test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

En pleine opération Wuambushu, l’État renouvelle sa flotte destinée à intercepter les kwassas

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Après avoir présenté les nouveaux intercepteurs à la fois de la police et la gendarmerie, Thierry Suquet est revenu sur la politique de lutte contre l’immigration à Mayotte, ce vendredi après-midi. Il espère que « la situation se normalisera » avec les Comores qui refusent toujours d’accueillir leurs ressortissants sous le coup d’une expulsion en lien avec l’opération Wuambushsu.

Sur le ponton de plaisance de Dzaoudzi, difficile de ne pas évoquer l’actualité récente, ce vendredi après-midi. Alors que Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, évoquait il y a quelques jours « qu’aucun kwassa » n’arrivait à Mayotte depuis le début (officiel) de l’opération Wuambushu, le préfet Thierry Suquet précise « qu’il y en a peu. On a intercepté quelques kwassas sortants, cinq qui arrivaient. Manifestement, le dispositif de dissuasion porte ses fruits ». Il reconnaît qu’avec les liaisons suspendues entre Mayotte et les Comores, sur fond de tensions avec le pays voisin, il n’y a pas « de retours ». « On a bon espoir que la situation se normalisera », appelle-t-il cependant de ses vœux. Interrogé sur la possibilité que des personnes expulsées au cours de ces derniers mois soient déjà de retour, Frédéric Sautron, le sous-préfet de Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration illégale, répond : « C’est encore une légende urbaine que je ne peux ni confirmer ni affirmer. Oui, effectivement, certains disent que Mayotte est un gruyère et qu’à chaque fois qu’on part, on revient le lendemain. Moi, je ne suis pas convaincu. Je rappelle qu’on a interpellé 8.000 personnes en mer en 2022, c’est un nombre conséquent. Oui, on a des gens qu’on a reconduit plusieurs fois à des périodes proches. Mais on voit aussi de plus en plus de départs volontaires, 5.000 personnes l’année dernière ».

En attendant une réouverture côté comorien, la préfecture a décidé de créer une quarantaine de places dans les locaux de rétention administrative pour éviter la surcapacité. « On maintient au centre de rétention administrative, en dehors des gens arrivés en mer, des gens qui sont considérés comme des auteurs de troubles à l’ordre public, des gens qui sortent de prison. On a une gestion très pointue des places en rétention », estime le préfet de Mayotte. Sur terre, les personnes en situation irrégulière interpellées se voient remettre une obligation de quitter le territoire français avec une assignation à résidence. « Cela nous permettra en cas de contrôle, s’ils n’ont pas quitté le territoire français dans les jours qui viennent, de les placer au CRA », défend le délégué du gouvernement, qui tient à rappeler « qu’on continue à avoir des renvois en direction de Madagascar, de l’Afrique de l’est. Évidemment, ça n’a pas de rapport en termes de chiffres avec ce que vous avez l’habitude d’avoir. Aujourd’hui, c’est la volonté, malgré les difficultés que nous rencontrons, de montrer que les reconduites ne sont pas interrompues ».

« Trois bateaux en même temps »

Faute de renvoyer les étrangers en situation irrégulière vers les Comores, le préfet de Mayotte compte toujours intercepter leurs embarcations. Amarrés au pont de plaisance de Dzaoudzi, les deux navires, « Titan » et « Dharubba », viennent de rejoindre la flotte de neuf intercepteurs chargés de veiller sur les côtes mahoraises. L’un sera utilisé par la police aux frontières et l’autre par la gendarmerie maritime. « L’objectif, c’est d’avoir trois bateaux minimums en mer en même temps. Évidemment, ça peut monter en fonction des besoins », rappelle Frédéric Sautron. « De nouvelle génération », les engins commandés il y a plusieurs mois maintenant peuvent aller à 40 nœuds (environ 70 km/h). Ils remplaceront deux bateaux qui seront réformés. « On est sur 571 kwassas interceptés en 2022, qui transportaient 8.000 personnes environ. 299 repérés ont réussi à « beacher » pour des raisons diverses et variées, des gens présents qui aident, l’état de la mer, en fonction des marées », comptabilise le sous-préfet. « L’amélioration du dispositif, le renforcement des moyens et la professionnalisation des équipes permet d’être plus efficace d’année en année. »

Le préfet de Mayotte voit, lui, une façon « d’assurer la présence de l’État sur le lagon et les eaux territoriales, assurer du secours en mer et assurer l’étanchéité en mer ». Ces intercepteurs et leurs équipes sont confrontés à des passeurs qui tentent de plus en plus de forcer le passage. « Oui, on a affaire à des refus d’obtempérer, des gens qui prennent des risques inconsidérés lorsqu’ils sont proches des côtes. Ils peuvent venir au contact, frapper l’intercepteur, aux risques de chavirer », révèle le commissaire Fabrice Guinard-Cordroch, directeur adjoint de la police nationale. « On a eu le cas il n’y a pas si longtemps avec des gens qui sont tombés à l’eau. »

Les gendarmes piégés à Koungou sortis de l’hôpital

Les quatre gendarmes attaqués lors d’une patrouille dans le quartier Jamaïque, ce jeudi, sont « sur leurs deux pieds », indique le général Olivier Capelle, le commandant de la gendarmerie de Mayotte. Pris à partie par des dizaines de jeunes armés de pierres, ils ont pu quitter les lieux grâce à l’intervention d’une autre patrouille mais l’équipage avait dû laisser le véhicule. Leur chef confirme qu’ils sont sortis de l’hôpital avec « des contusions ». Les affrontements qui ont suivi sur la colline qui domine le village de Koungou ont mobilisé près de 70 militaires, un hélicoptère et deux véhicules blindés.

Douze mois de prison pour des faux titres de séjour

Le procureur de la République, Yann Le Bris, a communiqué sur l’arrestation de deux personnes « qui fournissait des documents français falsifiés dans le but de permettre à des personnes en situation administrative irrégulière de se rendre en France continentale ». L’enquête réalisée par la brigade mobile de recherches de la police de Mamoudzou entre le mois de janvier et le 2 mai a mis à jour ce réseau.

Ce vendredi 5 mai, dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, « les deux déferrés étaient reconnus coupable des faits d’aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers d’un étranger en France et faux dans un document administratif ». Ils écopent d’une peine de douze mois de prison dont six mois avec sursis, ainsi que de trois ans d’interdiction du territoire français. Ils sont placés sous mandat de dépôt.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Désormais 210 cas de choléra à Mayotte

L’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte a publié un nouveau bulletin relatif au choléra sur le territoire. Il fait état de 210 cas...

Incendie au collège de Dzoumogné : les épreuves du brevet seront déplacées au lycée professionnel

Après l’incendie qui a ravagé le collège de Dzoumogné, ce dimanche 23 juin, la piste criminelle est privilégiée (voir encadré). L’établissement étant fermé jusqu’à...

Le personnel du dispensaire de Kahani en droit de retrait ce lundi

Depuis ce lundi matin, le personnel du dispensaire de Kahani, dans la commune de Ouangani, est en droit de retrait. Ils sont actuellement environ...

L’usine sucrière d’Hajangoua vers des travaux en 2025

En 2022, l’ancienne usine sucrière d’Hanjagoua, dans la commune de Dembéni, a été sélectionnée par la mission Bern. La subvention pourtant obtenue depuis, les...

« Le clandestin à Mayotte ne doit avoir qu’une seule certitude, celle d’être renvoyé »

Circonscription sud. Manon Moreno (Reconquête) fait ses premiers en politique à l’occasion des élections législatives qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet...