L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Nommé au grade de chevalier, le docteur Abdourahim Chamouine remercie ses pairs

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Le président de la République, Emmanuel Macron, a nommé le docteur Abdourahim Chamouine, chef de service en pédiatrie au centre hospitalier de Mayotte, au grade de chevalier dans l’ordre national du mérite, comme bon nombre de ses compères du territoire, pour récompenser son parcours et ses engagements. Humble, le quadragénaire a surtout tenu à remercier ses pairs qui l’épaulent au quotidien et à mettre en avant ses projets professionnels, sa motivation première.

Comme bon nombre de ses collègues chefs de service du centre hospitalier de Mayotte, le docteur Abdourahim Chamouine fait partie des professionnels de santé nommés au grade de chevalier dans l’ordre national du mérite par le président de la République, Emmanuel Macron, en ce début d’année 2021. Une grande surprise pour l’homme âgé de 49 ans, qui, pour ainsi dire, ne s’y attendait pas du tout. Lui qui a l’habitude de ne pas se mettre en avant, surtout devant les médias, sauf quand il s’agit de «parler de mes patients». Réservé de nature, celui qui est arrivé sur l’île aux parfums en 2010 reçoit cette distinction «avec plaisir si les gens [la] considèrent comme gratifiante». Mais dans son style bien à lui, il dirige surtout «ce coup de projecteur» sur ses collègues, «tous ceux qui m’ont aidé dans mon travail et qui la mériteraient».

Diplômé d’un baccalauréat au lycée Said Mohamed Cheikh de Moroni, le Grand Comorien s’envole pour Montpellier où il poursuit ses études de médecine avant de débarquer à Besançon pour réaliser sa spécialité en pédiatrie. Un cursus de plusieurs années durant lequel il pose ses valises pour la première fois au CHM comme interne en 2002 puis comme praticien remplaçant régulier entre 2003 et 2007. «Des brefs séjours», souligne-t-il. À ce moment-là, rien ne le prédestine à s’installer durablement dans le 101ème département. Mais le hasard fait bien les choses. Son parcours universitaire lui fait rencontrer sa femme, originaire de Mayotte, elle aussi en exil dans le Doubs. «Le rapprochement familial a beaucoup joué», avoue-t-il, pour justifier sa venue.

 

La drépanocytose, son cheval de bataille

 

grade-chevalier-docteur-abdourahim-chamouine-mayotte2Chef du pôle enfant de 2012 à 2015, le docteur Abdourahim Chamouine décide de réduire la voilure pour devenir chef de service pédiatrie. Une réduction de ses responsabilités qui coïncide avec sa nouvelle fonction de coordinateur d’un centre de référence pour les maladies du globule rouge. Plus connues sous le nom de drépanocytose. Son leitmotiv et celui de son équipe ? «Que le traitement soit mis en place dans les deux mois après la naissance de chaque nouveau-né», martèle-t-il, au moment de se réjouir de la guérison définitive de trois enfants après une greffe de moelle osseuse. Si le père de famille reçoit un financement fléché du ministère de la Santé, il peut également compter sur l’aide de l’hôpital et de l’agence régionale de santé (ARS) sur le plan administratif.

Complètement investi dans sa mission, le Mahorais d’adoption souhaite continuer sur cette lancée, à savoir «exercer mon activité et soigner mes patients». «Si j’ai ces conditions de travail, il n’y a pas de raison que je parte !» Adulé par ses pairs qui n’ont pas manqué de lui adresser une ribambelle de louanges au moment de l’annonce, le docteur Abdourahim Chamouine espère toujours pouvoir autant s’investir dans les projets qui lui tiennent à cœur et qui touchent la petite enfance. Son vœu le plus cher pour l’avenir ? «Contribuer à quelque chose dont nous ne serons pas forcément bénéficiaires» et «avoir une banque de sang à Mayotte». Toujours dans l’intérêt général ! Un grand bonhomme au grand cœur qui mérite, sans conteste, la plus haute décoration honorifique française.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...