après intervention des mécaniciens, il s’est avéré que cet équipement avait indiqué une hausse erronée de la température. Ce qui a contraint le pilote à retourner au lieu de continuer le voyage. « C’était la procédure normale à suivre pour le pilote », défend Ezi-Eldine Youssouf, actuel directeur technique de la compagnie R’komor. Ce dernier dit partager l’appréhension née après les incidents de leur vol. Lancée en 2018, R’Komor reste la seule compagnie nationale qui assure pour le moment les liaisons domestiques. Après le crash survenu en 2022 du vol d’AB Aviation, au large de Mohéli, Int’Air Îles avait repris le service avant de mettre la clé sous la porte. En dépit d’une décision de justice rendue en sa faveur, la compagnie n’a pas pu faire respecter le jugement. Ce qui fait que R’komor est seul dans le marché. Une nouvelle compagnie a été annoncée, ce vendredi, mais ses activités devraient commencer incessamment. En attendant, tout Comorien qui souhaite circuler dans les îles, doit monter dans le LET410 de R’komor dont le poids a toujours permis selon Ezi-Eldine Youssouf tout incident de crevaison. « Car j’ai toujours déconseillé à nos équipes et la compagnie d’envoyer le Fokker 50 dans les îles en raison de l’état de la piste. En raison de ses charges, près de vingt tonnes y compris la cinquantaine de passagers abord, le pilote aura toujours un champ limité. Il sera difficile d’éviter les nids de poule si l’avion pèse », a expliqué le directeur technique de R’komor.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....