Enseignement des langues mahoraises à l’école, une nouvelle étape franchie

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

C’est un combat que mènent les fervents défenseurs du shimaoré et du kibushi depuis des années. L’enseignement des langues mahoraises à l’école n’est plus qu’un rêve. Le Département, le rectorat, le CUFR et l’association Shimé ont signé une convention régissant les règles à suivre pour que les élèves du premier degré puissent apprendre ces langues régionales dans les établissements scolaires.

Dans la salle DRH du conseil départemental, le recteur annonce la couleur. « Jéjé, wa fétché ! » Des mots shimaoré prononcés ce mardi matin par Gilles Halbout comme pour poser le contexte de sa venue. Réunis autour de la même table, le représentant de l’académie, le président du Département, celui de l’association Shimé et le directeur ad-joint du centre universitaire de formation et de recherche (CUFR) s’apprêtent à signer une convention historique pour l’île. Désormais, le shimaoré et le kibushi, les deux langues régionales du territoire, pourront être enseignées de manière formelle dans les écoles du premier degré de Mayotte.

Une première victoire pour Rastami Spelo, président de l’association Shimé, qui n’a ja-mais cessé de prôner la valorisation de ces deux langues. « J’y ai toujours cru… L’État a mis fin aux inégalités en reconnaissant nos langues régionales. Je vais me battre encore et encore pour l’acceptation du shimaoré et du kibushi à l’école laïque de notre République », prévient-il à l’assemblée et notamment aux autres signataires de la convention. Malgré cette avancée inédite pour l’apprentissage du shimaoré et du kibushi, Rastami Spelo reste sur ses gardes. Selon lui « en France la manière de faire est de discourir, donner tout ce qu’il faut et ne pas faire ». Mais il n’a pas l’intention de baisser les bras après plus de 20 ans de combat.

Son association qui a longtemps été soutenue par la collectivité pourra désormais compter également sur le soutien de l’Éducation nationale. Cette nouvelle étape peut être franchie grâce à la réunion de nouvelles conditions. « On ne peut pas apprendre une langue sans avoir réfléchi à la manière de l’écrire et la parler correctement. C’est désormais possible avec tout le travail qui a été fait par le conseil départemental, les associations et les chercheurs qui ont travaillé à la formalisation de ces langues régionales », décline Gilles Halbout. Cela est également rendu possible depuis la promulgation de la loi du 21 mai 2021 qui reconnaît, protège et promeut les langues régionales.

 

Formation obligatoire des enseignants

 

La signature de la convention n’est que le début d’un long processus pour que tous les enfants puissent apprendre le shimaoré et le kibushi à l’école. Avant d’arriver à cette ultime étape, il faut en premier lieu former les enseignants. Parler une langue est une chose, mais maîtriser tous ses rouages et pouvoir la transmettre en est une autre. De plus, un certain nombre d’enseignants de l’île n’en parlent aucune des deux, il est donc primordial de les former. « Il faut qu’on ait des formateurs aguerris et qu’on soit carrés sur les règles grammaticales et orthographiques… Il y a un travail sur le long terme à faire et nous aurons besoin des associations, pour que tous nos enseignants s’acculturent avec ces langues et qu’un très grand nombre d’entre eux puissent les enseigner », explique le recteur de Mayotte.

Et cela passera notamment par le centre universitaire de formation et de recherche de Dembeni qui devra préparer les futurs professeurs des écoles. « Dès l’année prochaine, en septembre, on va réfléchir à l’introduction de modules d’initiation des langues régionales dans nos maquettes à destination des enseignants du premier degré dans un premier temps », annonce Abal Kassim Cheik Ahmed, directeur adjoint de l’établissement. Il faudra donc attendre encore quelques années avant que l’enseignement du shimaoré et du kibushi se fasse à grande échelle. Pour l’heure, l’Éducation nationale mènera des expériences dès la rentrée scolaire de 2021. « Pour amplifier tout cela, il nous faut du matériel pédagogique, des manuels et tout cela va prendre un peu de temps. Notre objectif est de commencer par les petites classes et que l’on puisse continuer dans le second de-gré comme cela se fait dans les autres établissements du territoire national », souhaite Gilles Halbout.

 

Un travail de longue haleine

 

Quelques enseignants pratiquent déjà le bilinguisme dans certaines écoles de l’île, mais ces cas sont anecdotiques. Les élèves de Mayotte n’apprendront pas les deux langues régionales du jour au lendemain, car elles manquent encore une certaine structure. La graphie du shimaoré et du kibushi a été adoptée il y a tout juste un an, après de longues années de débat. Mais il ne s’agissait que de la partie émergée de l’iceberg. « Beaucoup rester à faire, il convient notamment de continuer à œuvrer pour [leur] codification en les dotant d’une orthographe et d’une grammaire officielle », précise Soibahadine Ibrahim Ramadani. Et pour y parvenir, lors de la dernière commission permanente du conseil départemental, le président a proposé la création de l’institut des langues et de civilisation de Mayotte. « Il assumera la mission d’académie des langues et fixera ainsi les normes régissant les langues mahoraises », précise le responsable de la collectivité pour encore quelques jours. Gare à ceux qui écorcheront d’une manière ou d’une autre le shimaoré et le kibushi !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...