100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Anouar Mlambeou, dit Black Ä

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

Auto-entrepreneur et photographe, anouar mlambeou est revenu s’installer à mayotte il y a trois ans après un long cursus à paris. depuis, il travaille tantôt devant, tantôt derrière l’objectif pour de gros partenaires locaux et compte bien étendre davantage son activité. et pas seulement à l’échelle de l’île.

Pas un Mahorais n’a pu rater les clichés d’Anouar Mlambeou. En août dernier, les cinq candidates au titre de Miss Mayotte se dévoilaient pour la première fois aux yeux du public, via une série de portraits officiels capturés par le jeune entrepreneur. Ici, le Petit-terrien est mieux connu sous son surnom de Black Ä, traduction anglais d’Anouar, ou « A noir » et nom sous lequel il créait, il y a trois ans, sa propre société.

Depuis, le professionnel est devenu le photographe attitré de trois gros réseaux locaux : le comité Miss Mayotte, d’abord, mais aussi l’agence régionale So’Coman Event et Bouge-toi Mayotte, spécialisée dans le social media. « Je travaille aussi pour Mayotte la 1ère, sur des émissions comme Zana Za Maoré », complète Anouar Mlambeou. « Au départ, j’acceptais pas mal de petits projets et ça a été formateur, mais je préfère avoir le temps de bien conceptualiser les choses.  » De la mode, du sport, du paysage, du mariage de l’évènementiel, l’artiste s’est, en trois ans, constitué une banque d’images aussi large que diversifiée. Mais aujourd’hui, c’est vers la photo de cinéma qu’il se tourne. « Ce qui me plait, c’est que ça véhicule du rêve, de l’émotion », sourit le trentenaire. « Puisque c’est de l’acting, le photographe maîtrise plus l’émotion, alors qu’en photo sportive par exemple, il la subit, il ne la maîtrise pas ! »

Mais Black Ä ne reste pas seulement derrière l’objectif, puisqu’il lui arrive fréquemment de passer devant la caméra. En s’associant avec un producteur audiovisuel, Naftal Dylan pour ouvrir son entreprise, Anouar met un pied dans l’acting, pour des courts métrages ou des spots publicitaires. Une nouvelle facette de sa discipline qui ne laisse pas indifférent. « J’ai beaucoup aimé la façon qu’à Naftal de filmer, de donner de l’émotion aux images et de les dynamiser. Au début c’était un peu pour rigoler mais il y a eu de bons retours et c’est parti comme ça ! », retrace le Mahorais.

C’est à Paris quelques années plus tôt que naissent les prémices de leur collaboration. Après son bac obtenu en 2003 sur l’île aux parfums – où il se faisait déjà appeler Black Ä lorsqu’il intervenait sur la radio du lycée de Petite-Terre –, Anouar s’envole poursuivre son cursus scolaire en métropole, alors qu’il touchait déjà à l’appareil depuis tout jeune. « À l’époque, je ne savais pas comment me lancer dans la photo, je ne savais pas comment en tirer de l’argent et je ne connaissais pas l’analyse du marché », se souvient le jeune homme.

La première année, il s’inscrit en licence d’anglais à Lille, « pour rigoler ». Puis il intègre l’une des premières promotions du BTS négociation relation client à Reims et décroche le diplôme deux ans plus tard. Anouar aurait pu s’arrêter là, mais il décide plutôt de partir, cette fois, pour l’université de Limoges où il intègre une licence professionnelle en management. « J’étais plutôt à l’aise avec les gens, j’a un bon sens du contact et j’aime bien transmettre mon savoir, alors j’ai choisi ça un peu par défaut », résume le désormais photographe.

Puis, il monte sur la capitale pour y réaliser un premier stage. Finalement, il reste sur Paris où il intègre l’International Business School, au sein de laquelle l’étudiant ne terminera finalement pas son master. « J’avais validé ma première année quand HSBC s’est présenté, alors je suis devenu conseiller financier », commente Anouar, dont le parcours sera également marqué par d’autres postes en tant que commercial et formateur.

Pour autant, jamais son rêve de devenir photographe ne le quitte. En parallèle, il continue de pratiquer de son côté, apprend la vidéo et multiplie les stages aux côtés de professionnels, comme Stéfan Bourson, spécialisé dans la mode et l’esthétique, qui l’aide notamment à se familiariser avec le jeu de lumière en studio. Naftal, son ami d’enfance, lui aussi Mahorais et venu à Paris pour étudier l’audiovisuel, l’aiguille et le conseille également. Petit à petit, les deux ultramarins se découvrent une sensibilité commune pour le cinéma et commencent à échafauder un projet commun : celui de rentrer sur l’île aux parfums pour y ouvrir, à deux, leur propre entreprise dédiée à leur passion. Finalement, après une douzaine d’années en métropole, Anouar décide de rentrer au pays pour donner vie à l’idée qu’il poursuit. Mais avant, il dépense ses économies pour acheter le matériel dont il aura besoin.

Sur le territoire où la concurrence est bien moins pesante qu’en métropole, l’entreprise du binôme fleurit, leur osmose se confirme. « Je gère tout ce qui est photo, acting et mise en scène, lui il s’occupe vraiment de la partie vidéo et réalisation. Mais quand l’un ou l’autre a besoin d’un assistant, on s’aide mutuellement », se réjouit l’entrepreneur. « Les grands projets commencent à s’installer et à durer. » Parmi eux, la future ouverture d’un studio professionnelle à Pamandzi, qui serait le premier du genre en Petite- Terre. Une structure ouverte à tous les publics, particuliers comme professionnels, « pour tout ce qui est portrait ou photos conceptuelles », précise l’instigateur du projet.

S’il a un pied à Mayotte, l’autre à Madagascar où il se rend fréquemment pour visiter ses parents et s’exercer par la même, à la photographie de paysages, Black Ä entend étendre son activité : « L’objectif ce n’est pas de s’arrêter là. Il y a un grand marché qu’on néglige, souvent dans le cinéma et la photo de cinéma, c’est le continent africain », rêve l’artiste, qui ne manque toutefois pas d’espoir pour son île natale. « Je pense qu’ici en 2020, beaucoup de choses vont se lancer. Il y a des jeunes qui commencent à monter à Mayotte et qui montrent qu’ils savent ce qu’est le travail ! » Tout comme lui. « Mais pour cela, il faut avoir beaucoup de recul et accepter la critique et les sacrifices… » Baada dhiki faradji* !

 

* Expression mahoraise signifiant « Après les difficultés, le bonheur ».

 

 

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...