L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Nous ne demandons pas un permis de tuer »

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

Une douzaine de policiers en civil et en dehors de leur temps de travail ont manifesté hier à l’appel de l’intersyndicale nationale devant le palais de justice de Mamoudzou. Comme annoncé la veille du mouvement, ils souhaitent sensibiliser la justice et les pouvoirs publics par rapport aux difficultés qu’ils rencontrent à travers leurs conditions de travail et certaines règles qui encadrent leur profession. C’est notamment le règlement autour de la légitime défense qui cristallise les inquiétudes notamment à la suite des événements de Viry-Châtillon (Essonne).

 

Ils n’étaient pas nombreux à s’être donnés rendez-vous devant le tribunal de grande instance de Mamoudzou. Une douzaine d’agents de la police nationale, de la brigade anti-criminelle (Bac) ou encore de la police aux frontières (Paf) étaient réunis devant la grille d’entrée du palais. Leur message est simple, ils veulent plus de moyens humains et matériels. Mais en se rendant au tribunal le point sur lequel voulait insister les policiers mécontents, concerne la justice. « Nous voulons une révision des principes de la légitime défense », explique François Geneste, secrétaire départemental du syndicat policier Alliance. Son collègue chargé de mission au sein du syndicat, Thierry Lizola lui emboite le pas : « nous ne demandons pas un permis de tuer mais une amélioration de notre droit de légitime défense au même titre que celui dont bénéficient les gendarmes ». Comme exemple, l’officier prend celui de Viry-Châtillon où deux policiers ont été gravement brûlés après avoir subi un jet de cocktail molotov. « Dans ce cas là, si la gendarmerie avait été dans le même cas elle aurait pu faire usage de son arme ». La compagne d’un agent venue soutenir le mouvement a également souhaité témoigner sous couvert de l’anonymat en rappelant qu’aujourd’hui les policiers rencontrent plus de problèmes que leurs homologues gendarmes dès qu’il s’agit d’utiliser son revolver. « Quand un policier tire un coup de feu, voire blesse quelqu’un parce que sa vie était en danger, il est ensuite mis de côté et fait l’objet d’une procédure lourde voire de poursuites pour déterminer les conditions de l’intervention », explique-t-elle.

 

Les policiers demandent un Grenelle de la sécurité

 

Compréhensif face au malaise des gardiens de la paix, le procureur Joël Garrigue a reçu les manifestants dans son bureau. « Il nous a écouté et a pris en compte nos demandes », rapportait Thierry Lizola. « Nous souhaitons un Grenelle de la sécurité », déclarent les représentants syndicaux. À ce mécontentement s’ajoute le manque d’effectif notamment à Mayotte. « Le gouvernement nous avait promis en juin dernier des renforts. Sur 100 agents supplémentaires annoncés, seuls 16 sont arrivés à ce jour. Nous demandons que l’engagement soit tenu », réclame simplement Thierry Lizola. Le temps presse pour les agents puisqu’ils sont nombreux à constater une dégradation du respect en vers l’uniforme. « J’ai 25 ans de police et avant il n’y avait pas une telle violence contre les policiers », explique le représentant du syndicat Alliance. Lundi soir encore un policier a été victime d’une agression alors que la Bac effectuait une opération de routine dans Kawéni. Aujourd’hui, à 17h30 une rencontre est prévue entre les représentants syndicaux et le préfet afin de transmettre leurs doléances. Ce même jour, une rencontre entre François Hollande et les syndicats de police au niveau national est également prévue afin de trouver des solutions et d’apaiser la tension au sein de la police nationale.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...