test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La Technopôle « livrée au deuxième semestre 2023 »

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

La SASU Mayotte Technopôle, l’Association Mayotte Technopôle (AMT) et la Chambre de commerce et d’industrie de Mayotte ont organisé, ce mardi 6 décembre, une visite du chantier de la Technopôle à Dembéni. Une convention de passage de relais opérationnel entre la SASU et l’AMT a été signée à cette occasion.

« Quel bonheur de pouvoir parler de la technopôle pour de vrai ! », se ravit Nadine Hafidou, présidente de la SASU Mayotte Technopôle et secrétaire de la CCI Mayotte, devant l’assemblée présente, ce mardi 6 décembre, à Dembéni pour assister au passage de relais opérationnel du projet technopolitain entre la SASU et l’association Mayotte Technopôle (AMT). La fierté de la présidente est palpable : et pour cause, elle porte le projet depuis 2014 ! En huit ans, l’idée d’une « Silicon Valley mahoraise » – pour reprendre les mots de Soibahadine Ibrahim Ramadani, ancien président du conseil départemental – a su fédérer de nombreux partenaires financiers et institutionnels : le Département, l’État via la préfecture et le ministère des Outre-mer, la communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou (Cadéma), l’Agence de développement et d’innovation de Mayotte (Adim), l’Agence française de développement (AFD), la Caisse des dépôts, le centre universitaire de formation et de recherche (CUFR), le groupement d’intérêt public « L’Europe à Mayotte », et bien entendu la ville de Dembéni.

Quelques paraphes et signatures plus tard, c’est officiel : l’AMT – présidée par Madi Vélou, conseiller départemental du canton de Dembéni – passe aux commandes de la technopôle, avec pour mission première de l’aménager, et d’en garantir l’ouverture au deuxième semestre 2023. Laboratoires, espaces de coworking, bureaux, résidence de chercheurs, et même espace événementiel… Le nouvel outil a vocation à être une plateforme opérationnelle : un lieu de rencontre pour scientifiques, étudiants et chefs d’entreprises destiné à structurer le tissu économique mahorais, et à accroître son attractivité à l’international. « La technopôle est une brique essentielle dans la construction de l’économie du territoire », estime Thierry Suquet, le préfet de Mayotte.

Pour l’heure, les briques sont bien réelles : la technopôle est un chantier impressionnant. Le site – de plus de 3.000m² – surplombe la baie de Dembéni, avec une vue imprenable sur le lagon. Le bâti s’enroule naturellement autour de la colline pour mieux s’intégrer à l’environnement et profiter d’une ventilation naturelle. L’innovation architecturale – tout en courbes de bois et de béton – pousse Colas, en charge des travaux, dans ses retranchements : « un vrai challenge », admet le représentant de la société. « Non seulement le bâtiment est beau, mais c’est un exploit technique », tranche le préfet.

Donner vie au projet technopolitain

Le chantier, son ampleur, et – il faut bien l’admettre – la vue impressionnent. Mais n’oublions pas l’essentiel : « on est pour l’instant sur un projet de bâtiment, maintenant il faut y mettre de l’activité ! », clame Yannick Mahé, directeur général de l’AMT, devenu officiellement l’exploitant du site, ce mardi. « Notre objectif sera d’accompagner les entreprises mahoraises naissantes, ou désireuses de se développer, sur un ensemble de secteurs clés – juridique, financier, technique et technologique – pour leur permettre de rayonner plus largement aussi bien localement que dans la région », explique-t-il. « Mayotte doit passer d’une économie confidentielle à une économie de marché. » « On ne doit plus avoir un tissu économique seulement constitué de petites entreprises. La technopôle doit pouvoir porter des grosses structures, des sociétés de grande envergure qui iront à l’international », abonde Nadine Hafidou.

D’autre part, la technopôle sera également une porte d’entrée sur les marchés français et européens pour les acteurs économiques de la région. « Les entreprises des régions voisines pourront par exemple profiter des laboratoires pour conformer leurs produits aux normes européennes », indique le DG d’AMT. L’Association Mayotte Technopôle dispose d’environ un an pour concrétiser ses ambitions et ouvrir le site. « Quand vous reviendrez pour l’inauguration, vous verrez des salles colorées, du mobilier et des outils informatiques dernier cri, qui seront à la disposition des entreprises, étudiants et chercheurs », annonce Madi Vélou. Le rendez-vous est pris !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...

Sania Toumani, la petite fée du Magic de Passamaïnty

A 22 ans, la jeune sportive Sania Toumani est immanquablement l’une des meilleures joueuses de basket-ball de Mayotte. Son club, le Magic basket de...

Le double projet de loi Mayotte au point mort

Propositions, discussions, tractations, et au final abandon ?  Le double projet de loi Mayotte est de nouveau mis au placard par les ministres du gouvernement...