L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« On va vers le mieux, on voit les appels d’offres sortir »

À lire également

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

À l’hôtel La Résidence à Kawéni, l’enfer quotidien des pieds dans l’eau et la boue

Gérante de l'hôtel La Résidence à Kawéni depuis 18 ans, Sophie Bond s'en prend à l'immobilisme ambiant et aux manquements des autorités. En raison...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

Avec une quarantaine d’adhérents, la fédération mahoraise du bâtiment et des travaux publics (FMBTP) suit de près l’évolution du secteur et se veut optimiste au vu des chantiers à venir. Le point avec Julian Champiat, le président de la fédération locale.

on-va-vers-mieux-on-voit-appels-doffres-sortir
Julian Champiat, le président de la fédération mahoraise du bâtiment et des travaux publics (FMBTP), insiste sur les besoins en formation de qualité sur l’île.

Flash Infos : A quoi vous attendez-vous pour cette année ?

Julian Champiat : C’est une année de transition. On attend le tremplin de 2024, même si c’est vrai qu’on disait ça pour les années précédentes. Mais on voit qu’on va vers le mieux. On voit les appels d’offres sortir.

F.I. : Qu’est-ce qui pousse à l’optimisme ?

J.C. : Il y a d’abord le logement. La Sim (Société immobilière de Mayotte) veut 550 logements par an.  On arrive à sortir 350 par an. C’est bien, ça veut dire qu’on s’améliore. Je pense aussi aux projets en cours comme Caribus ou la Technopôle à Dembéni. Derrière, il y aura la piste longue de l’aéroport (N.D.L.R. l’État tranchera entre Pamandzi et Bouyouni d’ici la fin de l’année), le boulevard urbain ou la piscine de Kawéni. Et bien sûr, notre plus gros chantier reste les écoles.

F.I. : Est-ce que vous serez capables de répondre à la demande ?

J.C. : Il nous manque de la main d’œuvre qualifiée, notamment des chefs de chantier ou des compagnons. Mais si on veut suivre, ce sont des centaines d’embauches qu’il faut, du gros œuvre à l’électricien. Les grosses boîtes arrivent à faire venir des gens de métropole. Aujourd’hui, même elles ont du mal. Pour les PME, c’est encore plus difficile car des jeunes sortant de formation nous demandent assez vite des gros salaires. La dernière fois, on m’a demandé un salaire équivalent au mien.

F.I. : Qu’en est-il des formations ?

J.C. :  Je pense aux électriciens, aux étancheurs, ça existe oui, mais ça ne court pas les rues. Il y a le Cnam (conservatoire national des arts et des métier) qui a créé un Deust Conduite de chantier en alternance. La première promotion devrait sortir cette année. Mais je suis en train de voir avec la fédération nationale du BTP pour ouvrir un Centre de formation d’apprentis (CFA). L’idéal serait des formations d’un ou deux ans en alternance. Il est très important qu’on forme localement.

F.I. : Comment faites-vous face à la montée des prix ?

J.C. : On a mis en place l’indice BTP. Il y a deux index, le B01 pour le bâtiment et le TP01 pour les travaux publics. Dernièrement, ils ont augmenté en fonction de l’inflation, du Covid-19 et de la guerre en Ukraine. C’est important pour nous. Avoir un curseur, ça nous permet d’être plus serein. Ça nous permet de ne pas avoir une marge de sécurité trop importante, ou au contraire, perdre de l’argent.

Il y a également l’observatoire de la commande publique, qui est en place depuis des années. C’est pratique car les projets lancés par les pouvoirs publics peuvent prendre des années.

Une fédération à la recherche d’un permanent

La fédération mahoraise du bâtiment et des travaux publics (FMBTP) compte 42 affiliés. Les deux plus gros sont Vinci et Colas, mais on retrouve davantage de PME (Petite ou moyenne entreprises) avec une quinzaine de salariés. C’est le cas de Julian Champiat, son président, qui est à la tête de plusieurs sociétés dont Étanchéité australe. Celui-ci est à la recherche d’un permanent « pour assurer la coordination ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...