100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Longoni : les détails d’un drame remonté jusqu’aux oreilles du président

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

Alors qu’Emmanuel Macron était en visite, un drame survenu à Longoni est venu perturber le cours normal de la journée. Si le président n’a pas pu se rendre sur place, le secrétaire général de la préfecture est intervenu en son nom. Sur place, ce triple décès reste profondément marqué dans l’esprit des populations, comme dans celui des élus.

“ Je connaissais bien le père de deux des trois enfants décédés. Je suis moi-même très touché par ce drame”. Au téléphone, le maire de Koungou, Assani-Saindou Bamcolo, ne cache pas sa peine face au drame survenu avant-hier dans sa commune. Alors qu’il déjeunait en compagnie du président, un coup de fil retentit pour le prévenir que “trois enfants sont décédés en tombant dans un puits”. “Emmanuel Macron a été mis au courant dans la foulée. Il a souhaité se rendre sur place, mais ce n’était pas possible au vu de l’agenda initialement prévu. Le secrétaire général de la préfecture, Edgard Pérez, a ainsi été mobilisé pour transmettre ses condoléances, et prévenir que les autorités se mettent à disposition de la famille en cas de besoin”, rembobine le maire de Koungou. Lui-même originaire de Longoni, l’élu s’est rapidement déplacé au contact de la famille endeuillée, emboitant ainsi le pas de l’un de ses proches déjà sur place : Mdallah Mahamadou, agent de service technique à la mairie de Koungou. “J’ai reçu un coup de fil à 13h18 pour m’avertir qu’il y avait du mouvement dans le village. Quand je suis arrivé, les sapeurs-pompiers tentaient encore de réanimer les enfants en faisant des massages cardiaques”, se souvient-il. 

Des détails bouleversants 

Mdallah Mahamadou détaille la disparition de ces trois enfants âgés de 2 à 4 ans. “Il s’agit d’un frère et d’une soeur, ainsi que de leur cousine. Ils étaient chez leur grand-mère, dont la cour est partagée par la mère des frères et soeurs. Inquiète de ne pas les trouver, la famille a entamé des recherches avant de comprendre qu’ils étaient tombés dans la fosse septique. Celle-ci n’était recouverte que par une couche de contreplaqué.” Rapidement, la population s’amasse autour du puits. “Ils ont tâtonné le fond avec un bâton en bois. Une chaussure est remontée, suivie du corps de la jeune fille”. Alors que personne n’ose plonger dans ce trou rempli de déjections et d’eau croupie, un passant est interpellé. Rapidement, il accepte de remonter les trois enfants avant que les secours ne les prennent en charge. En vain. Aujourd’hui encore, cet homme qui a témoigné d’un courage exceptionnel est sous le choc. “Il ne s’est rendu compte qu’après coup qu’il avait porté du bout des bras trois enfants morts. D’autre part, au vu du fait qu’il s’agit d’un clandestin, la venue des gendarmes l’a angoissée. J’ai tenté de le rassurer en lui expliquant qu’il ne serait pas embarqué”, explique-t-il. Une information confirmée par la gendarmerie qui atteste que l’homme n’a pas été arrêté. Aujourd’hui, Mdallah Mahamadou plaide pour sa régularisation : “Franchement, il a témoigné d’une grande bravoure et a tenté le tout pour le tout afin de sauver ces enfants”, insiste-t-il. De son côté, Assani-Saindou Bamcolo martèle : “Emmanuel Macron a vraiment été touché par cette disparition.” Si le président n’a pas pu se déplacer, sa consigne a été de se mobiliser auprès des familles afin de répondre à leurs besoins. “Ils ont émis le besoin de voir une psychologue. Cette rencontre s’est faite aujourd’hui, dans une salle de l’école élémentaire de Longoni spécialement aménagée pour l’occasion”, conclut l’agent municipal, la voix encore chargée d’émotion. 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Piste longue : la solution en remblai-digue privilégiée

La direction générale de l’aviation civile vient de publier une plaquette intitulée « Remblais ou pilotis » qui compare les solutions envisagées pour la construction de...

Un petit pas pour Mayotte, un grand pas pour le droit du travail

Mardi 18 janvier, les premiers conseillers prud'homaux de Mayotte ont prêté serment devant le président du tribunal, Laurent Ben Kemoun, et le procureur de...

Gendarme renversé : un individu en garde à vue, deux autres à l’hôpital

Lundi soir, vers 21h, lors d’un contrôle lié au couvre-feu à Chirongui, un véhicule a foncé sur un gendarme de 25 ans. Plaqué sur...

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...