De la couleur dans les rues mahoraises

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Anouar Mlambeou, dit Black Ä

Auto-entrepreneur et photographe, anouar mlambeou est revenu s'installer à mayotte il y a trois ans après un long cursus à paris. depuis, il travaille tantôt devant, tantôt derrière l'objectif pour de gros partenaires locaux et compte bien étendre davantage son activité. et pas seulement à l'échelle de l'île.

Étudiant en architecture, Nahed Saidali ouvre Six Barbershop à M’Tsapéré

En plein cœur de M'Tsapéré, un barbershop s'est invité dans le paysage économique du quartier. À sa tête, un jeune étudiant en architecture de 24 ans qui s'est pris de passion pour ce milieu. Moins d'un mois après son ouverture, la nouvelle adresse cartonne déjà. Rencontre.

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

L’art urbain ou le street art dans de nombreux quartiers de Mayotte ? Oui, depuis deux semaines, l’association « Steet art sans frontières » est bien présente sur l’île aux parfums. Rencontre.

 

Depuis deux semaines, vous avez certainement pu constater de la couleur recouvrir les tôles grisâtres ou encore les escaliers en béton dans les rues ? Il s’agit du travail de l’association Street art sans frontières. Cette association créée il y a deux ans consiste à faire de l’art urbain à travers le monde. Pour rappel, l’art urbain ou le street art est un mouvement artistique contemporain. Il regroupe toutes les formes d’art réalisé dans la rue, ou dans les endroits publics, et englobe diverses techniques. Ces deux métropolitains, Mathieu et Antoine, arrivés tout droit de Nantes et de Rennes ont été invités par l’association Hip Hop Evolution.

 

Ces deux passionnés d’art de rue ont déjà mené à bien des projets similaires au Maroc et en Côte d’Ivoire. « Ce projet pour Mayotte s’est fait de fil en aiguille, nous travaillons en collaboration avec le DJ Stereo Fonk et notre projet est soutenu par la Direction des Affaires Culturelles de Mayotte et le Ministre de la Culture », explique Mathieu. Leur projet est construit en plusieurs étapes. Ils sont venus une première fois à Mayotte en septembre pour prendre leur marque et analyser si la population était réceptive à leur projet. Cette fois, depuis 15 jours, ils sont passés à l’acte, avec leurs pots de peinture, ils sillonnent les quartiers les plus sombres de l’île afin d’apporter de la couleur et de la gaieté à ces quartiers un tant soit peu délaissés. « C’est un peu compliqué au début de gagner la confiance des gens, cela met un peu de temps. Néanmoins, les enfants sont un peu plus réceptifs, ce qui tombe bien puisque c’est le but du projet.

 

Au premier plan, c’est un projet artistique mais derrière tout cela, c’est un prétexte pour rencontrer des gens et discuter de tout et n’importe quoi et surtout les faire participer à notre projet. On essaie de s’adresser à des populations un peu oubliées, Mayotte correspond à nos critères… »nous confient les artistes. 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Pour Mansour Kamardine, « les moyens affectés sont en deçà des besoins réels »

Face aux risques de nouvelle flambée épidémique à Mayotte, le député LR Mansour Kamardine martèle depuis plusieurs semaines l'absence de moyens déployés par le...

Crise sanitaire : À la mosquée de Passamaïnty, dernière prière avant le couvre-feu

Les fidèles accueillent avec peu d’enthousiasme les nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du variant de Covid-19 à Mayotte. Surtout au vu des...

Couvre-feu : Les commerçants mahorais obligés de se réorganiser à nouveau

Couvre-feu oblige, les commerçants doivent revoir leur organisation. Horaires aménagés pour les salariés, baisse du chiffre d'affaires… La nouvelle mesure vient aggraver la situation...

Cordées de la réussite : permettre aux élèves mahorais de dépasser leurs limites

Le dispositif Cordées de la réussite fait son entrée à Mayotte cette année, après plus de 12 ans d’existence sur le territoire nationale. 27...

Malgré la fermeture des vols internationaux, Ewa Air pense déjà à rebondir

Éternel optimiste, le directeur général délégué de la compagnie aérienne d'Ewa Air, Ayub Ingar, ne perd ni le sourire ni ses ambitions malgré l'arrêt...