L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

L’agence régionale de santé vise une meilleure qualité des soins

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

La qualité et la sécurité des soins constituent, sur l’île aux parfums comme partout en France, une priorité majeure pour l’agence régionale de santé (ARS) de Mayotte, notamment dans la perspective du développement de nouvelles filières et structures de soins sur le territoire, dans les secteurs hospitaliers, libéraux et médico-sociaux. Ce mercredi, a marqué la signature de convention entre l’agence régionale de santé et l’association Orison. 

Afin d’assurer à la population de Mayotte des prises en charge de qualité, deux projets sont lancés par l’agence régionale de santé (ARS) de Mayotte, à savoir l’installation d’une structure régionale d’appui (SRA) et la préfiguration d’une mission régionale inspections-contrôles, réclamations et évaluations (MRICRE). L’organisation a désigné l’association Orison (organisation régionale d’appui de sécurité des soins) comme sa structure régionale d’appui à la qualité des soins et à la sécurité des patients. Ce projet est mis en place afin de pouvoir « accompagner les professionnels des établissements de santé, médico-sociaux et libéraux », explique Olivier Brahic, directeur général de l’ARS de Mayotte. 

Améliorer la prise en charge des patients

Cette SRA répond à trois orientations stratégiques : promouvoir la culture sécurité et accompagner la gestion et le traitement des événements indésirables associés aux soins (EIAS), et plus particulièrement les graves, accompagner les professionnels de santé dans leur démarche d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins, et participer au développement de la culture de pertinence des soins. Dans le cadre de la gestion des événements indésirables associés aux soins, « l’idée c’est que ces événements ne soient pas cachés, dans le but de pouvoir améliorer la prise en charge des patients », affirme le directeur. Pour Nicolas Bocquelet, secrétaire général d’Orison, « la démarche de déclaration constitue un levier essentiel pour comprendre la survenu de ces événements et permet collectivement de les éviter, de réduire leur gravité et surtout leur récurrence ». L’association accompagnera avec « bienveillance, en appliquant des méthodologies approuvées tout en favorisant la réflexion en équipe », selon Marie-France Angelini-Tibert, directeur opérationnel d’Orison. En complément, le secrétaire général affirme que « c’est en travaillant ensemble que nous pourrons offrir une qualité de soins, tout en sécurité, à l’ensemble de la population ». 

« L’obligation de déclarer ces événements »

L’agence régionale de santé se « doit de répondre aux standards nationaux », clarifie Olivier Brahic. Tout comme le centre hospitalier de Mayotte, qui doit « répondre à un certain nombre de prérogatives, comme les autres centres hospitaliers de l’Hexagone et des outre-mer », ajoute Jean-Mathieu Defour, directeur du CHM. Cette réponse doit s’appliquer notamment dans la démarche qualité – gestion des risques, en rapport aux impératifs de la certification de la Haute Autorité de Santé. Pour le directeur de l’ARS, lors d’un signalement d’EIAS, l’une des clefs est de « remonter la chaîne pour voir où a eu un lieu un dysfonctionnement. Souvent quand il y a un problème grave, c’est qu’il y a eu plusieurs petits avants sur la chaîne ». 

Ces événements sont basés sur les déclarations des professionnels de santé et des usagers, via un portail national de déclaration d’événements. « Les professionnels de santé ont l’obligation de déclarer ces événements », rappelle le directeur du CHM. En 2022, environ 600 événements ont été déclarés au centre hospitalier, rassemblant des signalements des professionnels de santé et des usagers, allant des signalements relatifs « au service d’un repas froid, à la perte de lunettes, jusqu’aux plus graves », relativise Jean-Mathieu Defour. 

En parallèle, l’ARS de Mayotte a mis en place une mission régionale inspections contrôles réclamations et évaluations (MRICRE). Créée en juillet 2022, cette mission rattachée directement à la direction générale, est portée par Anchya Bamana. Pour l’instant seule, elle devrait être rejointe par une deuxième personne. La mission a pour objectif d’assurer « une qualité et une efficacité des prises en charges des usagers au sein des opérateurs de santé », ajoute Olivier Brahic. 

Afin d’engager l’ensemble des structures dans cette démarche, l’organisation a fait le choix de prendre à sa charge toutes les adhésions pour la première année d’activité de la SRA sur l’île. 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...