Centre de gestion de Mayotte : le cancre de la fonction publique territoriale

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

En retard pour l’envoi de son budget, qui plus est excédentaire, l’organisme, désormais célèbre pour la note truquée du président du CDG de La Réunion, s’est de nouveau attiré les foudres de la chambre régionale des comptes. “Peut mieux faire”, notent les magistrats en substance.

C’est un comble ! Après la grossière affaire de la note de 3/20 transformée en 15/20 au bénéfice du président du centre de gestion de la fonction publique territoriale de La Réunion, Léonus Thémot, voilà que le centre de gestion de Mayotte est à nouveau épinglé par la chambre régionale des comptes. En cause, cette fois-ci ? La mauvaise gestion de son budget…

En tant qu’établissement public, le CDG 976 devait transmettre le document comptable au plus tard le 31 juillet 2020. Sans nouvelle de la structure – censée tout de même accompagner les collectivités dans leurs missions – au 13 octobre, le préfet a donc saisi la chambre pour défaut d’adoption du budget primitif 2020. Surprise : le centre avait plus d’une piécette cachée sous le matelas ! En épluchant le compte de gestion du payeur départemental, visiblement plus fiable que les quelques documents obtenus auprès du centre de gestion, les magistrats ont découvert un joli pactole de plus d’un million d’euros. Le fruit d’une section de fonctionnement avec un excédent de 1.049.255 euros exactement, et d’une section d’investissement à l’équilibre.

Un taux de cotisation fixé à son maximum

Pour rappel, les ressources des centres de gestion proviennent des collectivités locales. Les communes et leurs établissements publics sont obligés de s’affilier à un centre de gestion, qui se charge de certaines missions obligatoires comme l’organisation des concours et les ressources humaines. À Mayotte, le CDG 976 gère ainsi la carrière des agents de 36 collectivités et établissements en 2018.

Dans un précédent rapport, les sages de la chambre régionale des comptes notaient déjà que le CDG 976 n’était pas du genre à se serrer la ceinture. Avec un taux de cotisation fixé à son maximum, soit 0,8% de la masse salariale, la structure a pu “bénéficier de ressources significatives abondées par la mise en place de la prime de la vie chère”. Non content d’exercer “partiellement” ses missions obligatoires – on en aura reçu la preuve avec le concours falsifié de Léonus Thémot – le centre a proposé aussi des missions facultatives, l’hygiène et la sécurité, à 20 collectivités en 2018 et une prestation d’assurance statutaire à 5 d’entre elles, qui a généré en 2017 “165.000 euros, soit 70% des recettes liées aux missions facultatives sans rapport avec le service rendu aux collectivités souscriptrices”, soulignent aussi les magistrats.

Sur-rémunération et bilan excédentaire

Et pendant que les collectivités trinquent, le personnel du CDG 976 se gave ! Les charges du personnel représentent ainsi plus de 1,2 million d’euros, et l’augmentation “de 12% entre 2014 et 2018 résulte de la mise en place de la “sur-rémunération” et de l’évolution des effectifs de l’ordre de 20%”, déroule encore la chambre dans son rapport de juillet dernier. “La politique de rémunération et de recrutement de l’établissement est perfectible (…) Ces errements sont d’autant plus contestables qu’ils émanent d’un organisme supposé référent et expert en matière de ressources humaines.” Face à ce constat, la conclusion des magistrats dans leur dernier avis devrait faire mouche : “Le CDG 976 dégage régulièrement un excédent de ressources par rapport à ses besoins. Il appartient dès lors à l’établissement de s’interroger sur le juste niveau des cotisations tant obligatoires que facultatives versées par les organismes affiliés.” Dans le mille !

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...