100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

De la couleur dans les rues mahoraises

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

L’art urbain ou le street art dans de nombreux quartiers de Mayotte ? Oui, depuis deux semaines, l’association « Steet art sans frontières » est bien présente sur l’île aux parfums. Rencontre.

 

Depuis deux semaines, vous avez certainement pu constater de la couleur recouvrir les tôles grisâtres ou encore les escaliers en béton dans les rues ? Il s’agit du travail de l’association Street art sans frontières. Cette association créée il y a deux ans consiste à faire de l’art urbain à travers le monde. Pour rappel, l’art urbain ou le street art est un mouvement artistique contemporain. Il regroupe toutes les formes d’art réalisé dans la rue, ou dans les endroits publics, et englobe diverses techniques. Ces deux métropolitains, Mathieu et Antoine, arrivés tout droit de Nantes et de Rennes ont été invités par l’association Hip Hop Evolution.

 

Ces deux passionnés d’art de rue ont déjà mené à bien des projets similaires au Maroc et en Côte d’Ivoire. « Ce projet pour Mayotte s’est fait de fil en aiguille, nous travaillons en collaboration avec le DJ Stereo Fonk et notre projet est soutenu par la Direction des Affaires Culturelles de Mayotte et le Ministre de la Culture », explique Mathieu. Leur projet est construit en plusieurs étapes. Ils sont venus une première fois à Mayotte en septembre pour prendre leur marque et analyser si la population était réceptive à leur projet. Cette fois, depuis 15 jours, ils sont passés à l’acte, avec leurs pots de peinture, ils sillonnent les quartiers les plus sombres de l’île afin d’apporter de la couleur et de la gaieté à ces quartiers un tant soit peu délaissés. « C’est un peu compliqué au début de gagner la confiance des gens, cela met un peu de temps. Néanmoins, les enfants sont un peu plus réceptifs, ce qui tombe bien puisque c’est le but du projet.

 

Au premier plan, c’est un projet artistique mais derrière tout cela, c’est un prétexte pour rencontrer des gens et discuter de tout et n’importe quoi et surtout les faire participer à notre projet. On essaie de s’adresser à des populations un peu oubliées, Mayotte correspond à nos critères… »nous confient les artistes. 

 

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...