test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Mayotte : « Clouée au sol depuis le 19 mars », Ewa Air tente de passer la crise

À lire également

Pourquoi 180 passagers ont vu leur vol Mayotte-Réunion annulé ce vendredi ?

La reprise des vols commerciaux par Air Austral est encore timide. Et ce vendredi 3 juillet, 180 passagers ont vu leur réservation annulée à la dernière minute à cause d’une restriction de la capacité de voyageurs à l’arrivée, à l’aéroport de Saint Denis.

Circulation alternée : A partir du 19 juin, ce sera moitié-moitié dans Mamoudzou

L’arrêté de circulation alternée pendant un mois a été rendu public, ce jeudi 1er juin. Dès le 19 juin, les véhicules venant de l’extérieur...

Mayotte : les bus scolaires sont parés pour la reprise mais roulent à vide

Tous les bus scolaires sont à nouveau de service, mais les élèves se font rares. La société qui est en charge, Carla Mayotte Transport Baltus, fait respecter les mesures barrières avec les moyens du bord. Cependant, la gérante s’inquiète particulièrement pour la prochaine rentrée qui arrive à grands pas alors que rien n’est prêt.

Avec le Mistral, un vent rassurant souffle sur le sud océan Indien

Le président de la République l’a annoncé ce mercredi soir, le porte-hélicoptère amphibie Mistral viendra en aide aux territoires de La Réunion et de Mayotte dans le cadre de l’opération “Résilience”, visant à lutter contre l’épidémie de Coronavirus face à laquelle les deux départements manquent d’armes pour lutter.

 

La compagnie mahoraise détenue à 51% par Air Austral et qui compte aussi la Chambre de Commerce et d’Industrie de Mayotte parmi ses actionnaires, espère voir bientôt le bout du tunnel. Pour maintenir la flotte pendant le confinement, Ayub Ingar, son directeur général délégué, a tenté d’organiser quelques vols. Ce mardi, c’est ainsi un avion-cargo qu’il devait réceptionner à l’aéroport de Pamandzi. Il revient pour le Flash Infos sur cette opération, et sur l’activité d’Ewa Air depuis le début du confinement.

Flash Infos : Avec le confinement et la fermeture des aéroports, le secteur aérien traverse une crise sans précédent. Quelle a été l’activité d’Ewa Air au cours des trois derniers mois ?

Ayub Ingar : Avec cette pandémie et la fermeture des aéroports et des frontières, nous sommes cloués au sol depuis le 19 mars. Mais il faut savoir qu’un avion au sol coûte aussi cher qu’en vol. Surtout à Mayotte, avec la mer à proximité, cela demande beaucoup d’entretien pour éviter la corrosion par exemple. C’est pour cette raison que depuis deux mois, nous nous sommes débrouillés pour affréter quelques avions. D’abord en avril, nous avons effectué deux vols pour rapatrier des ressortissants mahorais, un depuis Majunga, et un autre depuis Anjouan. Nous avons ensuite participé aux évacuations sanitaires, ce qui a d’ailleurs demandé un certain travail pour équiper nos appareils, avec des civières notamment. Nous avons fait cinq vols de ce type vers La Réunion. Ensuite, il y a eu un vol pour le compte de la Banque centrale des Comores, pour transférer des fonds vers La Réunion ; puis un vol pour la Croix Rouge, destiné à apporter du matériel sanitaire à l’hôpital de Moroni. Enfin, nous avons deux vols de fret prévus cette semaine, celui d’aujourd’hui [mercredi 16 juin], et un autre qui doit arriver vendredi.

FI : En effet, vous êtes venu aujourd’hui à l’aéroport pour accueillir le vol d’Ewa Air qui transporte un fret depuis Madagascar. Quelle est la raison de ce voyage, et que rapporte l’avion-cargo ?

