L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Barrages : L’union se disloque chez les Forces vives

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

On ne compte plus les réunions des Forces vives pour trouver un terrain d’entente sur le maintien ou non des barrages. Une nouvelle s’est tenue toute la journée à M’roalé (Tsingoni), et l’union n’est toujours pas au rendez-vous.

Ce mardi, les leaders des Forces vives et les référents des barrages, soit une soixantaine de personnes, se sont retrouvés à 11 heures lors d’une réunion à la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) de M’roalé, dans la commune de Tsingoni. L’ordre du jour était le même que lors des précédentes réunions : la levée ou non des barrages. « Il était question de discuter sereinement sur le maintien ou non de la grève. Après de longues discussions, chacun a exprimé sa position », indique Abdou Badirou, un des leaders du mouvement, présent à la réunion et qui annonçait vendredi dernier la mise « de côté » des barrages.

Sur la quinzaine de leaders présents, seuls deux sont pour le maintien des barrages, à savoir Saïd Kambi et Saïd Hachim. Safina Soula et Abdou Badirou sont, eux, pour la levée. De leur côté, les référents des barrages sont plus nombreux à vouloir leur maintien. Ainsi, les blocages du sud, du nord, ceux de Chiconi et de Tsararano vont rester en place. La revendication mise en avant demeure l’état d’urgence sécuritaire. Ceux de Passamaïnty, de la barge, de Tsingoni, de Coconi et de M’roale sont eux, à priori, suspendus pour l’instant.
On nous confie que vers 17 heures, les personnes pour la levée des barrages ont décidé de quitter la salle de la MJC, pendant que les autres ont continué les discussions jusqu’à 18 heures.

Grand schisme pour les barragistes

Un mouvement plus que jamais divisé, une semaine après avoir reçu les promesses ministérielles sur la fin du droit du sol et du titre de séjour territorialisé (une des première revendication du mouvement) par courrier. Néanmoins, Saïd Kambi, qui aurait été questionné sur l’apparition d’un nouveau mouvement appelé les Forces du peuple lors de cette réunion a démenti une rumeur inventée pour diviser le mouvement.
« C’est dommage d’arriver à cette situation », confie Abdou Badirou, ce mardi soir. Pour lui, les personnes à l’origine du mouvement n’avaient pas imaginé continuer les barrages au-delà de la réception du courrier, contenant des annonces qu’il considère comme une victoire. Selon l’éducateur, ce serait davantage des personnes greffées au mouvement après la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, qui souhaitent poursuivre les blocages. Face à tout ça, Abdou Badirou, qui dit ne pas avoir envie de « défier l’État » outre mesure et qui est content des annonces obtenues, a décidé de se mettre quelques temps en retrait du mouvement : « Pour moi on a gagné, je laisse les autres continuer pour le moment. »

« Alger » et Maddoudine font appel

barrages-lunion-disloque-chez-forces-vives
Les deux habitants de Sada ont été condamnés à quatre ans de prison en première instance.

Rendue vendredi dernier, la décision du tribunal correctionnel de Mamoudzou condamnant à quatre années de prison Maddoudine Abdou et Mohamadi « Alger » Attoumani, respectivement conseiller principal d’éducation et chauffeur au Sidevam, va faire l’objet d’un appel. Les deux Sadois, par ailleurs meneurs du barrage de Chiconi, ont été reconnus coupables en première instance d’avoir instigué l’attaque à coups de pierres et de cocktails molotovs de la brigade de gendarmerie de Sada, les 28 et 29 janvier. Maître Askani Moussa, qui défend « Alger » envisage également de déposer une demande de libération conditionnelle pour son client, en attente de l’audience en appel. Pour cela, l’avocat doit saisir le juge d’application des peines.

Contacté, l’avocat Jean-Baptiste Kondé, qui défendait vendredi Maddoudine Abdou, nous explique que c’est son confrère Abdel-Lattuf Ibrahim, qui récupère le dossier. « Il a également l’intention de faire appel », confirme le conseil. Contrairement au premier qui nie toute participation aux faits, Maddoudine Abdou a avoué et fait part de ses regrets lors du procès en premier instance.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...