test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La prison bloquée ce lundi matin par les surveillants

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Le nombre de détenus ne cesse d’augmenter à Majicavo-Koropa (230% d’occupation actuellement), mais pas celui des agents qui les encadrent. Ce lundi 5 juin, ils étaient une trentaine à manifester et à bloquer trois heures durant l’accès à l’établissement.

L’ambiance bon enfant tranche avec ce qu’ils vivent actuellement. Une trentaine de surveillants pénitentiaires, issus de trois syndicats différents (CGT, Force ouvrière et CFDT), ont procédé au blocage du centre pénitentiaire de Majicavo-Koropa, ce lundi matin, dès 6h. En cause, des conditions de travail qui se détériorent avec l’augmentation toujours plus importante du nombre de prisonniers. L’occupation est de 230% actuellement, selon les syndicats. Un ratio qui traduit le choix d’une politique pénale plus sévère, mais qui met à mal le fonctionnement de la seule prison où les murs ne sont pas extensibles. Dans des chambres de 9m2 prévues pour deux, les détenus dorment ainsi à cinq ou six avec des matelas par terre. Les heures de promenade ont été réduites, afin de limiter le nombre de détenus à surveiller. « Je ne suis pas revenu à Mayotte pour risquer ma vie », fulmine un manifestant. Le dialogue se fait de manière plus régulière avec la direction interrégionale des services pénitentiaires Outre-mer*, basée en région parisienne, mais il reste sans effet en ce qui concerne les demandes d’agents supplémentaires. « On n’a aucune réponse », déplore l’un des surveillants grévistes. Avec ses collègues, ils ont fait une chaîne humaine le long du portail d’entrée, qui a été enchaîné. De 6h à 9h45, ils ont résisté aux tentatives des gendarmes de les déloger. Ce n’est qu’après avoir été aspergé de gaz lacrymogène qu’ils ont rendu les armes.

Des promesses de l’État

La colère est d’autant plus palpable qu’il y a bien des projets qui ont été annoncés, comme la construction d’une seconde prison. En mars 2022, le ministre de la Justice, Éric Dupont-Moretti, avait chargé le préfet de Mayotte, Thierry Suquet* de trouver le site devant l’accueillir. Ce dernier avait évoqué « deux ou trois pistes » en janvier, sans en dire plus. Pareil pour le centre éducatif fermé d’une trentaine de places, même si le quartier des mineurs ne connaît pas une occupation aussi importante que les autres ailes de la prison. En outre, palier à l’urgence, les syndicats réclament depuis des mois maintenant qu’un nouveau bâtiment soit construit sur le site actuel, sur un terrain appartenant à la prison.

Face à cette situation, ils envisagent de continuer le mouvement afin de mettre en lumière les difficultés rencontrées dans l’océan Indien. Car à La Réunion, où des prisonniers mahorais ou comoriens sont régulièrement transférés, le ras-le-bol s’est également traduit par une manifestation, il y a deux semaines.

*Contactées, ni la préfecture de Mayotte, ni la direction interrégionale des services pénitentiaires Outre-mer n’ont souhaité nous répondre pour le moment.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Avec la canalisation réparée à Chirongui, un retour progressif de l’eau ce vendredi

La casse d’une canalisation à Chirongui, jeudi soir, perturbait le réseau d’eau depuis dans le sud de Grande-Terre. Celle-ci a été réparée, indique la...

Assises : ils sont sept à répondre de la série de meurtres de Petite-Terre en janvier 2021

Sept accusés de « meurtre en bande organisée » sont jugés depuis ce vendredi devant la cour d’assises des mineurs de Mayotte, au sujet d’une série...

Les Urgences en difficulté faute de médecins

Depuis la semaine dernière, le service des Urgences du centre hospitalier de Mayotte ne fonctionne qu’avec entre un et trois médecins par garde, ce...

Aller chercher de l’eau, un risque pour les migrants de Cavani

Depuis le 22 mars et la fin du démantèlement du camp du stade de Cavani, à Mamoudzou, de nombreux migrants d’Afrique des Grands lacs...

« Des indicateurs de performance pour évaluer l’efficacité des mesures prises »

Circonscription sud. Candidat au scrutin législatif du 30 juin et 7 juillet, Madi-Boinamani Madi Mari (Agir) avait échoué de peu à se qualifier pour...