L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le bureau des admissions de l’hôpital bloqué à nouveau

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Plusieurs sites du centre hospitalier de Mayotte (CHM) ont été entravés, ce mardi, par des membres des collectifs locaux favorables à l’opération Wuambushu. La direction n’a pas voulu faire de déclarations, mais des soignants appellent à « sanctuariser » leurs établissements. 

Le fonctionnement du centre hospitalier de Mayotte a été perturbé, ce mardi. Des groupes de personnes affiliées aux collectifs citoyens locaux ont investi plusieurs lieux, à commencer par l’hôpital de Mamoudzou où le bureau des admissions a été bloqué plusieurs heures. Sur place, des effectifs de la police nationale ont été dépêchés « pour éviter des affrontements entre usagers et membres des collectifs », indiquent les forces de l’ordre. Les urgences n’ont toutefois pas été concernées par les blocages. Le CHM n’a pas souhaité commenter les événements, mais a bien confirmé la fermeture forcée de son bureau des entrées, ainsi que de ses dispensaires de Bouéni et de Mramadoudou, sur la commune de Chirongui, où aucune consultation n’a été pratiquée ce mardi.

Jacaranda toujours fermé

Le centre Jacaranda est lui aussi toujours fermé, bloqué depuis jeudi dernier. « Azali assume ton indépendance et ta population », ou encore « Stop aux titres de séjour territorialisés » lit-on sur des banderoles accrochées autour de l’espace d’attente attenant au centre de soins. Car là est le motif de ces blocages, destinés à faire pression sur la communauté comorienne, que les collectifs accusent d’accaparer l’offre de soins publique de l’île. « Ces hôpitaux-là ne soignent pas les Mahorais ! », argue Safina Soula, la porte-parole du Collectif des citoyens de Mayotte 2018, précisant que le blocage a vocation à dénoncer le refus des autorités comoriennes à accueillir les personnes expulsées dans le cadre de l’opération Wuambushu. La porte-parole annonce que les blocages initiés ce mardi devraient se poursuivre, voire s’étendre à d’autres établissements.

Des soignants ont déclaré avoir alerté, ce mardi, le préfet de Mayotte, le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) et le directeur du CHM sur cette situation de « non-respect du droit des patients, d’entrave à l’accès aux soins ou de rupture de prise en charge sanitaire », précisant que des signalements ont été effectués auprès de l’ARS. « Nous souhaitons simplement exercer notre rôle de soignants dans nos structures respectives, qu’il s’agit aujourd’hui de sanctuariser », précisent-ils sous couvert d’anonymat. 

Interrogé vendredi dernier sur le blocage du centre Jacaranda, le préfet de Mayotte Thierry Suquet a estimé « qu’on verra avec le temps comment ça va se passer ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....