A. I. : Cet avion doit transporter 5,5 tonnes de fret depuis Tananarive. Ce sont des fruits et des légumes et aussi du gel hydroalcoolique, qui ont été commandés par une centrale d’achat privée, la MJM corporation. Je suis très fier d’ailleurs, car c’est un pilote mahorais qui doit atterrir dans quelques minutes, fraîchement embauché il y a trois mois. Il vient renforcer des équipes déjà majoritairement composées de Mahorais, à 100% en ce qui concerne les PNC (personnels navigants commerciaux), les stewards et les hôtesses. C’est un point qui me tient à cœur, et c’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons noué un partenariat avec le Rectorat de Mayotte qui a créé une cellule d’aéronautique en septembre 2019, au lycée de Petite-Terre, dans le but de former les élèves de Mayotte aux métiers de l’aérien. D’ici quelques années, et après la crise que nous traversons, j’ai bon espoir que ces jeunes viennent gonfler nos effectifs !

L’autre raison qui justifie ce vol est économique. Nous avons malheureusement été écarté du dispositif des Evasan, au prétexte que nos vols mettaient quarante minutes de plus à arriver jusqu’à bon port… Résultat, nous avons dû changer notre fusil d’épaule, ranger les civières au garage, et équiper différemment ces avions, pour qu’ils deviennent des avion-cargos. Nous avons ainsi recouvert tous les sièges de plastique, de telle sorte que les marchandises occupent la soute et la cabine. C’était essentiel de procéder ainsi pour maintenir un peu notre activité, et surtout faire voler nos avions comme je vous l’expliquais. D’autant qu’il s’agit d’une opération blanche, qui ne permet pas de dégager des recettes, juste d’amortir les frais, je tiens à le préciser.

FI : Justement, comment la compagnie parvient-elle à rester à flot ? Avez-vous pu bénéficier des aides de l’Etat ? Le gouvernement vient d’ailleurs d’annoncer un plan de soutien à l’aérien…

A. I. : Malheureusement, nous ne sommes pas vraiment concernés par ce plan, qui s’inscrit surtout dans un cadre de continuité territoriale, en France. Or, Ewa Air dessert principalement des destinations internationales. Pour nous, c’est un peu la double peine et nous naviguons en eaux troubles. Même si le président de la République Emmanuel Macron a annoncé une reprise des vols hors Europe à partir du 1er juillet, à condition qu’il n’y ait pas de circulation du virus, encore faut-il que les aéroports étrangers accueillent eux aussi des ressortissants français ! Or pour Madagascar, pour les Comores, je ne vois pas cela arriver de sitôt. Non, je mise plutôt sur Dar es Salam pour l’instant, car l’aéroport est déjà ouvert, et avec un peu de chance nous pourrons reprendre du service vers la fin du mois de juillet. Alors oui, en attendant, nous avons recours aux aides, notamment un prêt garanti par l’Etat qui ne devrait plus tarder à arriver, et bien sûr l’activité partielle, mise en place pour la plupart de nos 35 salariés. Le personnel naviguant est à 100% au chômage partiel, avec de courtes reprises quand ils effectuent un vol. L’équipe technique, elle est à 50%, car ils continuent d’entretenir les avions. Le reste, les équipes administratives et commerciales, sont toutes au chômage partiel.

 

FI : Malgré les 85 millions d’euros, mobilisés par la Région Réunion sous la forme d’avances remboursables et d’un prêt garanti par l’Etat, Air Austral a entamé une négociation avec son personnel sur un plan d’adaptation qui prévoit peut-être des départs volontaires. Un plan similaire est-il envisagé chez Ewa Air ?

 

A. I. : Non, il n’est pas prévu pour l’instant d’envisager des départs. Ce n’est pas tellement que notre trésorerie nous suffit à supporter la crise, mais surtout que nous sommes une petite compagnie, et j’aurai besoin de tous mes effectifs pour redémarrer. Bien sûr, rebondir ne sera pas chose facile, car nous avons été obligés de mettre tous nos projets en stand by. L’objectif aujourd’hui, c’est de redémarrer l’exploitation pour retrouver notre vitesse de croisière. Mais pour cela, il faudra sans doute compter au moins un an…

 

 

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....

« Cette dissolution bouleverse la synchronisation des élections présidentielles et législatives »

Thomas M’Saïdié, maître de conférences HDR à l’« Université de Mayotte » (l’universitaire s’oppose au statut d’institut universitaire), revient sur la dissolution de l’Assemblée nationale effectuée...