L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Eau, sécurité, constructions, projet académique, le rectorat à l’heure des grands défis

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

Avec la moitié de la population ayant en-dessous de 18 ans, la présentation du projet académique du rectorat de Mayotte, jeudi 13 juillet, était particulièrement attendue. Pour son premier exercice en tant que recteur, Jacques Mikulovic (il est arrivé en janvier 2023) n’a éludé aucun sujet, dans l’amphithéâtre du CUFR de Dembéni.

« Le maximum pour que l’école soit maintenue »

A l’heure où les coupures d’eau s’accentuent, l’Éducation nationale (qui est le plus grand consommateur de cette ressource sur l’île) se prépare depuis des mois à faire face à une sécheresse plus importante à la rentrée. « J’espère bien qu’on aura de l’eau. Le préfet de Mayotte met tout en œuvre pour qu’il n’y ait pas de coupures dans la journée. Ce n’est pas ma responsabilité d’alimenter tous les établissements en eau, même si on a tout mis en œuvre pour que tous les établissements du second degré [N.D.L.R. ceux du premier degré dépendent des communes] soient équipés d’une cuve-tampon, ne serait-ce que pour les sanitaires », indique Jacques Mikulovic, le recteur de Mayotte, ce jeudi 13 juillet. « On fera le maximum pour que l’école puisse être maintenue. Chaque jour d’école manqué, c’est une chance en moins pour nos élèves. »

Les problématiques de l’île pouvant décourager de potentiels candidats, le recteur ne s’est pas étendu outre mesure sur le sujet. « Aujourd’hui, les recrutements pour les enseignants du second degré sont en cours. Nous avons une session de rattrapage pour les non-lauréats du concours de professeur des écoles. J’espère que le 18 août, nous aurons résolu notre problème et atteint notre quota de postes à pourvoir pour le premier degré. »

Dans l’amphithéâtre du CUFR de Dembéni, le jeudi 13 juillet, une centaine de personnes étaient présentes à la présentation du projet académique 2023-2027 du rectorat de Mayotte.

Des établissements devenus des « citadelles »

Difficile de ne pas évoquer l’insécurité quand on évoque les établissements scolaires. Beaucoup de conflits ont encore eu lieu, cette année, notamment sous la forme de caillassages. Outre les rixes aux abords du lycée de Dzoumogné, l’attaque du bus scolaire à Majicavo-Koropa le 16 novembre 2022 et celle à l’intérieur même du lycée du Nord, à M’tsangadoua, le 4 avril 2023, ont particulièrement choqué. Le recteur a remercié les représentants des forces de l’ordre pour leur présence récurrente à proximité des collèges et lycées. Il regrette cependant que « les établissements soient construits comme des citadelles », lui qui aimerait qu’ils soient plus ouverts vers l’extérieur, notamment pour les associations sportives et culturelles. Citant en exemple le collège de Kwalé qui a signé plusieurs conventions, il note « qu’il y a moins d’effractions » quand ces lieux accueillent un public extérieur.

Les savoirs fondamentaux à la fin du collège

Le recteur ne s’en cache pas. Avec son projet académique 2023-2027, au stade de « document de travail » selon lui, il fixe comme objectif : « 100% de réussite du cycle 3 à la fin du cycle 4 ». En clair, tous les élèves devront avoir au minimum le niveau attendu en sixième à la fin de leurs années de collège. Pour arriver à l’acquisition des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter), le rectorat souhaite « expérimenter » et compte sur un retour à « des groupes de besoins ou de niveaux ». L’enjeu est important, à Mayotte, 74,4% des jeunes de nationalité française rencontrent des difficultés de lecture à la journée Défense et Citoyenneté.

Le projet, dont le maître-mot est « Respect », comporte sept principes d’engagement : renforcer l’école, encourager le promotion des personnes, sécuriser les parcours, participer à l’élaboration des projets de vie, coopérer en mobilisant toutes les ressources, travailler en partenariat et donc expérimenter structurellement les parcours en cycles adaptés dès le collège.

