100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Un skatepark en Petite-Terre, le vœu freestyle de l’association Maki Skate

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Depuis 2018, Maki Skate sensibilise de nombreux jeunes de Petite-Terre à la pratique du skateboard. Face à un engouement toujours plus important, l’association aimerait se doter de son propre skatepark mais se heurte à la question du foncier et du financement. Plusieurs options sont sur la table pour que ce rêve devienne réalité dans un avenir plus ou moins proche.

Imaginez Tony Hawk fouler l’île aux parfums pour inaugurer le premier skatepark de Mayotte… Un rêve impossible sur le papier qui laisse pourtant fantasmer plus d’un admirateur de l’Américain, surnommé « The Birdman » en hommage à ses figures vertigineuses. À son niveau, l’association Maki Skate tente, avec les moyens du bord, de démocratiser cette discipline, qui doit faire ses débuts olympiques aux Jeux de Tokyo prévus cet été. Depuis 2018, ses adhérents – travailleur social, infirmier, enseignant, militaire – se réunissent le vendredi après-midi sur la place Congrès à Pamandzi pour partager cette passion commune avec une vingtaine de jeunes petits-terriens. « Avant le Covid, nous étions même obligés de refuser des inscriptions car nous ne pouvions pas encadrer tout le monde », se remémore Christophe Burac, le président depuis septembre dernier.

skatepark-petite-terre-association-maki-skate

Car il faut bien le dire : la pratique intrigue et surtout séduit la nouvelle génération. « Nous fournissons les planches, les casques et les protections et nous fonctionnons sur la base de la gratuité », ajoute-t-il. Sous l’impulsion de son prédécesseur, Kévin, un prof’ de skate débarqué de métropole avec du matériel en soute, de nombreux enfants des quartiers avoisinants se prennent au jeu sur la mini-rampe installée quelques années plus tôt par une autre association. « Nous nous adaptons, nous avons également fabriqué quelques modules. »

 

Un skatepark dans l’espace commercial de l’aéroport ?

 

skatepark-petite-terre-association-maki-skateMais le premier confinement vient mettre un coup d’arrêt à ces rassemblements de plus en plus populaires. « Nous nous retrouvions alors à l’aéroport pour rouler entre nous durant l’heure de sortie autorisée », glisse Christophe Burac. Un nouveau lieu de rendez-vous qui s’explique notamment par la qualité du revêtement au sol. Au détour d’une conversation avec l’un des responsables d’Edeis, le gestionnaire de l’infrastructure, l’idée d’un projet de skatepark émerge en vue de l’agrandissement de l’espace commercial. « Mais cela n’a pas été plus loin pour l’instant. »

Un blocage semble se dessiner concernant l’après de cette délégation de service public. « Il y a peu de chance que cela se concrétise. Et si cela aboutit, il faudrait que l’association paie un loyer. » Au courant de cette réflexion, la mairie de Pamandzi lui propose de chercher un terrain pour envisager une installation pérenne. Mais face à la pression démographique et à la problématique récurrente du foncier en Petite-Terre, difficile dans ces conditions de trouver chaussure à son pied. « Même pour un skatepark de 100 mètres carrés… L’équivalent d’un quart de terrain de foot serait suffisant. »

 

Plusieurs solutions de repli…

 

Sans parler du coût : au moins 50.000 euros pour couler une dalle de béton de bonne facture. Un financement habituellement à la charge des municipalités, qui ne s’applique pas automatiquement dans le 101ème département. « Nous avons tous des boulots, donc c’est compliqué par rapport aux demandes de subvention. » Reste alors la solution de repli : le soutien d’une organisation non-gouvernementale, à l’instar de Make Life Skate Life, qui intervient dans les pays du tiers-monde. Ou encore l’option d’un déménagement dans une autre commune, qui offrirait plus de possibilités. « Peut-être que d’autres personnes font la même chose dans leur coin. »

En attendant un éventuel dénouement positif, Maki Skate aimerait surtout que les Mahorais s’impliquent davantage dans l’association. « C’est dommage que les parents de nos skateurs ne les accompagnent pas », regrette Christophe Burac, dont la mission sur le territoire arrive bientôt à son terme. Avec le risque de voir tout cet engouement partir en fumée.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

« À Mayotte, les enseignants enseignent en saignant ! »

Jeudi 2 novembre, les professeurs du lycée Gustave Eiffel de Kahani se sont soulevés contre les épisodes de violences incessants que connaît l'établissement. Une...

Douze années de travail pour convaincre de l’importance de la filière de brique de terre compressée

L'association ART.Terre vient d'éditer un livre intitulé « Construire en terre mahoraise ». Un ouvrage né de la nécessité de rendre compte du caractère...

Opération séduction du préfet et du directeur de l’ARS pour inciter les Mahorais à faire la 3ème dose

Le nouveau directeur de l’agence régionale de santé de Mayotte, Olivier Brahic, et le préfet, Thierry Suquet, ont visité le centre de vaccination de...

Journée mondiale de lutte contre le Sida : la sensibilisation ne suffit pas à Mayotte

Le 1er décembre marque la journée mondiale de lutte contre le Sida. Les actions de sensibilisation se multiplient sur l’île, et les différentes associations...

Les petites mains de Mayotte travaillent pour l’avenir

Ce mercredi 1er décembre, l’agence française de développement (AFD) organisait à l’hôtel Sakouli une cérémonie dans le cadre du programme Mouv’Outremer. L’occasion de récompenser...