L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Mairie de Mamoudzou | 2018 : « année de la sécurité »

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Le maire de Mamoudzou Mohamed Majani, a formulé ses vœux hier sur le parvis de l’hôtel de ville. Un discours dans lequel il souhaité insister sur la nécessité de mettre l’accent sur la sécurité pour cette nouvelle année.

« Nous allons poursuivre les efforts entrepris, en coordination avec les services de l’État ». Tel était le vœu pieux de Mohamed Majani au moment de présenter ses vœux 2018. Pour illustrer ses paroles, le maire a fait référence au système de vidéosurveillance récemment mis en place. « Il sera opérationnel dans les semaines à venir », promet-il. Un projet qui a coûté environ 4 millions d’euros et qui a été financé sur fonds propre avec l’aide de la réserve parlementaire du sénateur Thani Mohamed Soihlli à hauteur de 50 000 €. La rénovation des locaux de la police municipale a été réalisée en parallèle pour un montant de 300 000 €. Le centre superviseur urbain (CSU) y a été installé. 

Si la commune a investi dans la sécurité et compte poursuivre sa démarche, elle appelle néanmoins à un « effort collectif » pour lutter contre l’insécurité. Le maire en a appelé aux propriétaires fonciers dont les terrains sont occupés illégalement par des « squatteurs ». « Aidez-nous à réduire les bidonvilles, en engageant des actions en justice », lance Mohamed Majani. Il aurait pu s’appuyer sur l’exemple de la famille Batrolo qui a lancé depuis 2016 des procédures d’expulsion d’habitations illégales sur ses terrains qui s’étendent au-dessus sur une partie de la côte Sogea à Kaweni. Mais visiblement, ces actions n’ont pas avancé puisque les cases en tôle sont toujours là. 

Mais lutter contre l’insécurité passe aussi par l’encadrement des jeunes pour éviter l’oisiveté. Mohamed Majani a rappelé par exemple le partenariat avec Pôle emploi pour financer des formations leur étant destinées ou encore l’ouverture récente de la MJC de M’gombani.   

L’amélioration du cadre de vie a aussi été mis en avant par l’élu municipal, en témoigne les travaux en cours à M’gombani. Il a aussi cité l’exemple de Kaweni avec sa maison du projet qui rassemble les divers acteurs de la société civile pour repenser l’aménagement du quartier dans le cadre du programme national de renouvellement urbain.  Enfin, une parenthèse a été faite sur le projet de transports interurbains Caribus dont les premières rotations sont attendues pour 2023, si tout va bien d’ici là…

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1076

Le journal des jeunes

À la Une

VIDEO. Les leaders des Forces vives demandent la levée des barrages

Safina Soula et d'autres représentants des Forces vives ont appelé le reste du mouvement à la levée des barrages ce jeudi matin, lors d’une...

Miréréni-Combani : le conflit intervillages s’enflamme

Le face-à-face entre bandes de délinquants basées à Miréréni et Combani s’était quelque peu tassé avec le mouvement social. Cela n’a pas duré. Les...

Barrages : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base »

Ce mercredi, plusieurs barrages sont encore en cours sur l’île, malgré une volonté de levée de la part de la majorité des leaders des...

Barrages : Maintien ou non ? Le flou demeure chez les Forces vives

Représentants des Forces vives et principaux groupes de barragistes peinent à s’entendre et beaucoup de gens sur l’île s’interrogent sur la direction que prend...

Barrages : La double peine pour les mineurs victimes de violences

En raison des barrages sur l’île, les acteurs du social, malgré de nombreuses alertes de violences au sein de cellules familiales, se sont retrouvés...