Étoffer la formation professionnelle

« La formation professionnelle n’est pas une voie en déclin, mais d’avenir. Il faut l’étoffer », souhaite le recteur. Il prend en exemple le baccalauréat STMG (Sciences et technologies du management et de la gestion) dans lequel beaucoup d’élèves sont envoyés. « On fait du volume à moindre coût », admet-il, mettant en exergue la formation STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable) « pas saturée » et qui pourrait permettre davantage de débouchés. A Mayotte, l’offre devrait également se faire plus varier avec le futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni, le pôle des métiers de l’aérien en Petite-Terre et le lycée des métiers de la mer et du littoral (également en Petite-Terre).

Pour le post-bac, l’une des grandes avancées prévues en 2024 est le passage du CUFR (centre universitaire de formation et de recherche) de Dembéni en une université de plein exercice.

Dominique Gratianette, le secrétaire général du rectorat de Mayotte, dévoile ici le futur collège de Vahibé (900 élèves) dont la première rentrée est prévue dans trois ans.

Les constructions continuent

Depuis le collège de Bouéni, ouvert en 2019, aucun autre établissement du secondaire n’a été inauguré. Une anomalie sur un territoire qui ne cesse de voir ses effectifs progresser et dont l’année 2026 semble déjà charnière pour les collèges (au vu du nombre d’élèves enregistrés en primaire). Le rectorat de Mayotte a donc décidé de lancer plusieurs chantiers en même temps. Le 8 décembre 2022, le lycée des métiers du bâtiment de Longoni (LMBL, 1.800 élèves), prévu à la rentrée 2025, a vu sa première brique posée. Selon Dominique Gratianette, secrétaire général du rectorat, d’autres devraient suivre. C’est le cas des collèges de Bandraboua (aussi en 2025) et Cavani, des enceintes moins grandes que d’habitude avec quelques centaines d’élèves. « Des établissements à taille humaine pour Mayotte », confirme le secrétaire général. En 2026, ce sera au tour du collège de Longoni (600 élèves) d’intégrer ce qui deviendra alors une cité scolaire avec le LMBL. La même année, Vahibé (900 élèves) devrait avoir aussi son collège, tout comme Tsararano ou Tsimkoura l’année suivante. Côté lycées, M’tsangamouji (en 2028, avec une capacité de 2.600 élèves) et Chirongui (en 2027) sont les prochains sur la liste, tandis que le projet de celui de Mamoudzou sud « doit être revu », prévient Dominique Gratianette.

Et les langues régionales ?

Dans nos colonnes, le 13 juillet, Rastami Spelo souhaitait que « le rectorat ouvre les portes de l’école à nos langues régionales ». Le président de l’association Shimé demandait « une continuité » par rapport à l’action de l’ex-recteur Gilles Halbout, parti fin décembre 2022. Le message n’est pas passé inaperçu, semble-t-il. Jacques Mikulovic n’a pas fermé la porte à l’apprentissage du shimaoré et du kibushi, même s’il préfère que les élèves maîtrisent le français en priorité. « Ça ne veut pas dire qu’on s’oppose aux langues régionales », rappelle-t-il, espérant d’ailleurs mettre en place un conseil dédié à ces langues locales afin « de statuer sur ce qu’on peut mettre en place ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre

Un bateau de particuliers a repêché Fabien Trifol dans le lagon, à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre, vers 17h, ce lundi....

[Mis à jour] Disparition inquiétante de Fabien Trifol, directeur Aménagement à la Cadema

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre Ce dimanche, vers 16h30, Fabien Trifol a quitté son domicile de...

Plusieurs affrontements ce week-end alors que Wuambushu 2 doit commencer cette semaine

M’tsapéré, Majicavo-Koropa, Koungou, Tsararano, barrages et rixes entre forces de l’ordre et bandes de jeunes ont émaillé le week-end à Mayotte. A la veille...

Boulevard urbain : Cap vers une validation du plan de financement

Examen de passage réussi devant la Commission nationale du débat public (CNDP) à Paris. Le Département de Mayotte a reçu le feu vert il...

TME 2024 : Catégorie Jeune entreprise

Dernières pousses de l’économie mahoraise, les cinq nommés de notre catégorie Jeune entreprise montrent déjà toutes les qualités pour bien s’implanter dans le paysage...