L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les grévistes comptent maintenant sur le conseil constitutionnel

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Deux fois 49.3, c’est presque le nombre de manifestants qui a rejoint la place de la République, à Mamoudzou. La mobilisation continue pour les syndicats (enfin pas tous) pour contrer la réforme faisant passer l’âge légal de la retraite à 64 ans.

Après le passage en force de la loi sur la réforme des retraites et l’échec de la motion de censure, ce lundi, il reste de l’espoir pour la centaine de personnes présentes sur le parvis du comité de tourisme de Mayotte. « Il y a encore le conseil constitutionnel, qui peut invalider la réforme. C’est déjà arrivé avec le contrat première embauche en 2006 », rappelle Henri Nouri, qui note que « la majorité est toujours opposée à la réforme ». Le secrétaire général Snes Mayotte (syndicat national des enseignements de second degré) compte ainsi sur le référendum d’initiative partagée (RIP). Ce dispositif peut permettre à une autre loi, en l’occurrence qui empêche le report de l’âge légal à 62 ans, d’être adopté en recueillant 4,8 millions de signatures.

La mobilisation est donc toujours « nécessaire et plus que jamais », défend Balahachi Ousseni, le secrétaire général de la CFDT Mayotte. Pour marquer le coup, le cortège a pris la direction de Cavani et la permanence du sénateur Thani Mohamed Soilihi, vers 10h30. Le sénateur mahorais fait partie des parlementaires ayant voté le texte et est le seul de l’île à être dans le parti présidentiel Renaissance (ex-La République en marche).

Peu de corps de métier représentés

Comme la dernière fois, la profession qui s’est le plus mobilisée reste celle des enseignants. Une déception pour le secrétaire général de la CFDT Mayotte. « Il y a deux autres corps de métier qui vont être particulièrement touchés par cette réforme, les soignants et le BTP. Les soignants ne portent pas que des choses légères. Est-ce qu’ils peuvent faire ça jusqu’à 64 ans ? », fait remarquer le syndicaliste, qui comptait aussi sur les retraités mahorais aux petites pensions pour s’associer au mouvement. Même parmi les syndicats, le front s’est un peu étiolé ces derniers temps, la Confédération générale du travail (hors CGT éduc’) et Force ouvrière n’ayant pas souhaité marcher aux côtés des manifestants du jour. 

Ce n’est peut-être que partie remise. Le référendum d’initiative partagée (RIP) clairement visé doit nécessiter neuf mois le temps de recueillir assez de signatures. En 2020, celui sur la privatisation des aéroports de Paris n’avait atteint qu’un million de signatures, mais avait convaincu l’État d’y renoncer.

Les voix mahoraises soumises au chantage ?

C’est ce qu’a affirmé Estelle Youssouffa, la députée de la première circonscription de Mayotte, au micro de Radio Courtoisie. Selon elle, on lui a « fait comprendre que si [elle soutenait] la motion de censure transpartisane, cela empêcherait la destruction de bidonvilles à Mayotte. Vous imaginez la gravité du chantage ? ». Défendant sur les plateaux de télévision le texte présenté par son groupe Liot (Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires) à l’Assemblée nationale, elle a voté lundi pour la motion qui a échoué à neuf voix près.

N’ayant pas voté celle-ci, Mansour Kamardine (Les Républicains) a expliqué ses raisons. « J’ai obtenu, de haute lutte, avec le soutien total du groupe LR, une augmentation du minimum retraite à Mayotte de 150 euros. J’ai obtenu, également, l’engagement du gouvernement que la retraite complémentaire des agents contractuels du secteur public (Ircantec) soit ouverte à Mayotte, avant la fin de l’année », a-t-il avancé. Sans parler de chantage, il a toutefois indiquer que la chute du gouvernement pouvait « reporter, à des dates inconnues, l’urgente opération Wuambushu du mois d’avril et la loi de sécurisation de Mayotte du mois de juin ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...