L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Votez !

A Mayotte, un nombre plus important de kwassas interceptés en mer

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Si l’opération Wuambushu se veut encore discrète du côté des autorités, Shikandra continue d’apporter son lot de chiffres habituels dans la lutte contre l’immigration clandestine. Difficile de ne pas voir une corrélation entre les deux en ce début d’année.

Le bilan de l’opération Shikandra, dont le principal objectif est la lutte contre l’immigration clandestine, est régulièrement publié par la préfecture Mayotte depuis ses débuts en 2019. Les derniers chiffres sur les quatre premiers mois de l’année montrent une réelle augmentation à la fois du nombre d’embarcations interceptés et d’interpellations à terre par rapport à l’an dernier. Ainsi, on y apprend que depuis le 1er janvier, 341 kwassas ont été détectés, soit une augmentation de 49 % par rapport à 2022 à la même période, mais en deçà des 385 des premiers mois de 2021. Tous ne peuvent être interceptés, car comme le rappelait Frédéric Sautron, le sous-préfet de chargé de la lutte contre l’immigration clandestine, vendredi dernier : « Ils réussissent à « beacher » pour des raisons diverses et variées, des gens présents qui aident, l’état de la mer, en fonction des marées ». Toutefois, avec 221 bateaux interceptés, police aux frontières et gendarmerie maritime n’en ont jamais eu autant. Cela représente un ratio de « 65 % des kwassas détectés qui ont été interceptés ». Au total, il y avait 2.979 étrangers en situation irrégulière qui ont été interpellés en mer et 306 moteurs saisis. Ce sont également 25.397 cartouches de cigarettes de contrebande saisies et détruites, représentant une valeur marchande d’environ 1,7 million d’euros.

De nombreux passeurs condamnés

A terre, la présence plus importante de policiers et gendarmes avec l’opération Wuambushu a permis 7.895 interpellations de personnes en situation irrégulière (contre 7.111 en 2022) et 8.243 reconduites à la frontière (7.246 reconduites en 2022) depuis le 1er janvier. C’est cependant moins qu’en 2021 où il y avait eu 8.727 interpellations et 9.663 reconduites à la frontière. Ces dernières ont sensiblement baissé ces deux dernières semaines depuis la fermeture des frontières côté comorien. Le flou demeure d’ailleurs si la reprise des liaisons maritimes entre Mayotte et les Comores se fera ou non avec des personnes en situation irrégulière à bord.

Toujours en lien avec la lutte contre l’immigration clandestine, la politique pénale se fait plus sévère avec les passeurs depuis quelques mois. 163 passeurs ont été ainsi présentés à la justice depuis le 1er janvier 2023, avec 120 condamnations à de la prison ferme à la clé et trois avec de la prison avec sursis. « Des interdictions de territoire de trois et cinq ans ont suivi ces condamnations », note la préfecture.

Depuis le début de l’année, quatre filières de passeurs ont été démantelées, pour un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros. Enfin, 127 porteurs de faux documents et dix trafiquants de faux ont également été interpellés et judiciarisés.

 

Mansour Kamardine, député de Mayotte, défend l’opération menée actuellement par l’État dans le dernier numéro de Mayotte Hebdo intitulé « Mansour Kamardine en croisade pour Wuambushu ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Un nouveau cas de choléra détecté à Koungou ce jeudi

La préfecture de Mayotte et l’Agence régionale de santé (ARS) confirment qu’une nouvelle personne atteinte du choléra a été identifiée, ce jeudi 11 avril....

TME : Catégorie entreprise innovante

Par les perspectives qu’elles offrent pour l’économie mahoraise et les nouvelles filières qu’elles développent, cinq structures ont retenu notre attention dans la catégorie entreprise...

Deux scénarios possibles pour le contournement routier de Combani

Le conseil départemental a décidé, ce mardi, de reprendre la main sur les prochaines étapes de la construction du contournement routier de Combani, le...

Des stades pleins pour les finales des tournois ramadan

Les finales des tournois de ramadan sponsorisés par Orange se sont tenues ce jeudi 11 avril, journée de fête de l’Aïd-el-fitr. Les dernières rencontres...

Comores : Trente-huit détenus s’évadent de la prison de Moroni

Un militaire qui figure parmi les détenus serait à l’origine de la débandade de ce jeudi matin, selon les déclarations du chef du parquet...